International

Cardinal Koch: les questions liées à la Communion demeurent irrésolues

Le cardinal Kurt Koch contredit le «Groupe de travail œcuménique allemand» (ÖAK) qui préconise une invitation mutuelle généralisée à la Cène et à l’Eucharistie. Pour le prélat suisse, une telle participation réciproque «ne serait pas justifiable».

Le cardinal Kurt Koch a défendu la position du Saint-Siège, contre l’invitation réciproque à participer à la Cène et à l’Eucharistie. L’initiative a été proposée aux catholiques et aux protestants par le «Groupe de travail œcuménique des théologiens protestants et catholiques allemands» (ÖAK).

La lettre de la Congrégation pour la doctrine de la foi (CDF) adressée au président de la Conférence des évêques allemands, Georg Bätzing, exprimait une «argumentation factuelle sérieuse», a déclaré Mgr Koch dans une interview à la Herder-Korrespondenz apparue le 22 septembre 2020.

Peu après la publication du texte «Ensemble à la table du Seigneur», publié par le ÖAK, le cardinal suisse avait déjà fait part de ses préoccupations à Mgr Bätzing. La critique «ne semble pas l’avoir convaincu», a-t-il affirmé.

En dialogue avec les évêques allemands

Ces derniers mois, Kurt Koch s’est entretenu aussi avec d’autres évêques allemands. Cependant, Mgr Bätzing avait annoncé qu’à l’occasion du troisième «Ökumenischen Kirchentag» prévu à Francfort du 12 au 16 mai 2021, il y aura des invitations mutuelles aux célébrations de la Cène et de l’Eucharistie.

C’est pour cette raison que «la Congrégation pour la doctrine de la foi s’est sentie obligée de faire connaître son opinion, avant la prochaine assemblée plénière des évêques allemands, selon laquelle une invitation mutuelle aussi généralisée ne serait pas justifiable», a expliqué l’ancien évêque de Bâle.

«Ne pas ignorer les orthodoxes»

«La lettre de la CDF a été discutée avec le Groupe de travail œcuménique allemand», a précisé le Président du Conseil pontifical pour l’unité des chrétiens. Selon lui, le texte de l’ÖAK présente les questions œcuméniques controversées comme si elles étaient résolues, ou du moins qu’elles ne divisent plus les Églises. Mais cela ne correspond toutefois pas à la réalité.

De plus, le texte traite de questions concernant l’ensemble de l’Église, et qui ne peuvent pas être résolues dans un seul et unique pays.

Finalement, selon le cardinal Koch, les Églises catholique et protestante en Allemagne ne peuvent pas ignorer les Églises orthodoxe et orientale dans leurs réflexions et discussions à propos de l’hospitalité eucharistique. (cath.ch/kath.ch/CIC/dp)

Le cardinal Kurt Koch est président du Conseil pontifical pour l’unité des chrétiens depuis 2010. | © KNA
22 septembre 2020 | 17:09
par Davide Pesenti
Partagez!