Vatican

Cardinal Parolin: la diversité des peuples est une "vraie richesse"

Le manque d’amour constitue le premier pas pour «exclure» l’autre et le «marginaliser», a considéré le cardinal Pietro Parolin, rapporte Vatican News en italien le 19 mai 2019. Le secrétaire d’Etat du Saint-Siège présidait ce même jour la messe de la ‘Fête des peuples’ à la basilique Saint-Jean-de-Latran, à Rome.

Pour le prélat, les différentes communautés et ethnies constituent «une vraie richesse». Ainsi, le sens profond de ce rassemblement est de construire le Royaume de Dieu. Or, cela n’est possible qu’en vivant des relations fondées sur l’amour mutuel.

Aimer comme le Christ

Mais pour aimer véritablement l’autre, «l’amour humain ne suffit pas», a-t-il rappelé. Comme l’indique l’Evangile du jour, les fidèles sont appelés à aimer comme le Christ, librement et inconditionnellement. Cela devrait être même leur «trait distinctif», a-t-il insisté. A l’inverse, se renfermer sur soi ou ignorer l’autre éloigne de l’amour. Et «le manque d’amour est le premier pas pour tuer l’autre dans nos cœurs, l’exclure et le marginaliser», a-t-il conclu.

Pour sa 28e édition, ‘la Fête des peuples’ portait sur le thème ‘Nella casa comune un’unica famiglia umana’ (Dans la maison commune une seule famille humaine, en italien). Sous l’égide du bureau des migrants du diocèse de Rome et de la Caritas, elle est organisée en collaboration avec différentes communautés ethniques catholiques de Rome ainsi qu’avec des associations venant en aide aux migrants. (cath.ch/imedia/cg/rz)

Voir la Maison commune comme une seule famille humaine (Pixabay.com)
20 mai 2019 | 11:34
par Raphaël Zbinden
peuples (5) , Pietro Parolin (200)
Partagez!