Vatican

Cardinal Pell: la Congrégation pour la doctrine de la foi dans l'expectative

Avant de s’occuper du cas du cardinal George Pell, ancien préfet du Secrétariat pour l’économie du Saint-Siège condamné à six ans de prison pour abus sexuels commis sur mineurs, la Congrégation pour la doctrine de la foi à Rome attend les résultats des procédures judiciaires en Australie.

Le directeur du Bureau de presse du Saint-Siège Matteo Bruni s’exprimait ainsi le 21 août 2019 après le rejet du recours en appel du haut prélat australien par la Cour suprême de Victoria.

En février dernier, la justice australienne était parvenue à un verdict de culpabilité contre le cardinal Pell, accusé d’agressions sexuelles sur mineurs dans les années 1990. Les avocats du prélat avaient formé un recours en appel contre cette décision, mais celui-ci a été rejeté ce 21 août 2019. Reste toutefois la possibilité d’un nouveau recours, cette fois devant la Haute Cour d’Australie, plus haute juridiction du pays.

Eventuel procès canonique

Ainsi, a expliqué Matteo Bruni, la Congrégation pour la doctrine de la foi «attend les résultats des procédures judiciaires en cours et du processus d’appel pour s’occuper du cas» du cardinal Pell. Il revient en effet à ce dicastère romain de mener un éventuel procès canonique, qui pourrait aboutir au renvoi du prélat  australien de l’état clérical.

Parallèlement, le pape François pourrait exiger de l’ancien préfet du Secrétariat pour l’économie qu’il démissionne du Collège cardinalice – d’autant plus qu’âgé de 78 ans, il serait encore électeur en cas de conclave.

Des mesures de précaution

Par ailleurs, le directeur du Bureau de presse a rappelé que des mesures de précaution avaient déjà été prises à l’encontre du cardinal Pell et confirmées par le chef de l’Eglise catholique. Comme cela est prévu habituellement, il lui est interdit d’exercer publiquement son ministère et d’entrer en contact avec des mineurs, «de quelque manière que ce soit».

En juin 2017, le pape François avait donné un congé au cardinal Pell, alors encore préfet du Secrétariat pour l’économie – en fait le «numéro trois» du Saint-Siège, pour qu’il puisse répondre devant la justice de son pays d’origine. Il avait toutefois officiellement gardé sa fonction au Saint-Siège jusqu’en février 2019 et l’expiration de son mandat de cinq ans. Par ailleurs membre du Conseil des cardinaux, il en avait été «remercié» en décembre dernier par le pontife, en même temps que deux autres hauts prélats. (cath.ch/imedia/xln/be)

Cardinal George Pell | © KNA
21 août 2019 | 14:07
par Jacques Berset
Partagez!