International

Cardinal Sandri: sauvegarder la présence chrétienne en Orient

Conscient de la précarité de la présence chrétienne au Proche Orient, le cardinal Leonardo Sandri, préfet de la Congrégation pour les Eglises orientales, a lancé un appel à soutenir la traditionnelle collecte du Vendredi saint, organisée en leur faveur dans toutes les églises du monde.

L’Eglise effectue un «acte de restitution» quand elle est solidaire avec la Terre Sainte, a expliqué le cardinal Sandri dans son message aux évêques en vue de la collecte pro Terra Sancta, a communiqué le Bureau de presse du Saint-Siège le 4 mars.  

Chaque année, l’Eglise en Terre Sainte fait appel à la solidarité de l’Eglise universelle pour l’aider dans sa mission dans cette partie du monde cruciale pour les chrétiens.  

Aux origines du christianisme

Jérusalem a été le lieu où l’Eglise a reçu à la fois l’Evangile et son Salut, a soutenu le cardinal Sandri dans une lettre adressée aux évêques du monde entier. Dès lors, toute solidarité avec l’Eglise de Terre Sainte, «notamment économique», devient un «acte de restitution», a-t-il affirmé.

Les épreuves nombreuses connues par l’Eglise en Terre Sainte dans l’histoire ne sont pas encore terminées, a rappelé le cardinal italien. La collecte pro Terra Sancta doit ainsi l’aider à œuvrer pour «sauvegarder la présence chrétienne», notamment par l’entretien des sanctuaires maintenus sur les lieux de la vie du Christ.

Diminution drastique des chrétiens locaux

De plus, l’Eglise doit faire face à la «tragédie de la réduction progressive du nombre de fidèles locaux» et donc au risque de disparition de traditions chrétiennes remontant aux premiers temps de son existence, a-t-il expliqué.

Face à la multiplication des conflits dans la région, entraînant des déplacements massifs de réfugiés «privés des biens les plus fondamentaux», l’Eglise en Terre Sainte souhaite pouvoir défendre l’esprit de coexistence fraternelle du ‘Document pour la fraternité’. Cet important document a été signé à Abou Dhabi par le pape François et le grand imam d’Al-Azhar le 4 février 2019, a rappelé le cardinal Sandri.  

Soutien aux chrétiens locaux, «pierres vivantes de Terre Sainte»

Traditionnellement prise en charge par les franciscains de Terre Sainte, la collecte pro Terra Sancta sert à la fois à l’entretien des Lieux saints et aux œuvres pastorales et sociales en Terre Sainte. En 2018, elle avait ainsi permis de récolter 8,6 millions d’euros répartis entre Jérusalem, la Palestine, Israël, la Jordanie, Chypre, la Syrie, le Liban, l’Egypte, l’Ethiopie, l’Erythrée, la Turquie, l’Iran et l’Irak.

Les franciscains en Terre Sainte, grâce à la quête organisée le Vendredi Saint, «préserve les Lieux de Salut et soutient la présence chrétienne et les pierres vivantes de Terre Sainte», relève la Custodie franciscaine à Jérusalem. Les premiers frères arrivèrent en Terre Sainte il a quelque 800 ans, plus précisément en 1217, conduits par Frère Elie da Cortona. «Depuis lors, ils ont toujours relevé les défis de l’époque afin de pouvoir transmettre la Grâce des Lieux Saints à toute l’humanité et de partager leur vie avec les ‘pierres vivantes’, les Communautés chrétiennes locales. (cath.ch/imedia/cd/custodia

Erwin Tanner, secrétaire général de la Conférence des évêques suisses (CES), au couvent des religieuses comboniennes à Béthanie, en Palestine, encerclées par les colonies israéliennes © Mazur/cbcew.org.uk
4 mars 2020 | 14:15
par Jacques Berset
Partagez!