Suisse

Caritas interpelle Alain Berset sur la pauvreté

L’œuvre d’entraide catholique Caritas Suisse appelle Alain Berset, chef du Département fédéral de l’intérieur, à s’engager fermement contre la pauvreté dans le pays. Le 22 novembre 2016 à Bienne, aura lieu la conférence nationale de lutte contre la pauvreté convoquée par le conseiller fédéral fribourgeois.

«La Constitution fédérale énonce le droit pour toute personne vivant en Suisse de vivre dans la dignité», rappelle Caritas Suisse dans un communiqué du 17 novembre. Pour l’œuvre d’entraide, une politique durable de lutte contre la pauvreté doit être basée sur le principe qu’à long terme, il est plus avantageux de prévenir la pauvreté que de la combattre lorsqu’elle est installée.

Une tâche de l’Etat

Selon Caritas, la pauvreté est le défi sociopolitique de ces prochaines années. Les estimations de l’Office fédéral de la statistique montrent que plus d’un million de personnes vivant en Suisse sont pauvres ou menacées de l’être. Le mandat donné à la Confédération, aux cantons et aux communes, est très clair: la garantie du minimum vital est une tâche de l’Etat.

Et pourtant, dans plusieurs cantons et communes, les mesures d’économie entraînent une baisse des prestations sociales, par exemple une réduction des subsides d’assurance-maladie. L’aide sociale publique elle aussi réduit ses prestations financières. Ces réductions se font aux dépens du conseil et de l’accompagnement personnel. Pour Caritas, il n’est pas acceptable que les finances de l’Etat soient assainies sur le dos des personnes touchées par la pauvreté. L’organisation basée à Lucerne invite donc le conseiller fédéral Alain Berset à veiller à ce que l’aide sociale des cantons et des communes continue de s’acquitter de ses tâches de manière satisfaisante en matière de lutte contre la pauvreté.

Pauvreté: moins cher de prévenir que de guérir

Caritas souligne qu’on ne peut toutefois pas s’attaquer à la pauvreté seulement par les prestations de l’aide sociale: l’objectif le plus important est de la prévenir. Pour ce faire, l’œuvre d’entraide suggère d’investir au plan fédéral pour s’attaquer aux racines de la pauvreté.

La cause première de la pauvreté est l’absence de formation et de qualifications professionnelles. Dans son appel, Caritas invite Alain Berset à s’engager plus fermement en faveur de la formation continue et des formations de rattrapage. «Pour maîtriser la pauvreté des familles, il faut aussi instituer des prestations complémentaires pour familles: certains cantons font déjà état d’expériences positives dans ce domaine». Caritas estime ainsi que la Confédération doit endosser la responsabilité d’une mise en œuvre au plan fédéral, avec un financement conjoint. Elle demande également un renforcement des efforts d’intégration pour les personnes sans emploi.

L’organisation catholique rappelle enfin qu’à long terme, il serait bien moins cher de prévenir la pauvreté que de la combattre ou l’atténuer lorsqu’elle est là. Elle invite donc le conseiller fédéral Berset à veiller à ce que le Parlement travaille sur les racines de la pauvreté et pose les bases nécessaires à cette prévention. (cath.ch-apic/com/rz)

Le Conseiller fédéral Alain Berset, chef du Département de l'Intérieur (DFI) (photo Jacques Berset)
17 novembre 2016 | 09:49
par Raphaël Zbinden
Partagez!