Suisse

CCRFE: les nouveaux agents pastoraux fêtent leur diplôme à Bulle

Six animatrices pastorales et un animateur pastoral ont reçu leur diplôme, le 12 juin 2021, lors d’une messe à la chapelle de Notre-Dame de Compassion, à Bulle (FR). Le CCRFE (Centre catholique romand de formations en Église) tire un bilan positif de cette année de cours à distance.

«Quelle joie de pouvoir enfin se retrouver pour vivre ensemble cette remise de diplôme», se réjouit Alain Viret, responsable de formation du CCRFE. Pour soutenir les sept étudiants sortants de la FAP (Formation d’animateurs pastoraux), 70 personnes ont pris place dans cette chapelle emblématique de Bulle, pouvant en accueillir le double en temps normal. Parmi les invités: les familles des diplômés, quelques amis et collègues, les étudiants de 1ère et 2e de la FAP et le personnel du CCRFE.

Les diplômées de la FAP 2021 à Bulle | © Grégory Roth

Festivités limitées

«Ça faisaient longtemps, hein?!», échangent certains invités entre eux, savourant leurs retrouvailles ‘physiques’. La convivialité se limite toutefois à la messe, mesures sanitaires obligent. Pas de traditionnels apéro et buffet pour poursuivre les festivités. Avant de partir, les invités reçoivent néanmoins un sac de provision avec quelques spécialités du terroir gruérien à emporter.

La messe est présidée par l’évêque auxiliaire de Lausanne, Genève et Fribourg, Mgr Alain de Raemy. A ses côtés, l’abbé Nicolas Glasson, théologien formateur au CCRFE, ainsi que deux théologiens en pastorale jurassiens, Chantal Ampukunnel et Hervé Farine, pour accompagner la diplômée du diocèse de Bâle. Les étudiants de la FAP ont assuré les chants, la musique, les lectures et les prières.

La jurassienne Véronique Jobin reçoit son diplôme par Mgr Alain de Raemy | © Grégory Roth

Une année-défi

Alain Viret salue les sept nouveaux diplômés de la FAP, qui terminent trois ans d’études pastorales au CCRFE à Fribourg. «Leur dernière année de cours [2020-21] – durant laquelle ils ont présenté par écrit et soutenu par oral leur mémoire de fin d’études – a été un vrai défi, puisque passablement chamboulée par la pandémie. Mais nos étudiants ont amplement mérité leur diplôme. Et notre système d’enseignement à distance a fait ses preuves. Il est même prévu que, après un futur retour à la normale, nous continuions partiellement avec cette technologie», précise le théologien formateur à cath.ch.

Le théologien formateur Alain Viret | © Grégory Roth

«L’équipe de formation du CCRFE fait tout pour que les futurs agents pastoraux ne reçoivent pas leur diplôme dans une pochette surprise, relève Jean-Baptiste Henry De Diesbach, président du Conseil de fondation du CCRFE. «Sans une bonne équipe, pas de bonne formation. Sans une bonne formation, pas d’avenir pour notre Église».

Équipe renforcée

L’équipe pédagogique du CCRFE (Philippe Hugo, Alain Viret, Françoise Masson, Federica Cogo, Nicolas Glasson et Nicolas Carron) sera renforcée. Nicolas Blanc – jusque-là adjoint du vicaire épiscopal de Neuchâtel – rejoint le cadre de formation à 100% à partir d’août 2021. Le chanoine José Mittaz, à la suite de l’abbé Joël Pralong, prendra la responsabilité de l’année de discernement vocationnel. (cath.ch/gr)

Maria Chiara Fasani | © Grégory Roth

Une parole de saint Benoît pour aujourd’hui
Une des diplômées pour le canton de Vaud, Maria Chiara Fasani, a souhaité mettre en lumière l’expérience de saint Benoît (480-547) dans le ‘vivre ensemble’ d’aujourd’hui. «A partir de saint Benoît, je me suis concentrée sur la thématique du travail, le style de gouvernance et la question de l’hospitalité. Comment agit-on et on se positionne-t-on face à la migration? La question migratoire, que j’avais déjà étudiée en Italie: ma thèse de licence, en Sciences de l’éducation à Milan, portait sur le sujet. L’idée est de trouver et d’utiliser des mots, des concepts et des notions qui soient audibles par tout le monde, croyant ou non. Car dans ma pastorale [solidarités et milieu carcéral, ndlr.], je rencontre beaucoup de personnes d’autres confessions et religions, et des non-croyants.» GR

Nicolas Baertschi | © Grégory Roth

Malvoyants/malentendants: ‘la messe pour tous’
À Genève, Nicolas Baertschi s’est penché sur l’intégration des personnes en situation d’handicap. «Dans mon précédant travail d’ergothérapeute, j’avais accompagné une cliente malvoyante/malentendante qui n’arrivait pas à suivre la messe. J’avais alors proposé une solution d’intégration gratuite au curé concerné, qui n’a rien voulu savoir. Mon travail de diplôme débouche donc sur un projet pastoral que je vais mettre en place sur deux ans à Genève. Le but: mettre en lien les personnes malvoyantes et/ou malentendantes avec les équipe pastorales; créer le dialogue, vivre l’hospitalité qui accompagne l’inclusion et la participation de ces personnes; les impliquer dans le processus de décision, d’aménagement et d’élaboration d’activités appropriées.» GR

Les diplômés 2021 et leurs travaux

Nicolas BAERTSCHI (GE)
«L’inclusion et la participation des personnes avec handicap visuel et/ou auditif dans les communautés chrétiennes»

Nicole BERCHIER (FR)
«L’enfant disciple-missionnaire: don et médiateur enthousiaste pour toutes les générations»

Neringa BLANC (VD)
«L’accompagnement des jeunes en recherche»

Morgana DELORE (VD)
«L’influence des Églises évangéliques dans la foi des jeunes catholiques aujourd’hui»

Maria Chiara FASANI (VD)
«Force et modernité de la règle de St Benoît: des suggestions pour la société civile d’aujourd’hui»

Virginie HOURS (GE)
«Du geste du lavement des pieds au sacramental de la relation aux frères humains: une grille de lecture pour l’Agora et l’Église aujourd’hui»

Véronique JOBIN (JU)
«Le discernement spirituel sous la loupe: Comment s’exerce-t-il? En vue de quoi?»

Les diplômés FAP 2021 (de g. à d.): Nicolas Baertschi, Neringa Blanc , Maria Chiara Fasani, Morgana Delore, Nicole Berchier, Véronique Jobin et Virginie Hours | © Grégory Roth
Les diplômés de la FAP 2021, à Bulle avec Mgr Alain de Raemy | © Grégory Roth
13 juin 2021 | 00:15
par Grégory Roth
Bulle (23), CCRFE (21), IFM (21)
Partagez!