«Celui qui n'aime pas son frère ne prie pas sérieusement»

«Celui qui n’aime pas son frère ne prie pas sérieusement», a déclaré le pape François lors de l’audience générale, le 16 décembre 2020. «Dans la solitude, on se sépare de tout et de tous pour retrouver en Dieu tout et tous», a-t-il insisté.

Lors de l’audience générale retransmise en direct depuis la bibliothèque du Palais apostolique, le n pontife a poursuivi son cycle d’enseignement sur la prière, s’arrêtant cette fois-ci sur la «prière d’intercession» pour autrui. «Celui qui prie ne laisse jamais le monde derrière lui», a-t-il affirmé.

«Si la prière ne recueille pas les joies et les douleurs, les espérances et les angoisses de l’humanité, elle devient une activité ‘décorative’», a expliqué l’évêque de Rome. Il a insisté sur le fait que «celui qui n’aime pas son frère ne prie pas sérieusement». La prière est une expérience «d’intériorité», un temps de «relation avec Dieu», a-t-il reconnu. Cependant «dans la solitude, on se sépare de tout et de tous pour retrouver en Dieu tout et tous.»

Les feuilles d’un même arbre

Prier «ne veut pas dire fuir la réalité», car dans la prière le chrétien devient «entre les mains de Dieu, pain rompu et partagé». Le pontife a donné en exemple toutes les personnes se retirant anonymement dans la prière: «Le monde va de l’avant grâce à cette chaîne d’orants [priants, NDLR] qui intercèdent, et qui sont principalement des inconnus…».

Le pape François a souligné «l’expérience de l’humain» qui réside en toute prière. Le pontife a terminé son enseignement par une comparaison poétique: «Nous sommes tous les feuilles du même arbre: chacune, lorsqu’elle se détache, nous rappelle la grande piété que nous devons nourrir, dans la prière, les uns pour les autres». Comme la feuille qui se détache vient nourrir l’arbre, «l’Église, dans tous ses membres, a pour mission de pratiquer la prière d’intercession». (cath.ch/imedia/cd/rz)

16 décembre 2020 | 12:15
par I.MEDIA
Partagez!