Le  patriarche chaldéen Louis Raphaël Sako plaide pour le retour des chrétiens de Mossoul et de la Plaine de Ninive | © Jacques Berset
International
Le patriarche chaldéen Louis Raphaël Sako plaide pour le retour des chrétiens de Mossoul et de la Plaine de Ninive | © Jacques Berset

Chaldéens: Le pape François "ne nous oublie pas", affirme Mgr Yakan

05.02.2018 par I.Media

Le pape François a reçu en audience au Vatican, le 5 février 2018, l’ensemble des évêques de l’Eglise catholique chaldéenne en visite ad limina. Interrogé par l’agence I.MEDIA, Mgr François Yakan, administrateur patriarcal des chaldéens en Turquie, a souligné la sollicitude du pontife pour les chrétiens d’Orient.

Démarrée en retard du fait de l’audience qui précédait avec le président turc Recep Tayyip Erdogan, la rencontre avec les évêques chaldéens emmenés par leur patriarche Mgr Louis Raphaël Sako, a duré plus longtemps que prévu, a confié Mgr Yakan. Le pontife a pris le temps de discuter avec chaque évêque de la situation de son diocèse.

Héritière de l’apôtre saint Thomas

“Le pape ne nous oublie pas”, a-t-il assuré. Selon Mgr Yakan, le pontife s’est montré particulièrement attentif à la situation de la diaspora chaldéenne. Et notamment à la sauvegarde de son identité, de sa culture et de sa liturgie. Pour l’avenir, la crainte est en effet de voir disparaître une des premières Eglises orientales, fondée à Babylone dans l’actuelle Irak et héritière de l’apôtre saint Thomas.

Cette Eglise patriarcale est l’une des onze Eglises orientales présentes en Irak. Mais sur un million de fidèles dans le monde, bien moins de la moitié sont encore en Irak, et 100’000 en Europe. La dernière grande émigration a été liée à l’arrivée du groupe Etat islamique à Mossoul, en 2014. De nombreux chrétiens ont fui la plaine de Ninive, et se sont réfugiés au nord-est de l’Irak, dans la région autonome du Kurdistan. (cath.ch/imedia/ap/be)

 


Le pape François arrive à l'audience générale | © Antoine Mekary I.Media

L’Irak invite officiellement le pape François

Les maisons anciennes de Betnaya, au nord de l'Irak, n'ont pas résisté aux bombardements (photo Maurice Page)

Une visite du pape en Irak pourrait “insuffler l'espérance“

Actualités ›