Suisse

Changement d'heure: «Une heure pour Dieu»

Dimanche 25 octobre 2020, passage à l’heure d’hiver. A 3 heures, nous reculons les montres à 2 heures. Que faire avec une heure en plus le dimanche? «Dieu comble son bien-aimé quand il dort», dit le psaume. Qu’en disent des personnes engagées en Eglise en Suisse romande? Réponses croisées.

Catherine Menoud, assistante pastorale à Genève. | © P. Pistoletti

«On gagnera ou on perdra une heure, ce dimanche?», s’interroge Catherine Menoud, agente pastorale, à Plan-les-Ouates (GE). «Ah oui, c’est vrai, on gagne. Alors je me réjouis de me reposer. La semaine a été chargée pour l’équipe pastorale, avec deux grandes célébrations de funérailles et un curé atteint par le Covid. J’ai repoussé mes vacances par solidarité».

Passionnée de peinture et d’aquarelle, Catherine Menoud se ravise: «Après réflexion, je vais quand même profiter de prendre cette heure supplémentaire pour peindre. J’ai besoin de mettre sur papier les événements marquants de cette semaine. C’est ma manière à moi de les déposer».

Entendre l’horloge parlante

L’abbé Vincent Lafargue | © B. Hallet

Fils d’horloger, l’abbé Vincent Lafargue, prêtre du diocèse de Sion, se souvient être très passionné par ce changement d’heure, étant jeune. «A mes 12 ans, je me rappelle m’être levé au milieu de la nuit pour entendre l’horloge parlante changer d’heure». Il a composé le 161 (toujours en service actuellement), pour entendre la voix dire: ‘Au prochain top, il sera 2 heures, 59 minutes, 59 secondes’… suivi de: ‘Au prochain top, il sera 2 heures, 0 minute, 0 seconde».

«A mes 12 ans, je me rappelle m’être levé au milieu de la nuit pour entendre l’horloge parlante changer d’heure»

«Cette année, eh bien, je sais c’est ce que je vais faire: dormir une heure de plus», projette l’abbé Vincent. «Car nous n’avons tiré aucune leçon du confinement. A la reprise, nous sommes repartis sur les chapeaux de roue, et je sens déjà la fatigue arriver. Cette heure de repos-là ne sera pas un luxe.» Et le prêtre bibliste d’ajouter: «Je suis tombé sur ce verset de psaume encore ce matin: ‘Dieu comble son bien-aimé quand il dort’ (Ps 126, 2). Je trouve qu’il s’accorde assez bien avec ce que je vais faire durant ce changement d’heure».

Dormir une heure de plus

Le diacre Romuald Babey | © VoxCath

«Vu la situation actuelle, je vais dormir», confie Romuald Babey, diacre permanent à Fleurier (NE). «Je sens plus de fatigue que d’habitude». Premier diacre permanent du canton, cet ancien directeur des écoles, engagé aujourd’hui à plein temps en pastorale, sent que toutes les activités ont repris comme avant, en englobant toutes celles qui ont été repoussée. Plus que le changement d’heure de dimanche, ce sont davantage les nouvelles directives cantonales qui risquent qu’impacter la grande célébration de confirmation, samedi 24 octobre à Fleurier.

«Une heure de sommeil en plus pour toutes les sœurs»

«Pour nous toutes, ce sera une heure de sommeil en plus, avant de chanter les laudes à 7h15», explique Sœur Anne-Elisabeth Steiger, prieure de la communauté au Carmel du Pâquier (FR). «Il faut dire qu’après ce printemps, durant lequel onze Sœurs sur treize ont attrapé le virus, il reste encore de la fatigue dans la communauté».

Une horloge interne

Mgr Alain de Raemy | © Jacques Berset

«Au changement d’heure, je serai en train de dormir», promet Mgr Alain de Raemy. «Mais il n’est pas impossible que je me réveille une heure plus tôt». L’évêque auxiliaire de Lausanne, Genève, et Fribourg a ce qu’on appelle une ‘horloge interne’: quelle que soit l’heure à laquelle il va se coucher, il se réveille tous les matins entre 6 heures et 6 heures 30. «J’ai été invité à célébrer la messe radiodiffusée à la basilique Notre-Dame de Lausanne. J’aurai un peu plus de temps pour me préparer et m’y rendre. Mais ce n’est jamais un effort de se lever pour aller à la messe».

«Avec une heure de plus à disposition, ce serait une heure pour Dieu»

A la question de savoir ce qu’un évêque ferait avec une heure de plus à disposition, Mgr de Raemy répond: «Ce serait une heure pour Dieu. Une heure pour prier le bréviaire ou pour une oraison silencieuse. Car je sacrifie, ma foi, régulièrement la prière pour des activités qui me paraissent plus urgentes sur le moment, parce plus concrètes».

Une heure pour la famille

«Ce changement d’heure impacte principalement l’organisation familiale», indique Christophe Wermeille, théologien en pastorale, à Porrentruy (JU). «Comme père de famille, je constate que c’est surtout le printemps, quand on perd une heure le dimanche matin, qu’il est plus dur pour les enfants de retourner à l’école le lundi. Mais comme tous les automnes, la famille va profiter d’une heure de sommeil en plus». Si Christophe Wermeille se réveille une heure plus tôt, il prévoit de préparer l’anniversaire de son fils.

Christophe Wermeille | © UP Les Sources

Et puis le théologien en pastorale animera une célébration familiale, à 11h30 à l’église St-Pierre à Porrentruy, plus adaptée pour les familles en temps de pandémie. «Nous avons réuni 60 personnes en septembre. Pour dimanche, c’est donc davantage les directives sanitaire que le changement d’heure qui influencera la tenue de cette rencontre». (cath.ch/gr)

Le clocher de l'église Saint-Laurent de Lausanne | DR
23 octobre 2020 | 17:23
par Grégory Roth
agenda (2), Alain de Raemy (60), Dimanche (10), heure (1)
Partagez!