Christine Pedotti, écrivain, journaliste et directrice du mensuel 'Témoignage Chrétien' (photo DR)
International
Christine Pedotti, écrivain, journaliste et directrice du mensuel 'Témoignage Chrétien' (photo DR)

Christine Pedotti: "Nous, chrétiens de gauche, avons été naïfs et paresseux"

05.12.2016 par Pierre Pistoletti

“Les cathos font leur primaire communion” titrait Libé pour décrypter le succès de François Fillon, suggérant l’uniformité du catholicisme français. Pour Christine Pedotti, écrivain, journaliste et directrice du mensuel Témoignage Chrétien, les mouvements conservateurs ne constituent toutefois pas la réalité des paroisses françaises. Mais la pensée chrétienne de gauche a péché par négligence. Aujourd’hui, elle peine à se faire entendre.

De nombreux médias se sont accordés pour reconnaître le rôle important de l’électorat catholique dans l’élection de François Fillon. Le catholicisme français est-il aussi homogène que cela?
En réalité, les choses sont plus compliquées. François Fillon a choisi de séduire un électorat catholique traditionaliste qui a montré son existence à travers de grandes opérations comme la Manif pour tous. Le conservatisme catholique a toujours existé. Il est aujourd’hui renforcé par une marge jeune et extrêmement active sur les réseaux sociaux. Or, ces mouvements ne sont pas la réalité des paroisses françaises. Elles sont toujours animées par des élans progressistes et sociaux.

“Nous avons à faire renaître du plaisir, et même de la jubilation, dans le vivre ensemble”

Pourtant, leurs voix ne se font guère entendre…
Nous sommes devant une défaite idéologique. Nous pensions que notre cause, si juste et évidente, n’avait pas besoin d’être énoncée. Nous avons cru à l’action, mais n’avons pas explicité ce que nous faisions. Or, l’homme ne vit pas seulement de pain, il vit aussi de parole, nous dit la Bible. Nous avons oublié d’annoncer que la fraternité n’est pas simplement un bon sentiment. C’est le moyen de sauver nos âmes. Je nous accuse, les chrétiens de gauche, de naïveté et de paresse. Nous pensions que nos valeurs tombaient sous le sens. Que voit-on aujourd’hui? Le développement d’un mouvement intitulé “Sens commun”, issu du conservatisme catholique. Voyez à quel point nous sommes dépouillés!

Un constat pour le moins pessimiste!
Au contraire. Le constat de la défaite n’est pas clos sur lui-même. Il vise une remise en marche. Nous avons à refaire des propositions qui tiennent la route en restructurant un discours autour de réalités aussi simples et fondamentales que l’altruisme.

Le danger serait de rester dans l’amertume. Je crois que nous avons à bénir, au sens étymologique du terme, tout ce qui se fait de bien, plutôt que de céder à l’accusation. Nous assistons depuis quelques années à la résurgence de la question religieuse. C’est étonnant. En France aujourd’hui, il y a un appétit spirituel – bien qu’il a tendance à s’exprimer dans une forme nostalgique. Des milliers et des milliers de personnes font vivre des quartiers autour de l’économie sociale et solidaire. Quant à notre système social, il reste généreux.

Comment voyez-vous l’Eglise de demain?
Je n’en sais rien du tout, je manque de visibilité. En revanche, je sais quel combat il faut mener aujourd’hui. Nous avons à abattre les murs pour faire renaître du plaisir, et même de la jubilation, dans le vivre ensemble. En cela, nous avons un allié dans le pape François. Il est le premier à dénoncer les frontières et à lancer des ponts. (cath.ch/pp)


Des centaines d'églises dans tout le pays ouvriront leurs portes

France: 8e édition de la 'Nuit des églises'

La messe pour la France a été célébrée dans la basilique Saint-Jean-de-Latran, à Rome (Photo:Paval Hadzinski/Flickr/CC BY-NC-ND)

La France souhaite approfondir les "liens d’amitié et de confiance" avec le Saint-Siège

Actualités ›