Cinq futurs bienheureux et sept nouveaux Vénérables, dont deux cardinaux 

04.05.2017 par I.MEDIA

Lors d’une audience accordée au cardinal Angelo Amato, préfet de la Congrégation pour les causes des saints, le pape François a reconnu le 4 mai 2017 quatre miracles et un martyre. Il a ainsi permis la future béatification de cinq Vénérables, parmi lesquels une Française. Deux cardinaux et cinq autres personnes ont par ailleurs été reconnus comme Vénérables.

Futurs bienheureux:

Bernard Casey (1870-1957): Issu d’une famille américaine d’origine irlandaise de seize enfants, Bernard Casey rentre à 21 ans au séminaire diocésain de Milwaukee, au centre des Etats-Unis. Cinq ans plus tard, il rejoint l’Ordre des Frères mineurs capucins, prend le nom de Solanus puis est ordonné prêtre en 1904. Très vite, sa réputation de sainteté et les grâces obtenues par son intercession font affluer les foules auprès de lui. Il appelle sans relâche à assister à la messe et demande aux protestants de rejoindre l’Eglise catholique. Il décède en 1957 à Detroit et plus de 20’000 personnes assistent à ses funérailles.

Adèle de Batz de Trenquelléon (1789-1828): Peu après sa naissance, sa famille est contrainte de fuir la Révolution française en Espagne et au Portugal et ne revient en France qu’en 1801. En 1816, Adèle de Batz fonde avec le Bienheureux Père Chaminade l’Institut des Filles de Marie Immaculée. Adèle de Batz prend alors en religion le nom de Mère Marie de la Conception. L’Ordre compte aujourd’hui 400 religieuses, aussi connues sous le nom de marianistes, dans 14 pays.

Clara Fey (1815-1894): Fille d’un riche industriel textile allemand, elle montre dans sa jeunesse une préoccupation particulière pour les pauvres, nombreux dans la ville industrielle d’Aix-la-Chapelle. En 1844, elle fonde la Congrégation des sœurs du Pauvre Enfant Jésus. Celle-ci grandit rapidement et ouvre des écoles et des orphelinats en Allemagne, en Autriche et au Luxembourg. Clara Fey décède en 1894. La congrégation est présente dans 12 pays sur trois continents et compte plus de 500 sœurs.

Josefina Rodríguez (1823-1896) : Née à Cordoba, en Argentine, Josefina Rodríguez  se marie à l’âge de 27 ans et a deux enfants. Veuve en 1865, elle rentre au couvent et prend le nom de Catherine de Marie. En 1872, elle fonde la première congrégation religieuse de vie apostolique d’Argentine, les Sœurs esclaves du cœur de Jésus, d’inspiration ignacienne.

Lucien Botovasoa (1908-1947): Né à Madagascar d’un père chrétien, Lucien Botovasoa est baptisé à 14 ans. Il se marie en 1930 et aura huit enfants. Menant une vie marquée par le jeûne et la prière, il devient tertiaire franciscain en 1944. Ne prenant pas partie dans le conflit de l’indépendance vis-à-vis de la France, il préfère “annoncer la Bonne Nouvelle et travailler à la réconciliation du pays”. Il meurt à 39 ans, décapité par des partisans indépendantistes. Le décret promulgué le 4 mai 2017 reconnaît son martyre en haine de la foi.

Deux cardinaux reconnus Vénérables:

Outre le cardinal vietnamien François-Xavier Van Thuan, un autre cardinal a été reconnu comme Vénérable: Mgr Elia dalla Costa (1872-1961), archevêque de Florence. D’abord évêque de Padoue pendant neuf ans, le prélat a visité à deux reprises les 400 paroisses de son diocèse et réorganisé son clergé – sa priorité – en relevant le culte eucharistique, l’Action catholique et les mouvement de jeunesse. Nommé archevêque de Florence puis cardinal par le pape Pie XI, il travaille également à la sanctification du clergé et s’oppose à la montée du fascisme italien. Il sera nommé en 2012 Juste parmi les nations. Le 2 mars dernier, l’actuel archevêque de Florence avait révélé que le pape François avait une vénération spéciale pour cet ecclésiastique exemplaire.

Cinq autres nouveaux Vénérables:

Le pape a reconnu les vertus héroïques de Mère Giovanna Meneghini (1868-1918), religieuse et éducatrice italienne, fondatrice de la Congrégation des Sœurs ursulines du Sacré Cœur de Marie.

Egalement reconnue Vénérable, Mère Vincezina Cusmano (1826-1894), Sicilienne, première supérieure générale de la Congrégation des Servantes des pauvres. Ordre religieux créé par son frère prêtre, Giacomo, fondateur d’une œuvre pour les pauvres. Il a déjà été reconnu comme Bienheureux par l’Eglise, pour son amour des pauvres et de l’eucharistie.

Guadalupe Ortiz de Landazuri Fernandez de Heredia (1912-1975), espagnole, chercheur en chimie, a travaillé avec saint Josemaria Escriva de Balaguer à l’organisation de l’Opus Dei, avant de se consacrer à l’enseignement.

Edvige Carboni (1880-1952), est une laïque italienne connue pour ses extases et ses visions angéliques. Elle a tenu un journal tout au long de sa vie dans lequel elle fait mention d’apparitions de Jésus Christ ainsi que de saints tels que Gemma Galgani et Jean Bosco. Elle a aussi été marquée des stigmates du Christ.

Né en 1943 à Vérone, Alessandro Nottegar est un médecin marié et père de famille. En 1978, il part avec ses enfants et sa femme au Brésil pour travailler dans un hôpital en zone d’extrême pauvreté. En 1986, il crée la communauté Regina Pacis. Il meurt quelques semaines plus tard d’un infarctus, à seulement 42 ans. La communauté est aujourd’hui implantée dans quatre pays: En Italie, en Hongrie, au Brésil, et en Bosnie. (cath.ch/imedia/ah/ap/xln/rz)


“Mariano Mullerat a persévéré dans l'amour du Christ, malgré les difficultés, [...] et la persécution“, a affirmé Mgr Becciu. | DR

Le cardinal Becciu salue l'exemple du bienheureux Mariano Mullerat

Le Père Jean-Baptiste Berthier (1840-1908) est le fondateur des Missionnaires de la Sainte Famille

Le pape reconnaît les vertus héroïques de 12 serviteurs et servantes de Dieu

Actualités ›