Suisse

COE: soutien musulman à la préservation du caractère de Sainte-Sophie

Le Père Ioan Sauca, secrétaire général intérimaire du Conseil œcuménique des Eglises (COE) à Genève, a exprimé le 21 juillet 2020 sa gratitude pour les soutiens reçus de responsables musulmans afin de préserver le caractère de Sainte-Sophie à Istanbul, «patrimoine commun de l’humanité», monument culturel inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Le théologien orthodoxe roumain a salué la réaction de nombreux leaders musulmans qui ont fait part de leur solidarité avec les appels urgents du COE pour que Sainte-Sophie reste un lieu d’ouverture.

Hafid Ouardiri et Mohamed Abdel Salam

Parmi ces soutiens, Hafid Ouardiri, directeur de la Fondation musulmane de l’Entre-Connaissance à Genève, et Mohamed Abdel Salam, secrétaire général du Haut Comité de la Fraternité humaine (HCHF).

La basilique Hagia Sophia d’Istanbul, joyaux de l’architecture byzantine et musée depuis 1934, vient d’être transformée en mosquée sur ordre du président turc Recep Tayyip Erdogan, qui ne cache plus son militantisme islamiste.    

Le 11 juillet dernier, au nom des 350 Eglises membres du COE dans plus de 110 pays et représentant plus d’un demi-milliard de chrétiens à travers le monde, le Père Ioan Sauca a envoyé une lettre au président turc exprimant «sa peine et son désarroi». Il note que depuis 1934, «Sainte-Sophie est un lieu d’ouverture, de rencontre et d’inspiration pour les personnes de toutes les nations et religions».

Le Père Ioan Sauca, secrétaire général intérimaire du Conseil œcuménique des Eglises (COE) | DR


Il faisait part de son fervent espoir et de sa prière pour que Sainte-Sophie ne devienne pas, une fois de plus, une cible d’affrontements et de conflits, mais qu’elle conserve son statut d’emblème de l’unification qui est le sien depuis 1934.

Valeur culturelle et spirituelle pour l’humanité

Cette lettre a suscité de nombreuses réactions de la part des Eglises et des médias, ainsi que de dirigeants musulmans. Ioan Sauca a ainsi reçu le soutien du juge Mohamed Abdel Salam, secrétaire général du Haut Comité de la Fraternité humaine (HCHF), conseiller spécial du Grand Imam d’al-Azhar, Cheikh Ahmad al Tayeb, et conseiller spécial du Conseil musulman des Anciens.

Une lettre du HCHF, signée par Abdel Salam, indique qu’en reconnaissance de la valeur culturelle et spirituelle de Sainte-Sophie pour l’humanité, «nous soutenons votre appel à éviter les divisions et à promouvoir le respect et la compréhension mutuels entre toutes les religions». La déclaration réitère que les lieux de culte doivent toujours rester un message de paix et d’amour pour tous les croyants.

«Le HCHF appelle tout le monde à éviter toute démarche qui pourrait nuire au dialogue interconfessionnel et à la communication interculturelle, et qui pourrait créer des tensions et de la haine entre les adeptes de différentes religions, confirmant ainsi la nécessité pour l’humanité de donner la priorité aux valeurs de la coexistence», peut-on lire dans la déclaration.

Un musée symbole de respect des croyances et un exemple de paix

Hafid Ouardiri, directeur de la Fondation musulmane de l’Entre-Connaissance à Genève, membre fondateur et vice-président de la Plate-forme interreligieuse de Genève, et membre fondateur et vice-président de l’Appel spirituel de Genève, est opposé à la décision d’Erdogan. Il a écrit au COE qu’il apporte son «plein soutien» à la lettre adressée au président de la Turquie au sujet de la conversion de Sainte-Sophie en mosquée «alors qu’elle était un musée symbole de respect des croyances et un exemple de paix…»

«En tant que musulman, comme beaucoup d’autres dans le monde, nous prions pour que Sainte-Sophie, en Turquie que nous aimons de tout notre cœur, reste ce qu’elle a toujours été depuis 1934, à savoir un carrefour de connaissances, de lumière, de sagesse et de paix pour toute l’humanité».

Dialogue interreligieux «plus nécessaire que jamais»

Le Père Sauca s’est dit surpris et reconnaissant suite aux nombreuses réactions de solidarité et de soutien, rappelant que musulmans et chrétiens «ont vécu côte à côte tout au long de l’histoire au Moyen-Orient et, sur la base de leur affirmation commune de l’amour de Dieu et du prochain, ont trouvé des moyens de cohabitation, de coopération et de soutien mutuel».

Il a également noté que le dialogue interreligieux, en cours depuis près de 50 ans, «en ces temps doit être approfondi davantage, et est plus nécessaire que jamais».

Effets négatifs sur les relations interreligieuses

Le Père Sauca s’est dit «encouragé de voir les signes de soutien et de solidarité exprimés par nos partenaires et amis musulmans (…) Cela prouve que notre dialogue est profond et authentique, et qu’ensemble nous pourrions réaliser le rêve de construire un monde pacifique dans lequel les personnes et les religions se respectent et se soutiennent mutuellement».

Le Comité exécutif du COE a souligné que la reconversion de Sainte-Sophie d’Istanbul, passant d’un musée à une mosquée, entraînait des effets négatifs sur les relations interreligieuses. Il a demandé que cette décision soit annulée et que Sainte-Sophie reste le patrimoine commun de l’humanité. Le Comité a également invité les Eglises membres du COE du monde entier à faire preuve de solidarité dans la prière et à soutenir les efforts qu’elles déploient pour remettre en question «et inverser cette grave situation». (cath.ch/coe/be)

Hafid Ouardiri, directeur de la Fondation pour l'Entre-Connaissance | © Jacques Berset
22 juillet 2020 | 16:11
par Jacques Berset
COE (71), Erdogan (13), Hafid Ouardiri (23), Ioan Sauca (1), Mosquée (44), Sainte-Sophie (13), Unesco (30)
Partagez!