Suisse

Coire: Mgr Bürcher justifie le licenciement de Martin Kopp

Suite aux polémiques provoquées par le licenciement de l’abbé Martin Kopp de son mandat de délégué de l’administrateur apostolique, Pierre Bürcher, l’administrateur Apostolique du diocèse de Coire, se justifie dans un communiqué publié le 28 mars 2020. Il prend aussi la défense de Martin Grichting et de Giuseppe Gracia, responsable de la communication du diocèse.

«Tout d’abord, je souligne que cette décision n’implique aucun jugement sur le travail pastoral et social réalisé pendant de nombreuses années par le prêtre Martin Kopp qui est apprécié par beaucoup. Je lui ai exprimé à plusieurs reprises ma gratitude pour son service généreux et volontiers je tiens à le réitérer ici», affirme Pierre Bürcher dans sa «Réponse aux réactions positives et négatives concernant la révocation de la délégation de procurations et pouvoirs du Dr Martin Kopp».

L’abbé Martin Kopp a exercé jusqu’au 17 mars dernier la fonction de délégué de l’administrateur apostolique pour les cantons d’Uri, Schwytz et Unterwald, en Suisse centrale.

«Des troubles au sein de l’Eglise et de l’Etat»

Le temps relativement calme qu’a connu le diocèse de Coire au cours des derniers mois, poursuit Pierre Bürcher dans un communiqué publié sur le site du diocèse, a malheureusement été perturbé par des tentatives d’autorités politiques de chercher à s’immiscer dans les affaires internes de l’Eglise en sa préparation de l’élection d’un nouvel évêque de Coire, en cette pandémie actuelle du Coronavirus.

L’administrateur apostolique du diocèse reproche à Martin Kopp d’être intervenu non pas en tant que personne privée ou citoyen mais en sa qualité de Délégué de l’Administrateur Apostolique. Or, ajoute Pierre Bürcher, «il n’avait reçu aucune délégation de ma part. Sa déclaration officielle, contrairement à mes instructions – à une époque où le Conseil fédéral avait déjà introduit des mesures drastiques concernant la crise du Corona – a provoqué des troubles au sein de l’Eglise et de l’Etat».

Rupture de loyauté

Estimant qu’il y avait une rupture de loyauté, Pierre Bürcher a «décidé personnellement de retirer à M. Kopp son mandat, non comme prêtre mais en sa fonction de Délégué de l’Administrateur Apostolique».

Dans sa lettre, Pierre Bürcher défend le vicaire général Martin Grichting et le porte-parole du diocèse auprès des médias, Giuseppe Gracia. Ils n’avaient rien fait d’autre «que de collaborer loyalement avec l’administrateur apostolique».

Pierre Bürcher, malgré des avis contraires: «diverses personnes m’ont conseillé, au début de mon mandat, de ne pas commencer avec M. Kopp», a souhaité commencer son mandat dans le diocèse avec le Dr Kopp et sur l’insistance de Martin grichting affirme-t-il: «Plusieurs personnes, dont à l’époque le Dr. Grichting, m’ont conseillé de continuer à travailler avec tous les actuels membres du Conseil épiscopal afin de débuter un nouveau chapitre avec eux».

Priorité à la recherche d’un nouvel évêque

Il invite ses contradicteurs à considérer «qu’aucune organisation dans le monde ne peut se passer de la loyauté de ses collaborateurs». L’unité doit prévaloir estime finalement l’administrateur apostolique, et «Pour nous tous, l’accent devrait maintenant être mis sur le bien du diocèse et la recherche d’un nouveau bon berger: un nouvel évêque attentif aux signes des temps, qui encourage les croyants à écouter l’appel de Dieu et sa Parole et qui les unit dans l’enseignement de l’Eglise». (cath.ch/com/bh)

Mgr Pierre Bürcher justifie sa décision de licencier Martin Kopp dans une lettre publiée le 28 mars | © Jacques Berset
29 mars 2020 | 11:22
par Bernard Hallet
Partagez!