Suisse

Covid: l'Abbaye de St-Maurice se mobilise contre la précarité

L’Abbaye de St-Maurice (VS) a lancé début juillet 2021 son action «Colis du cœur», pour venir en aide aux personnes précarisées par la pandémie. Les chanoines sont enthousiasmés par le sens de la solidarité montré par la population à cette occasion.

«Je n’arrête pas de recevoir des téléphones de gens qui me demandent ce qu’ils peuvent faire pour aider», confie Maurice Sessou à cath.ch. Le chanoine novice de St-Maurice coordonne depuis ses débuts l’action «Colis du cœur». Grâce à cette initiative, des personnes dans le besoin peuvent aller chercher des cartons remplis de produits de première nécessité dans un local aménagé dans l’aumônerie du Collège de St-Maurice.

Une nouvelle pauvreté

Dès le début des restrictions sanitaires dues à la pandémie, en mars 2020, des personnes se sont retrouvées, en Valais, comme partout ailleurs, en situation particulièrement précaire. Nombre de ces habitants se sont adressés à l’Abbaye pour trouver de l’aide, demandant un repas ou de l’argent pour continuer de vivre. «Au début, nous faisions ce que nous pouvions pour les aider, au cas par cas. Et nous nous sommes rendus compte qu’aucune structure n’était en place pour ces gens», relève Maurice Sessou.

Vue sur les toits de l’Abbaye de Saint-Maurice d’Agaune | © Abbaye de Saint-Maurice – Olivier Roduit

Face à cette demande croissante, les chanoines se réunissent alors pour voir comment fournir de l’aide d’une manière pérenne et efficace. Maurice Sessou est choisi pour coordonner la démarche.

L’Abbaye participe d’abord à l’opération «Caddies pour tous», lancé par la RTS, fin mars 2021. Près de trois tonnes de nourriture et quelques milliers de francs sont récoltés et transmis à l’Abbaye. Plus d’une tonne de vivres a déjà été distribuée. Les commerçants locaux ont joué le jeu est garanti leur aide.

La commune en renfort

Mais pour les chanoines, la situation a montré qu’une structure durable devait être mise en place. Ils s’adressent d’abord à la commune de St-Maurice pour savoir ce qui peut être fait. Si la commune n’envisage pas de faire quelque chose de son côté, elle entre cependant en matière pour soutenir un quelconque projet de l’Abbaye.

Maurice Sessou entame alors une collaboration avec Fabien Lafarge, le chargé des Affaires sociales. «Grâce à lui, la démarche a pu avoir beaucoup de soutien de la part des bénévoles et des commerces», salue le chanoine. Fabien Lafarge mène aussi les efforts pour obtenir un soutien financier de la commune valaisanne.

Des bénévoles de l’Association «Colis du coeur» s’affairent dans l’aumônerie du Collège St-Maurice | © Abbaye de St-Maurice

Volonté de discrétion

Il est ainsi désormais possible de téléphoner le lundi au 078 220 94 73 et d’aller chercher le vendredi le colis. L’accès au local de l’Association se fait par le petit jardin au nord du bâtiment de l’Aumônerie du Collège (Avenue d’Agaune 7, en face du restaurant Le Troubadour). Cela répond aussi à une volonté de discrétion de la démarche. «Nous ne voulons pas que ces personnes demandeuses soient stigmatisées, indique Maurice Sessou. C’est pourquoi, les victuailles sont distribuées le vendredi dès 15 heures, et d’une manière échelonnée, afin de garantir aux personnes un maximum de dignité». Les dons serviront à terminer l’aménagement du local et à compléter l’offre de colis.

Réveil de solidarité

Le soutien, sur place, n’est pas que matériel, précise le chanoine. «Beaucoup de ceux qui viennent vivent aussi dans l’inquiétude, parfois la solitude, et ils ont besoin de se confier». C’est donc aussi un soutien psychologique qu’apportent les bénévoles sur place; une offre toute aussi essentielle que la nourriture, relève Maurice Sessou.

Ce dernier est en tout cas enthousiaste de l’élan de solidarité soulevé par cette initiative. Une trentaine de bénévoles participent maintenant à l’action et les offres d’aide continuent d’affluer. «Dès que nous avons commencé, c’est un boulevard de solidarité qui s’est ouvert, souligne le chanoine novice. Cette crise a réveillé quelque chose dans la population, et cela fait chaud au cœur de voir toute la générosité qui s’exprime maintenant chez les habitants».

Rappelant les injonctions du pape à l’Eglise de se rendre dans «les périphéries», le chanoine assure que «c’est exactement ce que l’Abbaye de St-Maurice fait avec cette démarche». (cath.ch/rz)

Le chanoine Maurice Sessou (dr.) avec des bénévoles de l'action «Colis du coeur» | © Olivier Roduit/Abbaye de St-Maurice
12 juillet 2021 | 17:00
par Raphaël Zbinden
Partagez!