Suisse

Décès du théologien Leo Karrer

Leo Karrer est décédé le 8 janvier 2021, à l’âge de 83 ans. Professeur de théologie pastorale à l’Université de Fribourg de 1982 à 2008, il était l’un des plus grands théologiens de Suisse. Tout au long de sa vie, il aura travaillé pour une Église plus synodale et plus fraternelle.

Leo Karrer est né à Röschenz (BL) et a grandi à Würenlos AG. Il a passé sa maturité au collège du monastère d’Einsiedeln. Il a ensuite fait des études de théologie, de philosophie et de psychologie à Vienne, Chicago, Munich et Münster. En 1967, il a obtenu son doctorat en dogmatique à l’université de Munich.

Leo Karrer est entré au service de l’Eglise à partir de 1969 en tant que mentor de théologiens laïcs étudiant à Münster. Il a également été assistant auprès Karl Rahner, influent conseiller du Concile Vatican II.

En 1978, Leo Karrer a été nommé par l’évêque de Bâle, Mgr Anton Hänggi, comme assistant au bureau du personnel. Il était le premier théologien laïc à ce poste.

De 1982 à 2008, Leo Karrer a été professeur de théologie pastorale à l’université de Fribourg. «Leo Karrer a donné à des générations entières d’étudiants les outils nécessaires à une solide réflexion théologique pastorale et à un travail pratique. Il était soucieux de surmonter l’autosuffisance et l’étroitesse ecclésiastiques et de penser au-delà de son propre clocher», rappelait la théologienne Stephanie Klein à l’occasion de son 80e anniversaire.

L’heure des laïcs

Tout au long de sa vie, Leo Karrer a travaillé pour une Église synodale et fraternelle. Les laïcs étaient particulièrement importants pour lui. Son livre «L’heure des laïcs» est devenu un ouvrage de référence. «Leo Karrer a considérablement façonné la théologie pastorale en tant que science. Son approche, basée sur la théologie du Concile Vatican II et des Synodes nationaux, est de s’interroger sur Dieu et de développer la théologie à partir des personnes et de leur expérience». Son engagement dans la profession d’»assistant pastoral» avait considérablement soutenu la nouvelle conception que les théologiens laïcs avaient d’eux-mêmes», relevait Stephanie Klein.

Le lauréat du prix Herbert Haag pour la liberté dans l’Eglise a été actif dans de nombreuses organisations scientifiques internationales. De 1993 à 2001, il a été président de la Conférence des théologiens pastoraux germanophones, et de 2001 à 2004, il a été président de la Société européenne de théologie catholique.

Engagement en faveur de l’Église en Suisse

En 1987, Karrer a lancé l’idée d’une «Diète» de l’Église catholique en Suisse dans le but de rassembler toutes les forces concernées de l’Église. Il a également été impliqué dans le travail médiatique. En tant que président de l’association du service des médias catholiques de Zurich (KM), il a dirigé le développement du travail médiatique catholique en Suisse alémanique pendant douze ans, à l’époque où Internet faisait ses premiers pas. Pendant sa présidence, à partir de 1995, le portail Internet kath.ch a été créé : un projet pionnier pour l’Église suisse.

Leo Karrer a vécu à Fribourg avec sa femme Maria. Il laisse derrière lui deux enfants adultes. (cath.ch/kath.ch/mp)

Leo Karrer, ancien professeur de théologie pastorale à l'Université de Fribourg (1982-2008) (photo Vera Rütimann)
10 janvier 2021 | 10:04
par Maurice Page
Partagez!