International

Découverte des restes des trois premiers martyrs de Corée

Les restes des trois premiers martyrs catholiques de Corée ont été découverts au sud de Séoul, a annoncé le 1er septembre 2021 le diocèse de Jeonju. Ils avaient été mis à mort en 1791 et 1801 pour avoir refusé d’abandonner leur foi chrétienne.

Les dépouilles ont été identifiées comme celles de Paul Yun Ji-chung et Jacques Kwon Sang-yeon, décapités en 1791, ainsi que le petit frère de Paul Yun, François Yun Ji-heon, écartelé en 1801. Ils ont fait partie des premiers catholiques tués par les dirigeants coréens, qui craignaient que la propagation du catholicisme réduise l’influence de l’idéologie nationale dominante, basée sur le confucianisme. Tous trois, avec 121 autres martyrs coréens, ont été béatifiés en 2014 par le pape François lors de son voyage apostolique en Corée.

Opposition au culte des ancêtres

L’identification formelle des dépouilles a été annoncée le 1er septembre par le diocèse de Jeonju, à 243 km au sud de Séoul, la capitale, lors d’une conférence de presse, rapporte Eglises d’Asie (EdA), l’agence d’information des Missions étrangères de Paris. Les recherches archéologiques et les tests ADN ont confirmé que les restes appartenaient bien aux trois martyrs.

Ces derniers, deux frères et un cousin, appartenaient à une famille noble de Jeonju. Paul Yun Ji-chung a été le premier converti au christianisme à être baptisé. En 1791, obéissant à Mgr Alexandre de Gouvea, évêque de Pékin, qui avait interdit le culte des ancêtres dans les territoires sous sa juridiction, Paul Yun Ji-chung avait détruit l’autel familial. L’acte avait fait scandale à la cour de Corée. Arrêté avec son cousin James Kwon Sang-yeon, le chrétien avait refusé d’abandonner sa foi. Les deux ont été exécutés par décapitation le 8 décembre 1791.

200 ans de christianisme en Corée

Dix ans plus tard,en 1801, le frère de Pau Yun Ji-Chung, Francis Yun Ji-heon, a été victime d’une nouvelle vague de persécution contre les chrétiens. Après avoir été arrêté, il a été mis à mort par écartèlement.

Les reliques des trois martyrs ont été découvertes en mars 2021 à Wanju, sur un site identifié comme un lieu d’enterrement pour les martyrs et qui devait être transformé en sanctuaire. «La découverte de ces restes est un événement vraiment incroyable», s’est réjoui Mgr John Kim Son-tae, évêque de Jeonju.

Cette année, l’Église coréenne célèbre le 200e anniversaire de la naissance de son premier prêtre, saint André Kim, également tué à cause de sa foi, en 1846, à l’âge de 25 ans. (cath/eda/asianews/rz)

Les dépouilles de trois martyrs coréens, béatifiés en 2014, ont été découvertes près de Jeonju, à 243 km au sud de Séoul | DR
2 septembre 2021 | 11:07
par Raphaël Zbinden
Partagez!