Victime de l'idéologie de l'Hindutva, une communauté de dalits dans l'Etat du Bihar, en Inde (Photo: video volunteer youtube)
International
Victime de l'idéologie de l'Hindutva, une communauté de dalits dans l'Etat du Bihar, en Inde (Photo: video volunteer youtube)

Déni de justice pour les victimes des massacres antichrétiens de 2008 en Orissa

06.04.2017 par Maurice Page

Les communautés et les personnes victimes des massacres antichrétiens survenus dans l’Etat de l’Orissa, en Inde, en 2008 n’ont toujours pas été correctement reconnues et indemnisées. C’est ce que révèle une nouvelle enquête menée par deux avocats indiens.

La justice a été niée aux personnes les plus vulnérables et marginalisées telles que les adivasis et les dalits chrétiens. Les pauvres et les exclus n’obtiennent pas justice. Il s’agit d’une question qui doit nous préoccuper tous si nous voulons sauver la Constitution indienne, a affirmé à l’agence missionnaire vaticane Fides A.P. Saha, magistrat de la Haute Cour de Delhi. La recherche, publiée par deux avocats, dénonce les lacunes de l’administration de la justice vis-à-vis des victimes. Ses auteurs affirment avoir travaillé dans une perspective ni confessionnelle ni communautariste, mais simplement humaine.

Les violences de Kandhamal ont gravement touché les femmes et les enfants, 600 villages ont été détruits, 5’600 maisons saccagées, 295 églises et lieux de culte, 13 écoles et léproseries détruites. Quelque 56’000 chrétiens ont perdu leur foyer. On a dit aux fidèles que la condition pour pouvoir demeurer dans ce district était de devenir hindous.

Menaces des fondamentalistes hindous

“Les fondamentalistes hindous ont intimidé les témoins devant les tribunaux, les menaçant de mort”, témoigne un des deux avocats. Par conséquent, tous les cas les plus graves se sont soldés par un classement sans suite ou un acquittement. Neuf ans après les faits, les auteurs des massacres se déplacent librement, alors que les victimes vivent dans la peur et la dissimulation.

L’administration civile porte aussi sa part de responsabilité. Elle a été paralysée pendant trois ou quatre jours. Aucun secours n’a été porté aux victimes, réfugiées dans les forêts et privées d’eau et de nourriture. (cath.ch/fides/mp)


Le cardinal indien Georges Alencherry, archevêque majeur d'Ernakulam des Syro-malabars | Youtube

Le cardinal indien George Alencherry impliqué dans un scandale foncier

Le pape François et le patriarche Bartholomée Ier, devant l'église du Saint-Sépulcre à Jérusalem, 25 mai 2014 (Photo: Wikimedia Commons)

Huitième rencontre entre le pape François et Bartholomée Ier

Actualités ›