International

Des théologiens s’opposent au refus de bénir les couples homosexuels

En Allemagne, plus de 200 professeurs de théologie publient le 22 mars 2021 une déclaration relayée sur katholisch.de, le site de la Conférence épiscopale allemande, dans laquelle ils s’opposent au non à la bénédiction des unions homosexuelles de la part de la Congrégation pour la doctrine de la foi. Ils l’accusent d’un «manque de profondeur théologique».

Katholisch.de / Traduction et adaptation Carole Pirker

En Allemagne, plus de 200 professeurs de théologie s’expriment en termes forts contre le vote négatif de la Congrégation pour la doctrine de la foi (CDF) sur la bénédiction des partenariats entre personnes de même sexe. La déclaration, préparée par un groupe de travail de l’Université de Münster et publiée le 22 mars 2021, accuse le ‘responsum’ de la Congrégation d’un «manque de profondeur théologique, de compréhension herméneutique ainsi que de rigueur argumentative». Le Magistère, argumente-t-il, sape sa propre autorité lorsqu’il ignore, «comme c’est le cas dans son document», les preuves scientifiques.

Parmi les 212 signataires de cette déclaration figurent des professeurs actifs et émérites, dont le dogmaticien émérite de Tübingen Peter Hünermann, la dogmaticienne de Münster Dorothea Sattler et l’éthicienne sociale de Münster Marianne Heimbach-Steins. Les responsables du groupe de travail sur la dogmatique catholique et la théologie fondamentale, Gregor Maria Hoff de Salzbourg et Julia Knop d’Erfurt, qui avaient déjà publié vendredi une déclaration sur le document du Vatican, ont également signé le document.

«Geste paternaliste de supériorité».

Lundi dernier, la Congrégation pour la doctrine de la foi avait répondu à la question de savoir si l’Église avait le pouvoir de bénir les partenariats entre personnes de même sexe par un «non» catégorique dans un «responsum ad dubium». Selon les professeurs, la note explicative jointe à la réponse est «marquée par un geste paternaliste de supériorité» et discrimine les personnes homosexuelles et leurs projets de vie. La Congrégation pour la doctrine de la foi, en revanche, souligne qu’il n’y a pas de discrimination injuste à l’encontre des amoureux du même sexe dans l’attitude négative à l’égard des actes homosexuels. «Nous nous distançons fermement de cette position», indique la déclaration: «En revanche, nous partons du principe que la vie et l’amour des couples de même sexe ne sont pas moins dignes devant Dieu que la vie et l’amour de tout autre couple.»

La lettre de la CDF a suscité des discussions et des protestations, notamment dans les pays germanophones. En Autriche et en Allemagne, plus de 2’000 prêtres se sont engagés à continuer de bénir les partenariats entre personnes de même sexe. Dans leur déclaration, les professeurs ont expressément salué les cérémonies de bénédiction et les efforts des pasteurs pour leur trouver une forme liturgique appropriée.

«Une vision plus large de la sexualité»

L’évêque Franz-Josef Overbeck d’Essen a déclaré le 19 mars dernier que l’enseignement de l’Eglise «a besoin de toute urgence d’une vision plus large de la sexualité humaine». D’autres évêques avaient déjà critiqué la lettre. Le document de la Congrégation pour la doctrine de la foi a été approuvé par l’évêque de Goerlitz Wolfgang Ipolt, l’évêque de Passau Stefan Oster et dès lundi par l’évêque de Regensburg Rudolf Voderholzer, lui-même membre de la Congrégation pour la doctrine de la foi depuis 2014. (cath.ch/katholisch.de/fxn/cp)

Le refus d'accorder la bénédiction des unions homosexuelles a soulevé en Allemagne un vent de protestation contre la Congrégation pour la doctrine de la foi, que dirige le cardinal Luis Francisco Ladaria Ferrer | © Conferencia Episcopal Espanola
22 mars 2021 | 11:33
par Carole Pirker
Partagez!