International

Devant 60'000 fidèles à Zimpeto, le pape appelle à la rénconciliation

Une attitude de miséricorde est la «force prophétique» enseignée par le Christ, a relevé le pape François le 6 septembre 2019. Célébrant une messe au stade de Zimpeto, au Mozambique, le pontife a donné une homélie sous forme de plaidoyer poignant pour la réconciliation tout en dénonçant fermement tant la corruption que l’euthanasie et l’abandon des personnes âgées.

Ce n’est qu’en conclusion de sa visite au Mozambique que l’évêque de Rome a véritablement retrouvé les catholiques du pays, pour une messe en présence de 60’000 personnes selon les organisateurs. Malgré la pluie, le tour en papamobile du pontife autour de la piste du stade a déclenché un long cri d’enthousiasme tandis que l’assistance dansait joyeusement en chantant avec la chorale et poussant des youyous. Alors que le Mozambique est récemment parvenu à un accord de paix entre gouvernement et opposition, la célébration a pris la forme d’une messe votive pour la réconciliation.

«Aimez vos ennemis», demande le Christ dans l’évangile choisi pour cette célébration (Lc 6,27-38), a relevé le pape au cours de son homélie. Il ne s’agit ni d’une invitation à un «amour abstrait, éthéré ou théorique» ni à effacer les tourments passés de la mémoire. Selon le pontife, le Christ appelle plutôt à une «bienveillance active, désintéressée et extraordinaire» qui va jusqu’à bénir – c’est-à-dire à être «génératrice de vie» – celui qui a causé du tort. Pour cela, le Seigneur donne une «règle d’or» : «ce que vous voulez que les autres fassent pour vous, faites-le aussi pour eux».

Traiter les autres avec miséricorde et bonté – en particulier les plus faibles, a exhorté le pontife, n’est pas l’attitude des faibles, mais des forts, c’est la «force prophétique» enseignée par le Christ. Hélas, a regretté le pape François, le monde semble ignorer cette attitude «en tuant ou en abandonnant des personnes avec handicap et des personnes âgées, en éliminant des blessés et des malades, ou en se divertissant avec les souffrances des animaux».

Ferme dénonciation de la corruption

Autre constat douloureux pour le pape: le fait qu’une part énorme des Mozambicains vive sous le seuil de pauvreté – environ la moitié selon la Banque mondiale. Entre frères du même pays, a-t-il dénoncé, il arrive que certains se laissent corrompre en cherchant des intérêts politiques ou personnels. Et François de mettre en garde : «il est très dangereux d’accepter que la corruption soit le prix à payer pour l’aide extérieure». Il existe en effet selon lui des idéologies de toute sorte qui veulent instrumentaliser les pauvres.

Dans la foule réunie au stade de Zimpeto, de nombreuses femmes s’étaient vêtues dans des tissus bleus reprenant le logo de cette visite apostolique tandis que des hommes en avaient fait des chemises. Au milieu de la piste du stade, des femmes formant deux allées en croix, toutes venues d’un même boubou à l’effigie du pape, dansaient pour accompagner la chorale au long de la célébration.

Après la conclusion de cette messe, le pape François doit retourner à l’aéroport de Maputo. Là, il prendra congé du président Filipe Nyusi et s’envolera vers Tananarive, capitale de Madagascar et seconde destination de ce 31e déplacement hors d’Italie. (cath.ch/imedia/xln/mp)

Le pape François célébre la messe au stade de Zimpeto, au Mozambique | capture d'écran Vatican media
6 septembre 2019 | 11:06
par Maurice Page
Partagez!