Suisse

Diocèse LGF: émouvante journée en mémoire des victimes d'abus sexuels

Par Maurice Page et Bernard Litzler

En apposant, à la cathédrale St-Nicolas, le 23 novembre 2019, une plaque à la mémoire des victimes des abus sexuels dans l’Eglise, le diocèse de diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg a fait un geste symbolique fort.

La plaque de verre avec un lettrage blanc fixée à gauche de l’entrée de la cathédrale de Fribourg est sobre et discrète. Y figurent des mots forts: «Nous avons érigé cette plaque pour témoigner des souffrances endurées par les victimes des abus sexuels commis dans ce diocèse par des prêtres et autres personnes engagées dans l’Eglise. Cette démarche est aussi une demande de pardon et une invitation à la communauté à rester vigilante».

Cette plaque revêt une signification forte pour les victimes comme pour l’Eglise. Elle a trouvé sa place grâce au dialogue et au désir commun de voir reconnus les abus commis par des membres du clergé, a souligné l’évêque du diocèse. Il s’agit de garder vive la mémoire, de rendre justice et d’éviter la répétition. Mgr Charles Morerod n’a pas manqué d’exprimer sa reconnaissance aux victimes qui ont osé parler pour dénoncer les abus.

La plaque érigée à la mémoire des victimes d’abus sexuels dans l’Eglise, àla cathédrale St-Nicolas de Fribourg | © Maurice Page

Une cérémonie en toute simplicité

La célébration, sans parements ni vêtements liturgiques, s’est déroulée en toute simplicité. Mgr Morerod et son auxiliaire Mgr Alain de Raemy ont pris place dans l’assemblée. «Quitte le cortège d’indifférence, les sentiers de ton désespoir… Ne crains pas, Dieu fait route avec toi», chante la chorale.

L’évangile du jour reprend l’admonestation de Jésus dans Matthieu: «Celui qui est un scandale, une occasion de chute pour un seul de ces petits (…) il est préférable pour lui qu’on lui accroche au cou un de ces meules que tournent les ânes et qu’il soit englouti en pleine mer». «J’entends trop souvent dire que Jésus ne juge personne, commente Mgr Morerod, mais dans ce passage, il est très ferme dans son jugement. Pour les victimes, l’existence d’un juge capable de les écouter et de rétablir la justice représente un espoir.»

Faire la lumière, ne plus dissimuler ni protéger, remettre à la justice, réparer et prévenir sont les étapes de la lutte contre les abus sexuels pour lesquels l’assemblée d’une centaine de personnes à invoqué le soutien de Dieu.

Comment ont-ils pu sévir?

Comment est-il possible de n’avoir pas fait le nécessaire pour neutraliser les prédateurs, s’est interrogé Jean-Marie Fürbringer, au nom du groupe des victimes SAPEC. Comment des évêques, des supérieurs religieux ont-ils laisser de telles choses se passer? «Enfants, nos parents nous disaient de ne pas parler à des inconnus, mais ils ne nous ont pas appris à nous méfier d’un prêtre, d’un religieux, d’un enseignant ou d’un maître de sport.»

Jean-Marie Fürbringer s’est exprimé au nom du groupe SAPEC | © Maurice Page

Grâce à l’écoute, l’intelligence et le travail, un chemin de paix et de collaboration a pu s’ouvrir entre le groupe SAPEC et l’évêché qui a permis d’aboutir à la pose de cette plaque commémorative. Si l’Eglise prend mieux conscience de la souffrance des victimes, cette démarche ne sera pas inutile, a relevé Jean-Marie Fürbringer.

Ouvrir la voie du difficile pardon

Au nom des religieuses, Sœur Louise-Henri Kolly, ancienne supérieure de la congrégation d’Ingenbohl, a reconnu que des religieuses se sont aussi rendues coupables d’abus sur des enfants. Il s’agit de faire mémoire contre le déni et l’oubli. Cette mémoire est indispensable pour ouvrir la voie au difficile pardon, à la réconciliation, à la guérison et à la reconstruction.

Parmi les victimes, Daniel Pittet, qui a raconté son histoire dans un livre «Mon Père, je vous pardonne», est particulièrement ému: «C’est ici même dans cette cathédrale que les abus ont commencé, alors que j’étais un jeune servant de messe de huit ans. Plus de cinquante ans plus tard, Je ne pensais jamais voir et vivre ce geste de repentance. C’est une démarche incroyable, probablement unique dans l’Eglise.» Dans l’assemblée, il a reconnu d’autres victimes. «Ce sont des gens qui sont totalement hors de l’Eglise. Et ils ont fait l’effort de venir, c’est extraordinaire», conclut-il.

A l’issue de la célébration, les participants ont été invités à assister à la projection du film de François Ozon: Grâce à Dieu. Car l’histoire du groupe de victimes de la Parole libérée de Lyon est largement analogue à celle du groupe SAPEC. (cath.ch/mp/bl)

Jacques Nuoffer, un engagement de dix ans pour un travail de vérité sur les abus sexuels du clergé | © Bernard Litzler

Des échanges fructueux
Après la projection du film, les participants à la démarche diocésaine ont échangé entre eux, au Vicariat épiscopal de Fribourg, boulevard de Pérolles. Gravité et reconnaissance ont ponctué les partages en groupes de 6-7 personnes, avant une restitution finale dense et forte.

Des groupes ont émergé des demandes précises: la circulation de l’information entre diocèses et ordres religieux, l’appel au dialogue, l’éducation pour apprendre aux enfants à dire «non», la formation continue des prêtres et des séminaristes. Informer, sensibiliser, être vigilant, telles sont les tâches que l’Eglise doit poursuivre avec persévérance. Bien des remarques ont touché les participants, après une heure de discussions: «Ne plus se mettre à genoux devant l’autorité», «poursuivre l’effort de communication par un site dédié aux abus», «collaborer avec les groupes de victimes, telle la SAPEC».

Transparence, sincérité, ouverture
Dans son petit groupe, Sœur Louise-Henri Kolly relevait que «la transparence et la sincérité entre congrégations a grandi» suite aux révélations sur les abus. Pour le Père-Abbé d’Hauterive (FR), Marc de Pothuau, le travail de mise en vérité pour l’Eglise «ne fait que commencer». Mais les communautés religieuses sont aujourd’hui faibles et fragiles pour faire face à certaines situations critiques.

L’organisation de la journée a été saluée par tous. «Elle fait grandir l’espoir en termes de transparence, de sincérité, d’ouverture réciproque», confiait une participante. Fondateur du groupe SAPEC, Jaques Nuoffer notait que la pose de la plaque à la cathédrale couronnait dix ans de lutte pour la reconnaissance des abus: «En 2010, on a crié, mais personne n’a répondu. L’arrivée de Mgr Morerod a tout changé. C’est à l’évêché, pendant le repas qui a suivi notre réception que tout a basculé… Nous nous sommes mis au travail et la commission Ecoute Conciliation Arbitrage Réparation, la CECAR, a pu démarrer». (bl)

Mgr Charles Morerod inaugure la plaque érigée à la mémoire des victimes d'abus sexuels dans l'Eglise, à la cathédrale St-Nicolas de Fribourg | © Maurice Page
24 novembre 2019 | 15:25
par redaction
Partagez!