Le président Petro Porochenko a favorisé l'éclosion d'une Eglise indépendante ukrainienne  | © www.president.gov.ua
International
Le président Petro Porochenko a favorisé l'éclosion d'une Eglise indépendante ukrainienne | © www.president.gov.ua

Dissensions au sein de la nouvelle Eglise autocéphale d’Ukraine

12.04.2019 par Jacques Berset, cath.ch

Le métropolite Joasaph, ancien membre permanent du Synode de l’Eglise dissidente du “Patriarcat de Kiev”, dénonce “un coup d’Etat” mené par le métropolite Epiphane Doumenko. Ce dernier est le chef de la nouvelle Eglise autocéphale [non canonique]  instituée en Ukraine par le Patriarcat de Constantinople.

Epiphane a été intronisé le 3 février 2019 en la cathédrale Sainte-Sophie de Kiev en présence, notamment, du président Petro Porochenko et du gotha politique ukrainien, ainsi que des délégations du Patriarcat de Constantinople, de l’Eglise gréco-catholique (uniate) d’Ukraine,  de l’Eglise catholique-romaine en Ukraine et des confessions protestantes

Joasaph, métropolite de Belgorod et Oboïansk, écrit que “sous nos yeux, avec notre participation involontaire, s’est produit un coup d’Etat” au cours duquel “on a changé par la tromperie non seulement le Primat de l’Eglise, mais aussi l’Eglise elle-même qui a été dirigée sur un faux chemin”. Cette lettre ouverte, portant le titre “Je ne peux me taire !”, a été publiée sur le site officiel du “Patriarcat de Kiev”, avec la bénédiction du “patriarche d’honneur” de la nouvelle Eglise, Philarète Denisenko.

“On commet manifestement  des iniquités”

Ce dernier, ancien évêque métropolite de l’Eglise orthodoxe russe, a fait dissidence en 1992, date à laquelle il a créé le “Patriarcat de Kiev”, ce qui lui a valu d’être excommunié. Il a été frappé d’anathème en 1997 par le Patriarcat de Moscou.

Selon le métropolite Joasaph, cité par le site orthodoxie.com,  “on commet manifestement  des iniquités” dans la nouvelle Eglise d’Ukraine. Le métropolite critique le fait de la préparation même de l’octroi du tomos (décret) d’autocéphalie de cette Eglise. Elle a été menée “dans une sorte de campagne secrète dans l’entourage du patriarche – le métropolite Epiphane, les archevêques Eustrate et Agapit”. Joasaph déplore que les rumeurs sur le jeune entourage du patriarche Philarète, qui avait un plan secret d’éloigner celui-ci de la direction de l’Eglise, se soient avérées exactes.

Philarète écarté

L’interdiction faite au patriarche Philarète de présenter sa candidature aux élections du primat de la nouvelle Eglise, selon le métropolite Joasaph, contredit les canons de l’Eglise, étant donné “que tous les évêques ont le droit d’être élus”. D’après le métropolite Joasaph, Philarète avait reçu des garanties de pouvoir diriger la nouvelle Eglise ensemble avec le métropolite Epiphane, ce qui s’est avéré faux.

Le métropolite Joasaph considère aussi l’adoption des statuts de la nouvelle Eglise comme non canonique: “on ne les avait pas vus une seule fois, nous n’avions entendu que des bruits de la part de l’archevêque Eustrate, des fragments d’informations venus d’internet. Le projet de texte tel qu’il a été adopté, nous l’avons reçu deux heures avant le vote”.

Le principe de conciliarité a été écarté

Le métropolite s’arrête sur le problème des paroisses de la nouvelle Eglise dans la diaspora qui, conformément au tomos et aux statuts, doivent être transmises à la juridiction du Patriarcat de Constantinople. Joasaph critique également la composition et l’activité du Synode, qui, à ses yeux, a été constitué assez arbitrairement, à la discrétion du primat, ce qui amène “à écarter le principe de conciliarité”.

Le métropolite se dit troublé par la division interne au sein de la nouvelle Eglise, étant donné que la partie minoritaire des hiérarques, lors des célébrations solennelles, concélèbre avec le “patriarche” Philarète en la cathédrale Saint-Vladimir, tandis que la majorité concélèbre avec le métropolite Epiphane au monastère Saint-Michel. “C’est en raison de son désaccord que le patriarche était absent à l’intronisation du métropolite Epiphane en tant que primat” de la nouvelle Eglise autocéphale ukrainienne.

Campagne de discrédit

Dans son blog, le porte-parole de la nouvelle Eglise, l’archevêque Eustrate Zorya, sans mentionner expressément le nom de Philarète et du métropolite Joasaph, constate le début d’une campagne de discrédit concernant “tous les gens et institutions liés à l’octroi et à la réalisation” du tomos. Le but de cette campagne est considéré par l’archevêque comme destiné à contraindre le patriarche de Constantinople “à annuler sa décision concernant l’Ukraine”, en rendant la résolution ultérieure de la question ukrainienne dépendante de la position du Patriarcat de Moscou dans le cadre “du consensus panorthodoxe”. (cath.ch/orthodoxie.com/be)


La lutte entre Porochenko (à g.) et Zelensky (à dr.) pour la présidence de l'Ukraine a tourné en faveur du second | wikimedia commons CC BY 4.0

Pour le patriarche de Moscou, l'élection de Zelensky est une chance pour l'Ukraine

Le président Porochenko a participé à Istanbul à la reconnaissance par le Patriarcat oecuménique d'une Eglise indépendante ukrainienne | © Mykhailo Markiv www.president.gov.ua

La création d'une Eglise ukrainienne autonome célébrée à Istanbul

Actualités ›