«Donna Chiesa mondo» à nouveau publié

La publication du supplément Donne, Chiesa, Mondo (Femmes, Eglise, Monde) doit reprendre au mois de mai 2019, a annoncé L’Osservatore Romano dans un communiqué le 30 avril. Le supplément féminin avait interrompu son activité après l’annonce le 26 mars dernier par sa directrice d’alors, Lucetta Scaraffia, de la démission de tout le comité de rédaction.

Un comité de direction s’est reformé permettant la poursuite de la publication, rapporte le communiqué relayé par le Saint-Siège. Ce comité sera composé de 14 femmes, journalistes dans différentes rédactions linguistiques de L’Osservatore Romano pour la plupart.

Figure également dans le comité la journaliste italienne Rita Pinci en tant que coordinatrice. La publication de l’hebdomadaire féminin pourra ainsi reprendre dès le mois de mai, a-t-on appris par un communiqué du quotidien du Vatican L’Osservatore Romano.

Voix des femmes nécessaires

Dans un communiqué, Rita Pinci, ancienne vice-directrice du quotidien italien Il Messaggero et collaboratrice de Huffington Post Italie, estime que la voix des femmes, qui représente plus de la moitié des fidèles, est nécessaire pour l’Eglise. «Je ne suis pas une théologienne, une historienne de l’Eglise ou une experte des questions du Vatican, mais une journaliste et une croyante», a-t-elle déclaré.

Elle espère donc que sa contribution permettra de coordonner le comité de rédaction dans ses travaux menés de manière collégiale et dans l’esprit de partager les divers talents et compétences des femmes qui y participeront.

«Délégitimation progressive»

Dans une lettre ouverte destinée au pape publiée le 1er avril dernier, Lucetta Scaraffia, fondatrice et directrice de ce supplément, avait annoncé la décision du comité de rédaction de démissionner. «»Nous jetons l»«éponge, avait-elle écrit, car nous nous sentons entourées d»«un climat de méfiance et d»«une délégitimation progressive»«.

Cette décision a selon elle été prise après qu’Andrea Monda, nouveau directeur de L’Osservatore Romano, lui avait annoncé sa décision de prendre en main la partie éditoriale du supplément. Dans sa note explicative, Andrea Monda avait réfuté cette accusation. Ce supplément, avait-il assuré, préserve «la même totale autonomie et la même totale liberté qui [l’]ont caractérisé depuis qu’il est né». (cath.ch/imedia/ah/bh)

Le supplément féminin de L’Osservatore Romano Donne Chiesa Mondo | © Vatican Media
30 avril 2019 | 14:51
par Bernard Hallet
Partagez!