International

Orthodoxes russes en Europe: pas les 2/3 pour rejoindre Moscou

L’assemblée générale extraordinaire de l’Archevêché des Eglises orthodoxes russes en Europe occidentale (AERO), rassemblant historiquement l’émigration russe antibolchévique après la Révolution de 1917, réunie le 7 septembre 2019 à Paris, a voté majoritairement pour se rattacher au Patriarcat de Moscou. Mais la majorité des 2/3 exigée par ses statuts n’a pas été réunie.

Sur 179 votes valides, 104 votants ont choisi de rejoindre Moscou, soit 58,1%. 75 se sont prononcés contre, soit 41,9%. Les bulletins blancs s’élèvent à 6 et un vote a été déclaré nul. Or, les statuts établissent la nécessité, en l’occurrence, d’une majorité des 2/3 des votants. Cette majorité n’a pas été réunie et les consultations vont donc se poursuivre, car le rattachement au Patriarcat de Moscou ne peut être validé.

Le rattachement au Patriarcat de Moscou pas validé

Selon le désir de ses hiérarques, l’AERO aurait dû constituer au sein du Patriarcat de Moscou un nouveau type d’entité ecclésiale qui aurait été rajouté dans les statuts dudit Patriarcat. La question posée aux participants de l’assemblée générale extraordinaire était: «Acceptez-vous l’acte de rattachement canonique de l’Archevêché au Patriarcat de Moscou tel qu’il est présenté dans le document publié ?»

Le secrétariat du Conseil de l’archevêché précise en l’état que la décision d’un éventuel rattachement au Patriarcat de Moscou «ne peut pas être prise à partir de cette assemblée générale». Interrogé par cath.ch le 9 septembre 2019, le secrétariat de l’AERO a répondu, visiblement contrarié: «pas de commentaires, laissez-nous le temps de prendre paisiblement les décisions qui s’imposent et qui seront transmises ultérieurement!»

Le Patriarcat de Moscou acceptera ceux qui quittent Constantinople

Le Patriarcat de Moscou se dit prêt à recevoir ceux qui quittent le Patriarcat Œcuménique de Constantinople. L’Archevêché des Eglises orthodoxes russes en Europe Occidentale vivait depuis 1931 sous l’autorité du Patriarcat de Constantinople, tout en préservant une large autonomie.

L’archiprêtre Nicolas Balachov, vice-directeur du Département des relations ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou (DREE), a déclaré à l’agence de presse russe Interfax qu’une partie importante du clergé et des communautés souhaitent faire partie de l’Eglise russe. «Ceux d’entre eux qui formuleront une demande dans ce sens seront reçus. Cette décision leur appartient».

120 paroisses, de la Scandinavie à l’Espagne

L’AERO comprend 120 paroisses, de la Scandinavie à l’Espagne, dont une cinquantaine en France. L’archevêque de ces églises est Jean de Charioupolis. Ce vote intervient dans un climat de tensions depuis plusieurs mois, à la suite de la décision du Saint Synode du Patriarcat de Constantinople, le 27 novembre 2018, d’abroger l’Archevêché des Eglises orthodoxes russes en Europe Occidentale. Le Patriarcat Œcuménique ordonnait dès lors le rattachement de ses paroisses aux métropoles grecques dans les pays où elles se trouvent.

Le Conseil de l’Archevêché, composé des évêques et de 12 membres élus 6 clercs (prêtres ou diacres) et 6 laïcs, s’est inquiété de l’avenir de ses paroisses de tradition russe en Europe occidentale. Ainsi, le 23février 2019, l’Archevêché, réuni en assemblée extraordinaire, décidait à une écrasante majorité de refuser sa dissolution. La situation a connu un point de non-retour après que toutes les tentatives de conciliation aient échoué. Le refus de la dissolution, un acte d’insubordination pour le Patriarcat Œcuménique, a valu à Mgr Jean de Charioupolis (de son nom civil Jean Renneteau), d’être démis de ses fonctions à la tête de l’AERO par le patriarche Bartholomée le 29 août 2019 et de perdre son titre.

Mgr Jean de Charioupolis est «démissionné»

Le patriarche Bartholomée, prenant acte de la volonté de Mgr Jean de Charioupolis de se placer «sous l’omophore (l’autorité canonique, ndlr) de sa Béatitude le patriarche de Moscou et de toute la Russie», lui signifie alors sa mise en «congé canonique», «à titre personnel et uniquement pour lui». Le «démissionné» relève pour sa part n’avoir pas sollicité un tel «congé» et n’avoir pas été consulté préalablement à cette décision. Le patriarche Bartholomée dispose également que l’Archevêché est désormais dirigé par Mgr Emmanuel, métropolite de France du Patriarcat Œcuménique.

Mgr Emmanuel, par décision du Saint-Synode du Patriarcat Œcuménique, a été nommé, le 2 septembre 2019, locum tenens de l’organisme «Union directrice des associations orthodoxes russes» (ex-exarchat-Archevêché des Eglises orthodoxes russes en Europe occidentale), afin de se charger de toutes les questions concernant l’AERO, désormais dissous. Pour Constantinople, l’affirmation selon laquelle l’ex-exarchat fonctionne maintenant sur la base des lois de 1901 et 1905 de l’Etat français ne peut tenir du fait que ces lois concernent simplement l’administration séculière et non spirituelle.

«C’est-à-dire que l’ex-exarchat est dirigé par la Grâce divine qui jaillit du Patriarcat Œcuménique sur la base des saints canons et non de l’Etat sur la base des lois. L’existence ecclésiastique de l’association provient du Patriarcat œcuménique sur la base des saints canons, et non des lois d’un Etat, quel qu’il soit», affirme l’archimandrite Romanos Anastasiadis, clerc du Patriarcat Œcuménique en Crète. (cath.ch/orthodoxie.com/be)

Constantinople face à Moscou | © orthodoxie.com
11 septembre 2019 | 15:40
par Jacques Berset
Partagez!