Elie Wiesel, lors d'une conférence à l'université de Saint- Louis (Missouri), en 2009. (Photo: Flickr/Taylor Spaulding/<a href="https://creativecommons.org/licenses/by-nd/2.0/legalcode" target="_blank">CC BY-ND 2.0</a>)
International
Elie Wiesel, lors d'une conférence à l'université de Saint- Louis (Missouri), en 2009. (Photo: Flickr/Taylor Spaulding/CC BY-ND 2.0)

Elie Wiesel est mort

03.07.2016 par Bernard Hallet

Elie Wiesel, écrivain et Prix Nobel de la Paix, est mort à New York le 2 juillet 2016, à l’âge de 87 ans. Il aura passé sa vie à perpétuer la mémoire de l’Holocauste, auquel il a survécu.

“L’opposé de l’amour n’est pas la haine mais l’indifférence, l’opposé de la vie n’est pas la mort mais l’indifférence à la vie et à la mort”, avait dit celui qui a longtemps occupé la chaire de sciences humaines de l’université de Boston. L’indifférence fut la plus grande crainte de Elie Wiesel qui dédia sa vie à la mémoire de la Shoa, au sujet de laquelle il témoigna sans relâche pour, disait-il, “les jeunes d’aujourd’hui, les enfants qui naîtront demain, afin que mon passé ne devienne pas leur avenir”.

Rescapé des camps d’extermination

Il fut déporté dans le camp de concentration d’Auchwitz, à l’âge de 15 ans où sa mère et sa plus jeune soeur périrent dans les chambres à gaz. Transféré à Buchenwald avec son père, il verra ce dernier se faire tuer sous ses yeux par un officier SS. La Nuit (1958), son premier livre, préfacé par François Mauriac, raconte cette effroyable expérience des camps de la mort. Issu d’un milieu très marqué par la religion, cette expérience ébranla sa foi en Dieu et en l’humanité.

Ce rescapé des camps Nazis a écrit une soixantaine de livres publiés en anglais, en français, parmi lesquels des romans, des pièces de théâtre et des essais, suivant le même fil rouge: L’Holocauste, la mort et Dieu. Il a dit lui-même ne pas savoir comment il avait survécu à l’horreur mais il lui incombait de “donner un sens à sa vie”.

Elie Wiesel est né en 1928 à Sighet, en Roumanie, alors la Transylvanie. A la libération du camp en 1945, apatride et orphelin, il fut recueilli en France par l’Oeuvre juive de secours aux enfants (OSE) où il a grandi. A l’âge de 28 ans, il devient journaliste et écrivain, après des études de philosophie à la Sorbonne. Il est devenu citoyen américain dans les années 1960. Il a partagé sa vie entre la France, les Etats-Unis et Israël.

Prix Nobel de la paix

Elie Wiesel a été décoré en 1984 de la Légion d’Honneur. Il a reçu le prix Nobel de la Paix en 1986. “Sorti de l’abysse des camps de la mort, il est devenu un messager pour l’humanité. Porteur non pas d’un message de haine ou de revanche, mais de fraternité et d’expiation”, déclara le comité Nobel.

Il a reçu la Médaille d’or du Congrès américain pour son travail à la tête de l’Holocaust Memorial Council des Etats-Unis. Il a refusé, en 2006, la présidence de l’Etat d’Israël, rappelant qu’il n’était “qu’un écrivain”. (cath.ch-apic/ag/bh)


Le pape aux JMJ, à Cracovie en Pologne. (Photo: Flickr/Sandor Benke-JMJ 2016/CC BY-NC-ND 2.0)
Le pape aux JMJ, à Cracovie en Pologne. (Photo: Flickr/Sandor Benke-JMJ 2016/CC BY-NC-ND 2.0)

“La cruauté n’a pas pris fin à Auschwitz ou à Birkenau“ lance le pape François aux JMJ

Le pape s'es rendu au camp d'extermination d'Auschwitz où il a prié en silence. (Photo Keystone)
Le pape s'es rendu au camp d'extermination d'Auschwitz où il a prié en silence. (Photo Keystone)

"Seigneur, pardon pour tant de cruauté"

Actualités ›