International

«En Irak, le pape a remis les chrétiens sur le devant de la scène»

Pascal Maguesyan, fin connaisseur de l’Irak, dresse un bilan immédiat de la visite historique du pape François dans le pays. Un voyage au cours duquel le pontife est venu «remettre les chrétiens au premier plan» et le pays «sur la voie de l’humanité.

Propos recueillis par Bernard Hallet

Pascal Maguesyan connaît bien l’Irak où il se rend régulièrement depuis quatre ans dans le cadre de son travail pour l’association Mesopotamia. Il a rédigé un livre très complet sur la reconstruction des lieux sacrés yézidis et chrétiens. Il a pu se rendre sur quelques uns des lieux que le pape a visité du 5 au 8 mars 2021.

Quel bilan immédiat faites-vous de ce voyage du pape?
Pascal Maguesyan: C’est une réussite. Il est parvenu à exprimer avec une grande humanité tout ce qui pèse sur le cœur des Irakiens. D’une certaine manière il s’est fait le porte-parole des cris spirituels, matériels et politiques des Irakiens. Que le pape le dise aux plus hautes autorités du pays, civiles, diplomatiques, religieuses, cela donne du poids à tous ces appels que lance le peuple irakien.

Pascal Maguesyan à Erbil | © Shahad Alkhoury

Quelle état, selon vous, l’idée du pape en venant en Irak?
En partant du principe que ce voyage était un pèlerinage de paix en Mésopotamie, je pense que le pape François a essayé de remettre l’humanité en marche en Irak, un pays qui, depuis 40 ans, se trouve dans un chemin d’inhumanité. Avec ce voyage, l’idée du pape était d’orienter l’Irak vers une nouvelle voie, celle du bien commun, de fraternité, de liberté de croyance. Le pape en venant ici a essayé de donner un nouveau souffle à ce pays, à son gouvernement et à sa population. De ce point de vue, le message est passé.

La présence du pape, acclamé comme aucun auparavant dans ce pays, a aussi redonné leur fierté aux chrétiens en les remettant sur le devant de la scène. Il les a replacés dans le cadre d’une citoyenneté ouverte. On peut dire que ce voyage a libéré les chrétiens de ce sentiment d’oppression. Rappelons que pendant l’épisode al-Qaïda, à partir de la chute de Saddam Hussein en 2003, jusqu’à la période Daech, de 2014 à 2017, l’ensemble des persécutions subies par les chrétiens depuis 20 ans leur donnait le sentiment d’être des citoyens de seconde catégorie.

«Le pape François a essayé de remettre l’humanité en marche en Irak, un pays qui, depuis 40 ans, se trouve dans un chemin d’inhumanité.»

Dès son arrivée, le pape a exhorté les autorités politiques notamment à «cesser les intérêts partisans» et à «bien» reconstruire le pays dans un esprit de fraternité. De tels propos vous ont-t-ils étonné?
Oui, en effet, il fallait oser. Des mots très forts du pape François mais dits avec une infinie douceur et une très grande affection. De tels propos énoncés par un responsable politique ou communautaire ou une organisation de la société civile seraient perçus comme une provocation. Ces mêmes propos tenus par le pape avec une grande humanité, une grande simplicité et une grande spiritualité sont bien passés et ont même été acceptés, qui plus est, avec une grande bienveillance. Cela signifie que l’on peut se dire les choses en toute sincérité à partir du moment où les dit avec douceur. Des paroles que les Irakiens ont reçu comme les propos d’un grand-père à ses petits-enfants.

Le deuxième enseignement que l’on peut tirer de ces paroles est l’invitation à concrétiser tout cela dans leur quotidien. Cela suppose un élément clé qu’a répété le pape plusieurs fois le pape dans ses interventions: c’est le pardon nécessaire pour demeurer dans la fraternité. Il l’a dit dès le premier jour, puis l’a répété à Erbil, à Mossoul et à Qaraqosh. Le pardon est inconditionnel. Il a également invité aussi ceux qui ont commis des crimes à une forme d’introspection et à la repentance devant Dieu: «Réfléchissons à ce que nous sommes, à ce que nous étions». Cela a été très bien pris.

Va-t-il être entendu lorsqu’il parle d’espérance, de reconstruction, notamment par les chrétiens irakiens exilés?
Il est impossible de se prononcer sur des résultats concrets. Le pape participe à un changement des esprits dans ce pays et cela ne se mesure pas quantitativement. Nous parlons ici d’un processus. Si le gouvernement et les autorités religieuses, quelles qu’elles soient, sont sensibles à ce processus vertueux, alors il pourrait y avoir une perspective de retour pour la diaspora chrétienne proche: en Jordanie, au Liban, en Turquie qui serait tentée de revenir. Cela prendra du temps.

En revanche les communautés installées dans les pays occidentaux, en Europe, en Australie, aux Etats-Unis et au Canada ne vont probablement pas rentrer. L’éloignement ne plaide pas en faveur d’un retour. Mais pour promouvoir ce nouvel état d’esprit, les mots du pape ont été très clairs. A la cathédrale Sayidat al-Najatte, où s’était déroulé ce pogrom à la Toussaint 2010, il a parlé de l’espérance comme d’un vaccin contre le ‘virus du découragement’. C’est une prescription, non pas médicale mais spirituelle pour envisager un processus vertueux.

«L’image de ce pape au cœur des ruines portera encore du sens dans 50 ans, car elle est immédiatement perceptible.»

Sur place, le pape a-t-il initié un changement dans les mentalités? Est-on au début d’une nouvelle histoire de l’Irak?
Le pape a essayé de promouvoir une culture de la vie. Je prends l’exemple de Mossoul où, dans les décombres de la vieille ville, sur la place des quatre églises, il a montré qu’il y a un chemin de renaissance et de résurrection après la mort. C’est évangélique! Il a montré dans les ruines, qu’à l’exemple du Christ, il est possible de revenir à la vie. Les Irakiens emploient le mot ›renaissance’ et les religieux celui de ›résurrection’.

Il y a, à travers l’exemple de Mossoul, la démonstration qu’à partir du chaos peuvent renaître les plus belles fleurs. L’image de ce pape au cœur des ruines portera encore du sens dans 50 ans, car elle est immédiatement perceptible. Cette image a été jugée admirable par les Irakiens qui ont observé la scène à Mossoul et au-delà: les médias arabes ont multiplié les retransmissions en direct de la visite du pape en Irak. C’est édifiant à cet égard.

Autre temps fort de cette visite apostolique: la rencontre du pape et de l’ayatollah Ali al-Sistani, le 6 mars. Peut-elle déboucher sur un dialogue plus concret entre chiites et chrétiens? Et sous quelle forme?
Le dialogue existe déjà entre l’Eglise catholique et le chiisme. Cependant la visite à Ali al-Sistani constitue la reconnaissance publique au plus haut niveau spirituel du chiisme, avec lequel le monde sunnite est souvent mis en opposition. Il y a 200 millions de chiites dans le monde, il était normal que le pape, ce pèlerin de paix, veuille honorer le chiisme à ce niveau. De son côté, al-Sistani a renouvelé son engagement pour promouvoir la paix et la sécurité des chrétiens. Ce qui est très important, puisque 60% de la population de l’Irak sont des musulmans chiites.

Le fait que la plus haute autorité chiite ait des propos rassurants à l’encontre des chrétiens est très important. D’un point de vue politique – les rencontres religieuses sont toujours politiques aussi, même si la rencontre entre le pape et al-Sistani fut avant tout humaine et spirituelle – l’Occident dialogue en général avec le monde sunnite: avec la Turquie, l’Arabie saoudite, des Etats qui représentent plutôt une vision sunnite de la construction du Moyen-Orient. Seul Barak Obama, avait initié un dialogue avec le monde chiite. Cette rencontre de Nadjaf replace donc le monde chiite au cœur du dialogue.

«Il est absolument vital qu’un dialogue interreligieux puisse avoir lieu en Mésopotamie irakienne.»

La rencontre des deux hommes n’a pas débouché sur la signature d’un document  comme ce fut le cas lors du voyage du pape avec Ahmad Al-Tayyeb, le grand Grand Imam d’Al-Azhar à Abu Dhabi, en février 2019.
La seule rencontre vaut message. A partir de là, un dialogue encore plus riche peut se construire entre le monde chiite et le monde chrétien oriental. Les rencontres d’Ur témoignent à ce titre d’une initiative très concrète qui peut prendre pied au Moyen-Orient comme il existe les rencontres d’Assise qui permettent  la rencontre des religions dans un cadre occidental. Les rencontres d’Ur peuvent constituer le pendant oriental de ce dialogue. Les trois grandes religions monothéistes, avec le yézidisme et le zoroastrisme, sont nées au Moyen-Orient. Il est donc absolument vital qu’un dialogue interreligieux puisse avoir lieu en Mésopotamie irakienne. Quoi de plus beau que de le faire à Ur, la terre d’Abraham, père de la multitude des Nations?

Les musulmans d’Irak se sont-ils sentis concernés par la visite du pape?
Vue l’effervescence qui a gagné tout le pays, les musulmans, qui constituent 97% de la population irakienne, ont été touchés par les propos du pape et ont apprécié sa venue. Bon nombre de musulmans réclament le retour des chrétiens à Mossoul et dans la plaine de Ninive, notamment les jeunes, qui veulent construire une société fraternelle. C’est très réel.

Vous étiez à Qaraqosh et à Erbil lorsque le pape y est passé. Quelle était l’ambiance sur place?
Je me suis trouvé dans une ambiance de liesse incroyable. Il y avait à Qaraqosh et à Erbil l’expression d’une joie inouïe après 40 ans de conflits incessants. J’ai eu l’impression d’assister aux Journées mondiales de la jeunesse (JMJ). Et aussi d’une certaine manière de me trouver dans ces grandes fêtes populaires africaines si hautes en couleur, en danse et en chants. Il n’y avait que des sourires. C’est du jamais vu dans ce pays.

Une fois le pape reparti, la vie va reprendre son cours
Demain sera toujours aussi difficile, mais avec un peu plus d’espérance et de courage pour ne pas renoncer. Il a invité chacun à réfléchir de manière introspective pour promouvoir une culture de la vie. Il l’a dit aux chrétiens mais aussi à tous les Irakiens: «Ne cessez pas de rêver, ne vous rendez pas». C’est peut-être de l’ordre de l’utopie mais cette utopie, cette espérance peut mettre les Irakiens en marche. (cath.ch/bh)

Le pape François célèbre la grand messe au stade Franso Hariri d'Erbil (Kurdistan d'Irak) © Pascal Maguesyan / MESOPOTAMIA.
9 mars 2021 | 13:52
par Bernard Hallet
Irak (272), Pape en Irak (64)
Partagez!