Etats-Unis: Les évêques dénoncent les violences de Charlottesville

Le cardinal Daniel N. DiNardo, président de Conférence des évêques catholiques des Etats-Unis, a dénoncé la violente agression qui a coûté la vie samedi 12 août 2017 à Charlottesville, dans l’Etat de Virginie, à une manifestante antifasciste de 32 ans. Selon la police, l’auteur du crime est un jeune homme de 20 ans du nom de James Alex Fields Jr., résidant à Maumee, dans l’Ohio.

La victime participait à un rassemblement contre la démonstration de groupuscules néo-nazis, de suprémacistes blancs, de membres du Ku Klux Klan (KKK) et de la droite alternative (Alt Right), qui avaient en grande partie appuyé l’élection de Donald Trump. Le président américain n’a d’ailleurs pas voulu désigner nommément ces mouvements, se contentant de dénoncer dans un tweet «cette énorme démonstration de haine, de sectarisme et de violence venant de diverses parties» (sic).

Agression contre les antifascistes: un mort et 19 blessés

Une voiture lancée à vive allure a percuté un groupe de militants antiracistes venus dénoncer samedi 12 août les groupuscules de l’extrême droite qui avaient rallié la ville, faisant un mort et 19 blessés. La ville de Charlottesville a connu à cette occasion une journée de violences meurtrières quand le rassemblement de ces mouvements a dégénéré.

Dans des déclarations publiées dimanche 13 août 2017, les évêques américains ont vivement condamné ces affrontements entre néo-nazis et antifascistes. Le cardinal Daniel N. DiNardo, archevêque de Galveston-Houston, au nom de ses confrères, a dénoncé «la violence et la haine qui ont maintenant conduit à la mort d’une personne et à de nombreux blessés à Charlottesville, en Virginie». Tout en lançant un appel au calme, l’archevêque a appelé à la prière pour la famille et les proches de la personne qui a trouvé la mort et pour tous ceux qui ont été blessés.

Le général Lee, devenu le symbole de l’extrême-droite américaine

«C’est une attaque contre l’unité de notre nation», a-t-il écrit dans un communiqué, avant d’appeler à mener des actions pacifiques «pour mettre fin à ces violences raciales et construire la paix dans les communautés».

L’extrême-droite américaine a fait de Charlottesville un symbole depuis que le démocrate Michael Signer, le maire progressiste de cette ville de 50’000 habitants, a décidé de déplacer d’un jardin public la statue équestre de Robert Edward Lee (1807-1870). Ce héros sudiste qui fut durant la guerre de Sécession général en chef des armées des Etats confédérés, possédait des esclaves dans la plantation d’Arlington qu’il avait héritée de son beau-père. (cath.ch/usccb/be)

La voiture lancée contre les manifestants antifascistes à Charlottesville, Virginie, le 12 août 2017
13 août 2017 | 17:24
par Jacques Berset
Partagez!