La ville de Florence au cour des médiations de carême du pape (photo:Kuster & Wildhaber/Flickr/CC BY-ND 2.0)
Vatican
La ville de Florence au cour des médiations de carême du pape (photo:Kuster & Wildhaber/Flickr/CC BY-ND 2.0)

Fin de la retraite de carême du pape et de la curie romaine

15.03.2019 par I.MEDIA

Au cours de leurs exercices spirituels de Carême, le pape François et les responsables de la Curie romaine ont été invités à rallumer ″la vive flamme d’un ardent désir″ de Dieu pour redevenir ″un jardin de beauté″. Cette retraite spirituelle, loin du tumulte romain, s′est conclue le 15 mars 2019.

Cette traditionnelle retraite a commencé après l′arrivée du pape François et des membres de la Curie romaine, le 10 mars à la Maison du Divin Maître à Ariccia, à 25 km au sud-est de Rome. Son thème : ′La Ville des désirs ardents. Pour des regards et des gestes pascaux dans la vie du monde′. Trame de cette semaine, les vers rédigés en 1997 par Mario Luzi – poète et sénateur italien — se réfèrent à la ville de Florence.

Moine bénédictin et lui aussi poète, Dom Bernardo Francesco Maria Gianni, avait été choisi par le pontife pour animer les exercices spirituels. Il faut prendre soin de son cœur, a-t-il expliqué dès sa première méditation, ainsi que de son regard pour que les gestes posés soient, à nouveau “la vive flamme d’un ardent désir, et redeviennent un jardin de beauté, de paix, de justice, de mesure, d’harmonie″.

Se nourrir de l′Eucharistie pour raviver sa conscience de Dieu

Pour le Père abbé de l′abbaye de San Miniato al Monte de Florence, la présence de Dieu doit être dévoilée à tous ceux qui cherchent le Créateur ″d’un cœur sincère″. Mais souvent, a-t-il déploré, l′indifférence croissante, si emblématique de nos sociétés, paralyse les cœurs et rend les regards opaques, en donnant l′impression de n′avoir besoin de rien. Face à cela, il faut avoir le courage de vivre et d′agir pour retrouver, dans l′Eglise ou autour de soi, les moyens de vivre une authentique fraternité.

L′objectif est donc de ″renoncer à l’illusion d′être au centre″, a indiqué encore le moine bénedictin, pour y mettre à la place le Christ. Dom Bernardo a livré les clefs: mener une vie de prière, écouter la Parole, se nourrir de l′Eucharistie et être purifié par le sacrement de la réconciliation. Voilà, selon lui, le moyen pour que soit réveillée la conscience de l′homme de ne pas être fait pour de simples besoins mais pour de vrais désirs.

Les remerciements du pape François

Par ailleurs, au cours de cette retraite, la 6e année de l′élection pontificale du pape François a été franchie le 13 mars. Le prédicateur de la retraite n′a pas manqué d′y faire allusion au cours d′une méditation: chaque jour, ″avec une intrépide fidélité à l′Evangile, a-t-il remarqué, le pape nous apprend à franchir nos limites″.

A l’issue de la retraite, le pape François a remercié le prédicateur pour son aide et son travail. Le pontife a avoué avoir été “un peu désorienté”, lors de la première méditation en lisant les titres des séances qui ressemblaient davantage à un “guide touristique” portant sur la capitale de la Toscane et sur ses poètes. Finalement, “j’ai compris le message”, a-t-il conclu.

Le successeur de Pierre a également confié avoir vu en Dom Gianni le même courage que chez les Pères conciliaires de Vatican II (1962-1965), en particulier lorsqu’ils ont signé la constitution apostolique Gaudium et Spes. Ce document a en effet selon lui rencontré de fortes résistances lors de sa publication, et “aujourd’hui encore”.


De nombreux Français dans les sources utilisées par Dom Gianni

Pas moins de trois personnalités françaises ont compté parmi les sources utilisées par Dom Bernardo Francesco Maria Gianni dans ses méditations de Carême : Marc Augé, sociologue et président de l′Ecole des hautes études en sciences sociales, mais également les philosophes Simone Weil et Blaise Pascal. A noter également la présence du moine mystique Ecossais ou Irlandais Richard de Saint-Victor, dans le panthéon de cette retraite de la Curie romaine. Ce dernier avait été toutefois prieur de l′abbaye française de Saint-Victor à Paris.

En plus du poète Mario Luzi, d’autres Italiens comptaient parmi les références de Dom Gianni comme Giorgio La Pira, maire de Florence. Sans oublier un message du président de la République italienne lui-même, Sergio Mattarella. Enfin, fidèle à sa vocation bénédictine, le prieur de San Miniato al Monte a largement fait référence à saint Benoît (480-547) et à sa règle fondatrice.

Dom Gianni a en outre donné en exemple la figure de saint Augustin (354-430). Ce dernier rappelle ″quelle est la vraie beauté et comment elle se reçoit″. En effet, l’évêque d′Hippone ″reconnaît véritablement comment le Seigneur Jésus, en nous donnant pourtant sa beauté, est aussi devenu laid, il l′a fait sur la croix en acceptant ce bouleversement aussi dans son corps″.(cath.ch/imedia/pad/mp)


Cardinal Oswald Gracias (Photo: Jayarathina wikimedia commons)

L'évangélisation doit être l'objectif No1 de l'Eglise, note le cardinal Gracias

Le cardinal polonais Konrad Krajewski, en charge de l'Aumônerie apostolique | © Vatican Media

Curie romaine: l’Aumônerie apostolique serait élevée au rang de dicastère

Actualités ›