Suisse

La 'Fondation pape François' viendra en aide aux plus démunis

«Récolter pour semer». Telle est la devise de la nouvelle ‘Fondation valaisanne pape François’. Son objectif: Venir en aide aux plus démunis qui échappent aux mailles du filet social dans le canton du Valais.

Cette initiative du diocèse de Sion, de l’Abbaye de St-Maurice et de l’Eglise évangélique réformée du Valais entend donner un prolongement concret à l’Année de la Miséricorde voulue par le pape François. Elle a été présentée le 3 novembre 2016, à l’évêché de Sion. «Pour offrir une alternative à la violence envahissante et destructrice un témoignage des chrétiens fort, courageux et efficace est nécessaire», a plaidé Mgr Jean-Marie Lovey, évêque de Sion.

Traditionnellement, ce témoignage se manifeste à travers les œuvres de miséricorde: Donner à manger à ceux qui ont faim, vêtir ceux qui sont nus, assister les malades, accueillir les étrangers, visiter les prisonniers. Une liste que l’abbé Henri Roduit, curé de Riddes, a mis à jour, rappelant que dans une société prospère comme le Valais, il existe une pauvreté bien réelle. Environ 20’000 personnes dans le canton sont menacées par la précarité. Sans domicile fixe, toxicomanes, anciens détenus, gens du voyage, retraités sans 2e pilier, familles monoparentales, familles nombreuses, migrants, la liste est longue.

Un lieu où l’Eglise est attendue

La charité, ou diaconie, fait partie intégrante des missions fondamentales de l’Eglise. «Nous croyons que ce domaine est particulièrement un lieu où l’Eglise est attendue aujourd’hui», relève le vicaire général Pierre-Yves Maillard. La nouvelle fondation doit permettre aux Eglises de réinvestir ce champ d’activité.

Concrètement il s’agira d’appuyer les nombreuses associations déjà actives dans le domaine caritatif et non pas de leur faire concurrence, assurent les initiateurs. Ainsi la fondation pourra soutenir les projets qui lui seront soumis par les groupes de terrain. En principe, elle ne recevra pas de demandes individuelles.

La caution personnelle du pape François

Dotée d’un capital de base de 50’000 francs, la fondation lancera prochainement un appel de fonds auprès des paroisses et des particuliers. «Nous ne nous sommes pas fixé d’objectif, mais nous n’avons pas de limite supérieure», relève Jean-Daniel Balet, membre du Conseil de fondation. A noter que les frais de fonctionnement seront pris en charge par l’Association des amis de la fondation. Ainsi chaque franc remis à la fondation ira à une œuvre sociale.

Notre projet a reçu la caution personnelle du pape François, assure Mgr Lovey. «Je l’ai rencontré lors de notre pèlerinage diocésain, la semaine dernière à Rome. Je lui en ai parlé. Il m’a dit c’est très bien!» La fondation a été portée sur les fonts baptismaux par la signature officielle devant notaire de ces statuts. Les membres fondateurs sont l’évêché de Sion, l’Abbaye de St-Maurice et l’Eglise évangélique réformée du canton du Valais. Un conseil de fondation de six membres formé de représentants des trois entités a été désigné. C’est lui qui décidera de l’attribution des fonds. La ‘Fondation valaisanne pape François’ dispose également d’un site internet qui présente ses activités et sur lequel les internautes peuvent faire des dons en ligne. (cath.ch/mp)

Mgr Jean-Marie Lovey, évêque de Sion, lors de sa visite au home «Englischgruss» à Brigue.
3 novembre 2016 | 17:38
par Maurice Page
Partagez!