International

France: Mgr de Moulins-Beaufort présente ses excuses

Suite aux propos qu’il a tenus sur Franceinfo la semaine passée, Mgr Eric de Moulins-Beaufort, président de la Conférence des évêques de France (CEF), a présenté ses excuses dans un communiqué publié par la CEF le 12 octobre 2021, à l’issue de son entretien avec le ministre de l’Intérieur en charge des cultes, Gérald Darmanin.

«Je demande pardon aux personnes victimes et à tous ceux qui ont pu être peinés ou choqués par le fait que le débat suscité par mes propos, sur Franceinfo, au sujet de la confession, ait pris le pas sur l’accueil du contenu du rapport de la CIASE et sur la prise en considération des personnes victimes.»

Le président de la Conférence des évêques de France (CEF), invité sur Franceinfo le 6 octobre dernier, a affirmé que le secret de confession est «plus fort que les lois de la République». Une déclaration qui a fait polémique au lendemain de la remise du rapport Sauvé, alors que le texte préconise de reconsidérer l’inviolabilité du secret de confession.

Confession et loi de la République

La phrase a fait réagir, jusqu’au ministère de l’intérieur. Gérald Darmanin, a en effet invité le président de la CEF à s’expliquer. Mgr de Moulins-Beaufort a rapidement précisé ses propos, affirmant qu’«il ne faut pas opposer le secret de la confession aux lois de la République puisque celles-ci n’imposent pas sa levée».

Le président de la CEF s’est entretenu avec M. Gérald Darmanin. Il a pu évoquer avec le ministre de l’Intérieur la formulation maladroite de sa réponse sur Franceinfo, détaille la CEF. Ils ont également échangé sur la publication du rapport Sauvé à propos des violences et agressions sexuelles commises au sein de l’institution depuis 1950.

«L’ampleur des violences et agressions sexuelles sur mineurs révélées par le rapport de la CIASE impose à l’Eglise de relire ses pratiques à la lumière de cette réalité. Un travail est donc nécessaire pour concilier la nature de la confession et la nécessité de protéger les enfants», indique encore le communiqué.

Mgr Éric de Moulins-Beaufort a tenu à redire la détermination de tous les évêques et, avec eux, de tous les catholiques, à faire de la protection des enfants une priorité absolue, en étroite collaboration avec les autorités françaises.

Protocoles de collaboration avec l’État

C’est le sens, par exemple, des protocoles qui lient déjà 17 diocèses de France avec les parquets, afin de faciliter et d’accélérer le traitement des signalements pour tout fait dénoncé. Le Garde des Sceaux (ministre de la Justice) vient d’ailleurs d’encourager le déploiement de ce type de dispositif.

Les évêques réunis en assemblée plénière, du 3 au 8 novembre 2021, travailleront ensemble, à partir du rapport de la CIASE et de ses 45 recommandations, sur les mesures et réformes à poursuivre et à entreprendre, en étroite communion avec l’Église universelle. (cath.ch/com/bh)

Le président de la CEF a présenté ses excuses après avoir affirmé sur «Franceinfo», que le secret de la confession «est plus fort que les lois de la République» | © I.Média
12 octobre 2021 | 17:58
par Rédaction
Partagez!