Vatican

François: Les séminaristes doivent se garder de vouloir faire carrière

Choisi par le Christ, le prêtre est appelé à demeurer proche du peuple de Dieu et doit se garder de penser à «faire carrière», a considéré le pape François le 9 décembre 2019. Celui-ci s’est exprimé devant la communauté du séminaire régional pontifical Flaminio Benoit XV de Bologne, reçue en audience au Vatican à l’occasion du centenaire de cette institution.

Dans leur future vie de prêtre, les séminaristes ne doivent pas oublier certaines «proximités», a considéré l’évêque de Rome en sortant de son texte initial. Par nature, le prêtre doit d’abord se faire proche du Christ. Son appartenance au Seigneur constitue même une dimension préalable à toute action pastorale, a-t-il appuyé. Les futurs prêtres sont en outre appelés à servir leur évêque, le ‘leader’ de la communauté.

Rester proches du peuple de Dieu

Le pape François a en particulier appelé les séminaristes à rester proches du peuple de Dieu. Les séminaristes doivent en effet faire mémoire de leurs racines, se souvenir d’où ils viennent: ils sont ici parce que Dieu les a choisis et non pour effectuer une «carrière ecclésiastique», a-t-il exhorté.

Le pontife leur a encore demandé de faire du séminaire une «maison de communion», en servant leurs camarades. En effet, la charité à laquelle ils sont appelés ne peut être «crédible» si elle n’est pas précédée de la fraternité entre séminaristes, puis entre prêtres. François les a donc invités à former un «presbytérat uni», déplorant certaines dissensions entre prêtres, cachées par une forme de courtoisie de façade.

Cultiver une «foi robuste»

Sans cette proximité, le prêtre risque de glisser lentement dans plusieurs écueils, prévient le 266e pontife, notamment celui de «la perversion du cléricalisme» mais aussi de la «rigidité».  »Là où il y a du cléricalisme, il y a de la corruption et là où il y a de la rigidité, sous la rigidité, il y a de sérieux problèmes…»

Face à la déchristianisation, se faire évangélisateurs

A ces futurs prêtres étudiants à Bologne, région marquée par la déchristianisation, a-t-il souligné, le pontife a demandé de se faire évangélisateurs. En la personne du prêtre, les fidèles ont besoin de trouver une «foi robuste», telle une torche dans la nuit ou encore un «rocher sur lequel s’accrocher». Une telle attitude ne peut être obtenue qu’en passant du temps avec le Christ, a considéré le pape François.

Faisant partie du parcours du séminariste, l’étude doit être un «instrument de savoir partagé», a-t-il enfin expliqué. Le fait d’étudier ensemble au service d’une mission commune donne une saveur toute spéciale à l’apprentissage de l’Ecriture sainte. (cath.ch/imedia/cg/be)

Le séminaire régional pontifical Flaminio Benoit XV de Bologne fête ses 100 ans
9 décembre 2019 | 14:40
par I.MEDIA
Partagez!