Les journalistes catholiques réunis à Fribourg récompensent le journalisme de qualité

Réunie pour son assemblée générale annuelle au siège de l’œuvre d’entraide catholique «Missio» à Fribourg, l’Association suisse des journalistes catholiques (ASJC) a salué la forte mobilisation du public en faveur du maintien des émissions religieuses à la Radio Télévision Suisse. L’ASJC a décerné à cette occasion ses Prix médias 2016 pour jeunes journalistes, qui récompensent un journalisme de qualité.

L’ASJC a distingué cette année le jeune journaliste jurassien Cyprien Lovis, de Radio Fréquence Jura, pour sa chronique hebdomadaire «Viens chez moi», et la rédactrice d’origine allemande Marie-Astrid Langer, rédactrice à la Neue Zürcher Zeitung (NZZ), pour son reportage «Amerika sperrt seine Kinder weg» sur le sort des jeunes délinquants emprisonnés à vie aux Etats-Unis. Tous deux ont été récompensés par l’octroi d’un diplôme, assorti d’un prix de CHF 1000.–

Le jury a salué le reportage émouvant de la journaliste de la NZZ qui attire l’attention sur l’inhumanité du système pénal américain. Il a relevé le concept original de l’émission «Viens chez moi», qui «fait de la radio chez l’auditeur» en quittant le studio pour se rendre chez l’invité de la semaine. Il s’agit, pour Cyprien Lovis, de donner la parole à des Jurassiens ou des Jurassiennes qui n’ont d’ordinaire pas accès aux médias. «C’est l’être humain qui est mis en avant». L’émission récompensée est une rencontre touchante avec Jean Marchand, sacristain à Epauvillers, un village du Clos-du-Doubs, au-dessus de Saint-Ursanne.

Recruter de nouveaux membres

La vingtaine de membres présents à Fribourg a adopté les comptes 2015, qui se soldent par une légère perte de quelque CHF 600.– pour des entrées de CHF 10’052.– Ce quasi-équilibre est dû notamment aux contributions de fondations. En effet, le nombre de membres cotisants de l’ASJC diminue tendanciellement. Il est actuellement de 46 Romands, de 45 Alémaniques et de 2 Tessinois.

A ce propos, l’assemblée a encouragé le comité à mieux faire connaître l’association et à lancer une campagne de recrutement de nouveaux membres. En effet, nombre de personnes actives dans les médias et la communication catholiques, que ce soit au niveau des diocèses, des vicariats épiscopaux ou des corporations ecclésiastiques cantonales, ne connaissent pas l’ASJC.

Une carte de presse

Le comité s’est dit prêt à entreprendre des démarches et à écrire à ces membres potentiels, en soulignant notamment l’existence d’une carte de presse de l’ASJC accessible à tous ses membres. Elle est particulièrement utile aux personnes qui ne remplissent pas les conditions nécessaires à l’obtention de la carte de presse d’Impressum.

Présentant les comptes du Fonds du Prélat Meier, un fonds destiné à promouvoir la relève et à soutenir la formation continue des journalistes catholiques, le trésorier de l’association Melchior Etlin a noté qu’en raison de la conjoncture défavorable, l’année 2015 a vu une perte de valeurs du Fonds de CHF 5000.–, portant le capital disponible actuellement à CHF 313’307.– Depuis plusieurs années, le Fonds veille à ce que ses placements soient respectueux des valeurs éthiques.

Le journaliste André Kolly, ancien directeur du Centre catholique de radio et télévision (CCRT), a souligné que malgré les pertes de l’année 2015, le Fonds devait continuer à aider, «car le but principal n’est pas de garder à tout prix le capital pour les 50 ans à venir, au détriment de l’aide à apporter».

Hommage aux journalistes catholiques décédés en 2015

L’assemblée a encore fait mémoire de ses membres disparus durant l’année dernière: François Gross, ancien rédacteur en chef du quotidien «La Liberté», Sœur Marie Wuilloud, de la Congrégation des Sœurs de Saint-Augustin, qui a contribué au renouveau des bulletins paroissiaux, et l’abbé Joseph Beaud, qui fut rédacteur en chef de l’hebdomadaire catholique romand «L’Echo», édité à Lausanne.

Encadré

Missio, service de communion entre l’Eglise en Suisse et les Eglises du Sud

Dans la partie thématique de l’assemblée générale de l’ASJC, le diacre Martin Brunner-Artho, directeur de «Missio», a rappelé que sur le plan suisse, cette œuvre d’entraide de l’Eglise présente dans 118 pays est une Fondation de la Conférence des Evêques Suisses. La branche suisse des Œuvres Pontificales Missionnaires internationales assure un service de communion entre l’Eglise qui est en Suisse et les Eglises d’Afrique, d’Amérique latine, d’Asie et d’Océanie, dans une relation d’»échange et de partage».

«Echange et partage entre Eglises»

Il ne s’agit plus depuis longtemps du modèle de la «mission» tel que celui que l’on a connu durant des générations. Et de citer le pape François: «Tu vas convaincre un autre de devenir catholique? Non, non et non! Tu vas à sa rencontre, c’est ton frère! Et cela suffit. Tu vas le rencontrer, et le reste, c’est Jésus qui le fait».

Ainsi, souligne Martin Brunner-Artho, les projets financés par Missio sont gérés localement, dans les diocèses du Sud. «L’ancrage est local, notre aide vient en supplément de l’aide fournie sur place, et les bénéficiaires doivent rendre des comptes!»

Missio contribue à édifier l’Eglise sur le plan universel

Lors du Dimanche de la Mission Universelle, près d’un milliard de chrétiens sont en communion les uns avec les autres dans la prière, mais aussi dans le partage. La répartition de la collecte est effectuée par l’assemblée des directeurs des Œuvres Pontificales Missionnaires. Plus d’un millier de diocèses, relevant de la Congrégation romaine pour l’évangélisation des peuples, sont aidés par Missio en Amérique latine, en Afrique, en Asie et en Océanie. L’aide apportée concerne plus de 3 millions de catéchistes, mais également des centaines de milliers de prêtres diocésains et religieux, plus de 40’000 diacres, et près de 700’000 religieuses.

Selon les chiffres de la collecte de ce dimanche, qui a lieu au mois d’octobre, on s’aperçoit que les dons baissent régulièrement en Europe, tandis qu’ils grimpent assez fortement en Asie. La preuve du dynamisme des jeunes Eglises face à une ancienne chrétienté qui s’affaiblit.

Encadré

Les journalistes catholiques saluent le succès de la pétition de soutien à RTSreligion

Quelque 25’000 signatures ont été récoltées par la pétition Soutenons RTSreligion. «Cette mobilisation en Suisse romande, rapportée au plan suisse, a le poids d’une initiative populaire; nous discutons avec la direction de la RTS et nous avons fait des contre-propositions», a souligné Bernard Litzler, directeur de Cath-Info à Lausanne.

«Nous acceptons de réduire les offices religieux à la TV, passant de 12 retransmissions à 8. La RTS veut réduire le budget des émissions religieuses de 1,2 million de francs. Nous acceptons une réduction, mais pas de 40% comme proposé par la direction de la RTS. Le succès de la pétition, qui nous a surpris par son ampleur, contredit le discours de la RTS sur le peu d’audience de ces émissions: de fait, les émissions religieuses ont un réel impact». Les négociations entre, d’un côté Cath-Info et Médias-Pro, et de l’autre la direction de la RTS, devraient s’achever en juin prochain. La convention actuelle avec la RTS prend fin le 31 décembre, et une nouvelle sera signée pour le 1er janvier 2017. (cath.ch-apic/be)

 

Fribourg Assemblée générale de l'Association Suisse des Journalistes Catholiques Le comité
7 mars 2016 | 12:38
par Jacques Berset
ASJC (9), Fribourg (457), Litzler (2), RTSReligion (43)
Partagez!