Suisse

Fribourg: Isabelle Reuse congédiée du Service Solidarité et Diaconie

Isabelle Reuse, la responsable du Service Solidarité & Diaconie de l’Eglise fribourgeoise, a été congédiée par sa hiérarchie, suite à un rapport d’audit. Interrogé sur le sujet, le vicaire épiscopal Jean Glasson confirme l’information, mais ne commente pas, une procédure étant actuellement en cours.

Dans le cadre de la restructuration de ses services pastoraux, communiquée le 30 juin 2020 par le vicariat épiscopal pour la partie francophone du canton de Fribourg, on apprenait le départ d’Isabelle Reuse et la fusion de son service Solidarité & Diaconie avec celui de la Santé.

Or, selon confirmation le 1er juillet de son supérieur hiérarchique, l’abbé Jean Glasson, vicaire épiscopal, Isabelle Reuse a bien été congédiée. Une source proche du dossier fait aussi état d’un rapport d’audit, une information qui n’a pas été démentie par le vicaire épiscopal, mais qu’il s’est refusé à commenter, car, a-t-il ajouté, «une procédure est en cours».

Interpellée sur son licenciement et cette procédure, Isabelle Reuse n’a pas davantage démenti que commenté l’information: «Je garde un droit de réserve par rapport à cela», s’est-elle contentée de répondre.

«Je resterai au service des plus petits»

D’origine valaisanne, cette laïque consacrée, membre de la Fraternité OASIS (Œuvre pour un apostolat spirituel, intellectuel et social) basée à Bulle, était en charge du Service Solidarité & Diaconie depuis trois ans. Interrogée sur ce qu’elle envisage de faire, Isabelle Reuse répond: «Je resterai au service des plus petits. Avant, je le faisais pour eux. Désormais, je le vivrai avec eux.» Elle confirme toutefois qu’elle reste vice-présidente de Caritas-Fribourg, en qualité de déléguée de l’évêque.

Interrogée sur la restructuration des services pastoraux de son Eglise, Isabelle Reuse réplique que si l’on veut une Eglise proche du peuple, il faut qu’elle se décentre et aille vers les gens. Elle pointe la contradiction entre les orientations pastorales données par Mgr Charles Morerod et la réorganisation en cours. «Je suis d’avis qu’alléger les structures aiderait à faire mieux connaître l’Evangile. Ce n’est pas la structure qui évangélise, si les agents pastoraux n’ont pas une relation intime avec le Christ et les gens. Or plus on fait des services mammouths, plus on se coupe du peuple, au risque d’oublier la mission première du Christ, celle d’être au milieu des hommes.»

Jean Glasson, vicaire épiscopal pour la partie francophone du canton de Fribourg | © Jacques Berset

La structure doit s’adapter aux besoins actuels

Le vicaire épiscopal reconnaît que cette restructuration répond à la demande de la Commission de gestion de la corporation ecclésiastique de rationnaliser l’action de l’Eglise, notamment pour des raisons financières. Toutefois, il ne partage pas la vision de son ex-employée: «Bien sûr que ce n’est pas la structure qui évangélise, mais celle-ci doit s’adapter aux besoins actuels, pour mieux apporter l’Evangile. La réunion de ces différents services et missions vise à renforcer leur cohérence. Le fait, aussi, qu’il y ait des pôles avec des référents opérationnels, qui structurent chaque service, atténuent le poids qui pourrait peser sur les épaules de chaque responsable, qui joueront un rôle plus stratégique». (cath.ch/cp)

Isabelle Reuse | © Maurice Page
1 juillet 2020 | 17:13
par Carole Pirker
Partagez!