Suisse

Genève: Baptisés dans la nuit de Pâques

Au terme d’un an et demi de cheminement, 32 adultes seront baptisés dans l’Eglise catholique à Genève, à Pâques. Ces catéchumènes, d’horizons très divers, ont vécu leur dernière journée de récollection et la célébration dite du scrutin, le 17 mars à la paroisse St-Martin d’Onex. Dans une joie contenue mais profonde.

Dans la chapelle de l’église d’Onex, l’abbé Marc Passera impose longuement les mains en silence sur la tête de chacun des futurs baptisés. L’émotion est palpable. Ce rite, dit du scrutin, est le dernier avant la célébration du baptême dans la nuit de Pâques. Cette célébration est le temps «de la purification et de l’illumination». Le mot scrutin évoque le discernement entre la lumière et les ténèbres. Les appelés sont invités à la conversion, à se tourner vers le Seigneur pour se voir à sa lumière.

Les catéchumènes lisent le récit de la rencontre de Jésus avec la Samaritaine à qui il donne l’eau vive. Ils se voient ensuite remettre officiellement au nom de la communauté la prière du Notre Père. Dans quelques jours, par le baptême, ils entreront pleinement dans l’Eglise.

Un nombre de catéchumènes en augmentation

Depuis plusieurs années, le nombre des catéchumènes augmente régulièrement. Cette année ils seront 32 à entrer dans l’Eglise, explique Thérèse Habomimana, responsable pour le catéchuménat des adultes de l’Eglise catholique à Genève (ECR). Outre les nouveaux baptisés, quatre personnes qui ont déjà reçu le baptême dans une autre Eglise chrétienne intégreront la communauté catholique. Cette volée compte aussi 11 Iraniens convertis qui ont été accompagnés séparément par un prêtre qui parle leur langue, le farsi.

«C’est évidemment pour eux une expérience extraordinaire, mais pour nous aussi les accompagnateurs», témoigne Thérèse Habomimana. Les profils sont des plus variés, Suisses ou étrangers, jeunes ou plus âgés, avec ou sans fond chrétien, d’origine musulmane ou d’une autre religion, parents ou célibataires. Autour de la grande table de la salle paroissiale d’Onex, la variété des visages en témoigne. Tous sont très concentrés sur le thème de la journée: la messe et l’eucharistie. En effet, en même temps que le baptême les catéchumènes recevront aussi la première communion.

Un parcours exigeant

Le parcours vers le baptême est exigeant. Après une demande individuelle, chaque personne est orientée vers un groupe de catéchuménat où elle fera les premiers pas vers l’Eglise. Chaque groupe se réunit pour une formation environ une fois par mois. «Il ne s’agit pas seulement d’acquérir des connaissances, mais surtout de faire l’expérience de la présence de Dieu dans leur vie», explique Thérèse.

A la fin de la première année, on célèbre l’entrée en catéchuménat par une cérémonie d’accueil lors d’un rassemblement cantonal. Quelques temps plus tard aura lieu l’appel décisif, lui aussi marqué par une célébration. La formation en groupe est complétée par cinq journées de préparation au niveau cantonal. «Nous sommes très attentifs à accueillir les gens comme ils viennent, avec leur parcours de vie, en respectant leur liberté. Il arrive parfois que certaines personnes ne persistent pas, mais nous ne les chassons jamais. Elles se rendent compte d’elles-mêmes qu’elles ne souhaitent pas faire ce choix.» (cath.ch/mp)

 

 

Le prêtre impose les mains aux futures baptisées | © Maurice Page
24 mars 2018 | 10:08
par Maurice Page
baptême (40), Catéchumènes (4), Genève (263), Pâques (102)
Partagez!