Suisse

Genève: les écoles religieuses de plus en plus ouvertes

Parmi les 77’000 élèves genevois qui ont repris le chemin de l’école le 26 août 2019, 860 ont intégré des établissements privés confessionnels. Une fréquentation qui ne faiblit pas pour des institutions qui affirment de plus en plus leur ouverture, rapporte le 26 août le quotidien La Tribune de Genève (TDG).

Sept institutions du canton de Genève sont reconnues par l’Etat comme des écoles à «sensibilité religieuse». Il s’agit d’établissements qui inscrivent l’enseignement religieux obligatoire dans leur grille horaire. Deux de ces écoles sont d’orientation catholique, deux évangélique et trois juive.

Ces institutions, loin d’être en déclin, connaissent chaque année une légère augmentation de fréquentation. Un point qui peut étonner dans une société où la religion ne cesse de perdre de l’influence. La principale explication serait que cette offre répond à la demande de nombreuses familles, qui recherchent un enseignement à la fois de qualité et reposant sur des valeurs précises, note le quotidien genevois. Des enquêtes montrent que 10% à peine des familles tiennent compte d’un critère confessionnel pour inscrire leur enfant. Les motivations relèvent plutôt d’une série de facteurs prosaïques tels qu’un attachement à une tradition, la réputation de l’établissement ou encore la disponibilité du personnel.

Pas de prosélytisme

Ces institutions ont ainsi su s’adapter en s’ouvrant à la diversité des croyances et en estompant leur caractère confessionnel. «Les écoles sont de moins en moins religieuses et elles collaborent plus qu’avant avec le secteur public», note Olivier Maulini, professeur à la Faculté de psychologie et des sciences de l’éducation de l’Université de Genève. Les établissements de «sensibilité religieuse» interrogés par la TDG soulignent que les enseignants, excepté pour les cours de religion, sont de confessions diverses, ou sont athées. François Varcher, directeur de l’Institut La Salésienne, assure qu’il n’y a aucun prosélytisme. «Le cours de catéchisme parle du sens de la vie en général, de valeurs, non pas d’une unique vérité».

Créationnisme en cause

Les sept écoles genevoises évitent en tout cas l’écueil de la ghettoïsation, affirme Olivier Maulini. Même si ce risque existe toujours, le système suisse le limite en permettant à l’Etat d’exercer un contrôle sur ces établissements.

Le seul problème survenu dans ce domaine l’a été en 2014, lorsque l’on apprenait qu’une école évangélique genevoise enseignait le créationnisme comme une vérité dans les cours de sciences. Or, le Plan d’études romand (PER) stipule que l’enseignement doit dispenser des savoirs reconnus en termes scientifiques. Depuis, une disposition a été ajoutée en 2016 à la nouvelle loi sur l’instruction publique (LIP), qui a resserré encore le cadre juridique en la matière.

Le risque de dérives est donc minime. Sarah Scholl, maître assistante à la Faculté de théologie de l’Université de Genève, relève que les écoles privées confessionnelles n’ont jamais réellement mis en danger la coexistence dans la cité. Elles sont au contraire «une voie pour garantir à la fois la liberté religieuse et permettre à l’école publique de conserver des bornes laïques et fermes». (cath.ch/tdg/rz)

A Genève, l'enseignement à "sensibilité religieuse" se porte bien (ici L'Institut La Salésienne) | © salesienne.ch
26 août 2019 | 15:40
par Raphaël Zbinden
Education (49), Genève (260)
Partagez!