Suisse

Genève: Premiers balbutiements d’une pastorale de crise

Passé le choc de l’annonce, l’heure est à la mise en œuvre d’une pastorale de crise dans les différents diocèses de Suisse romande. Le téléphone et internet en sont les outils phares – là où cela s’avère possible. Exemples à Genève.

«C’est un paradoxe absolu: la vie chrétienne est communautaire par nature et nous voici confinés à domicile», résume Philippe Matthey, curé modérateur de l’Unité pastorale des Rives de l’Aire. Les mesures de restriction obligent donc les prêtres et les agents pastoraux à faire preuve d’originalité et de créativité s’ils veulent continuer d’entretenir ce lien communautaire fondamental.

Le téléphone devient l’outil indispensable des équipes pastorales. «Nous nous sommes répartis les numéros des fidèles seuls ou en situation de vulnérabilité, poursuit-il. Nous les appelons régulièrement. On se rend parfois compte qu’une course à la pharmacie ou en magasin serait nécessaire. On sait que dans le même immeuble habite un autre paroissien et on le sollicite pour cela». Depuis sa cure de Grand-Lancy, le prêtre joue à plein son rôle d’intermédiaire.

Philippe Matthey | © Christine Mo Costabella

Un monde s’effondre

«Nous sommes au début d’une période où la communion spirituelle prend toute son importance», affirme-t-il. Communion spirituelle: le mot est sur toutes les lèvres en ces premiers jours de confinement. Mais qu’est-ce, au juste? Philippe Matthey réfléchit. «Voir l’autre comme un frère, comme une sœur, parce que relié à la même source. Et traduire ce regard dans un geste concret. Dire à quelqu’un dans une situation difficile: ›j’allumerai une petite bougie pour vous dans l’église ce soir’, par exemple. C’est loin d’être anodin».

Autre engagement pratique de l’Unité pastorale des Rives de l’Aire: agents pastoraux et prêtres se sont rendus sur les lieux de culte à l’heure prévue des messes, la semaine dernière. But de la démarche: avertir les fidèles qui n’auraient pas été au courant de l’annulation. «Il y avait quelques personnes, chaque fois, confirme Philippe Matthey. Des paroissiens que l’on voit tous les week-ends, mais avec qui nous n’avons jamais eu de telles conversations. Pour certains, très attachés à ces rendez-vous dominicaux, c’est un monde qui s’effondre.»

Les équipes pastorales sont également confrontées à des funérailles étonnantes. Elles se préparent par téléphone et se célèbrent dans une stricte intimité. Pour soutenir les familles en deuil, l’abbé Giovanni Fognini, aumônier aux HUG, a proposé aux amis d’un défunt d’allumer une bougie mercredi dernier, à 10 heures, au moment où débutait la célébration.

La TV en prison

Après le téléphone, Internet et l’autre outil phare de cette pastorale de confinement. Sur Twitter, les paroisses de la Champagne genevoise publient chaque jour quelques indications spirituelles, l’Evangile du jour et quelques liens intéressants comme les offices en ligne de la communauté de Taizé, chaque soir. La chaîne de vidéo Youtube du vicariat diffuse, quant à elle, quelques messes célébrées par l’abbé Pascal Desthieux, le vicaire épiscopal.

Christine Lany Thalmeyr | © Pierre Pistoletti

Mais il y a des lieux que n’atteignent ni les téléphones ni les réseaux sociaux. A l’instar des prisonniers du canton. «La direction des établissements pénitentiaires fait preuve de souplesse, atteste Christine Lany Thalmeyr, aumônière de prison. Nous pourrons, lorsque cela est possible, rester en lien par courrier avec les détenus.»

Dans les cellules, les moyens de communication sont plus que réduits. Il n’y a guère qu’une télévision qui relie ces personnes au reste du monde. Le directeur de la prison de Champ-Dollon a spontanément proposé de mettre à disposition de l’aumônerie un canal interne à l’heure des habituelle des offices. Carte blanche quant au contenu. «Nous sommes en train d’élaborer une proposition», explique Christine Lany Thalmeyr, temporairement reconvertie en productrice audiovisuelle. Au programme: méditation, clips musicaux, Ted Talks sur le développement personnel et la confiance en soi, extraits de films. «Autant de contenus qui tourneront autour de l’humain et des questions existentielles».

«Le défi est de demeurer dans un lien de foi, de prière et d’espérance avec les personnes enfermées», résume l’aumônière. Un défi qui, en définitive, s’étend à toute l’Eglise confinée. (cath.ch/pp)

Téléphone et internet: les deux outils phare phares de la pastorale de crise | © pxhere.com
24 mars 2020 | 17:00
par Pierre Pistoletti
Coronavirus (385), Covid-19 (89), Genève (279), prison (75)
Partagez!