Le corps du gourou indien Ashutosh Maharaj  est conservé dans un congélateur depuis trois ans (image Youtube)
International
Le corps du gourou indien Ashutosh Maharaj est conservé dans un congélateur depuis trois ans (image Youtube)

Le gourou pourra rester congelé

08.07.2017 par Maurice Page

Un tribunal du Pendjab, en Inde vient d’autoriser les adeptes d’un gourou  à conserver son corps dans un congélateur.  Ses fidèles affirment que leur maître spirituel  n’est pas mort mais qu’il est plongé dans un état de méditation profonde dont il se réveillera un jour.  Sa famille aimerait de son côté pouvoir célébrer ses funérailles et récupérer son héritage estimé à 120 millions de dollars.

En janvier 2014 Ashutosh Maharaj a été déclaré  cliniquement mort par une équipe médicale suite à une crise cardiaque. Mais ses partisans ont affirmé que leur maître était entré dans un état de méditation profonde (samadhi) dont il se réveillerait tôt ou tard. Ils ont rejeté le diagnostic des médecins et ont pris le corps pour le congeler. Ce qui empêche la famille de célébrer les rites funéraires exigés par la religion hindoue et de procéder à sa crémation.

Le conflit a alors éclaté entre la famille et les dévots. La famille veut récupérer le corps que les fidèles   conservent dans un  congélateur dans un ashram (centre de méditation), ne laissant personne  s’en approcher de peur d’interrompre sa mission spirituelle. Ils se fonde sur une différenciation entre la mort spirituelle et la mort physique, quelque chose que “la science médicale ne comprend pas”.

Dalip Kumar Jha qui prétend être le fils du défunt a donc déposé une plainte pour réclamer le corps de son père. Pour lui  les disciples du gourou  veulent le garder “en vie” pour continuer à contrôler ses propriétés et de a fortune, estimée à plus de 120 millions de dollars. Mais sa requête a été rejetée par la Haute Cour du Pendjab et de l’Haryana.

La liberté de croyance prime

Les juges se sont fondés sur la liberté de conscience des adeptes de cette secte. Ils ont fait valoir que que tant la conservation de corps n’est pas en conflit avec la santé publique, un juge ne peut pas  prendre parti contre les croyances.  Le concept de  samadhi (méditation profonde)  fait partie du folklore et de la mythologie indiennes et en tant que tel n’est pas étranger à la société, indique l’arrêt du tribunal. Les juges ont ordonné la formation d’une équipe médicale pour vérifier l’état du corps de temps en temps. Les avocats fils ont critiqué la décision décevante des juges et ont promis de porter l’affaire devant la Cour suprême.

La secte de Ashutosh Maharaj, fondée en 1972 au Pendjab, affirme compter des millions d’adeptes en Inde, en Occident et au Moyen-Orient. L’organisation s’appelle Divya Jyoti Jagriti Sansthan, ce qui signifie Mission du réveil de la Lumière Divine. Un seul n’est pas réveillé, pour l’instant, c’est leur chef. (cath.ch/ag/mp)


Victime de l'idéologie de l'Hindutva, une communauté de dalits dans l'Etat du Bihar, en Inde (Photo: video volunteer youtube)

Inde: Augmentation des crimes envers les dalits, justifiés par l'hindouisme

La croix de “Mar Thomas” dont l’origine remonte au VIIe siècle, est le précieux symbole de l’identité syro-malabare. (photo: Maurice Page)

Inde: le pape crée deux nouveaux diocèses de rite syro-malabar

Actualités ›