Suisse

Gratien Volluz, pèlerin éternel depuis 50 ans

Il y a cinquante ans, le chanoine valaisan Gratien Volluz trouvait la mort en montagne. Il quittait ce monde au soir d’une courte vie qui marquera de son empreinte la spiritualité de la communauté du Saint-Bernard. Retour sur la vie et l’œuvre de ce «précurseur» qui a donné un nouveau souffle aux hospices des chanoines valaisans.

Il fait très beau ce 12 août 1966. Pas un nuage, pas un souffle. Le chanoine Gratien Volluz part avec un jeune aspirant-guide pour une excursion de reconnaissance dans les gorges haut-valaisannes de Gondo. Le sommet est atteint dans la soirée. Une halte. Une prière, avant de redescendre par la même voie. Il est 21h15. Il reste moins de 100 mètres. Le chanoine Volluz allume une cigarette. La nuit est là. Peu importe: la descente en rappel est facile. Mais la corde coulisse mal et finit par résister tout à fait. Gratien monte pour la dégager…

L’aspirant-guide voit soudain la braise de la cigarette rayer la nuit d’un trait de lumière. Gratien Volluz vient de s’en aller vers la maison du Père.

Le pèlerinage terrestre du chanoine Gratien Volluz s’achève ce soir d’août 1966, au seuil de ses 37 ans. Sa vie fut intense. Féconde. Depuis son ordination, en 1956 jusqu’à sa mort, 10 ans plus tard, ce chanoine guide de montagne ne cessera d’envisager de nouveaux itinéraires pour sa communauté et, en particulier, pour ses deux hospices qui dominent les cols valaisans du Grand-Saint-Bernard et du Simplon. Il est à l’unisson avec le grand mouvement de réforme qui anime l’Eglise à l’heure du Concile. Mais son «aggiornamento» passe par les pieds. Par la montagne. Par la beauté de la création.

«Me voici, assoupli comme ces souliers qui étaient trop durs»

«Le pèlerinage est un arrachement, un ébranlement, écrivait-il. L’aveu d’une insatisfaction, d’une inquiétude, de l’insuffisance de nos ‘avoirs’. Si nous partons, c’est parce que quelque chose nous manque; parce que nous savons que ‘passe la figure de ce monde». C’est aussi, pour le chanoine, un lieu de conversion. «Après avoir tant marché, tant prié vers toi, me voici, sans défense, brisé enfin et assoupli comme ces souliers qui étaient trop durs, mais que j’ai rendu utilisables à force de marcher. Je te suis rendu Seigneur.»

La montagne, cette école de vie

«A ses yeux, la montagne était une école de vie incroyable, explique le chanoine Jean-Pascal Genoud, curé de Martigny et ancien prieur de l’hospice du Simplon. Il faut partir à l’aventure, se risquer pour entendre quelque chose de plus profond». Pour Gratien Volluz, il faut entraîner les jeunes sur les sommets, les lancer à la découverte d’eux-mêmes; «il faut aider l’homme à se libérer de la bagatelle qui l’aveugle pour l’engager dans le dépouillement progressif, l’aider à connaître ses possibilités et ses limites. Le disposer à monter».

De la parole aux actes: il initie les pèlerinages alpins, en 1960 et emmène des jeunes avec lui. «C’est avec lui que j’ai fait mes premiers pas en montagne, se souvient Bernard Gabioud, chanoine du Grand-Saint-Bernard et lui aussi guide de montagne. C’était en 1962, j’avais 17 ans. Il m’a fait découvrir la Parole de Dieu. Je n’ai jamais cessé de la fouiller et de la potasser depuis. Après sa mort, en 1966, j’ai repris le flambeau des pèlerinages, fasciné par sa capacité à faire de la montagne un lieu d’apostolat».

Le chanoine Gratien Volluz (Photo: DR)

La deuxième vie des hospices

«C’était un précurseur et un prophète, observe Bernard Gabioud. Il a renouvelé la vie de nos hospices». Pour comprendre, il faut se replonger dans le contexte de l’époque. Dans les années soixante, le nouveau tunnel routier du Simplon obligeait les chanoines à revisiter la vocation de leur hospice. «Il est nommé prieur du Simplon très jeune, à l’âge 30 ans, explique Jean-Pascal Genoud. La maison est en crise. Pour certains chanoines, le tunnel la rend inutile. Pas pour Gratien: il est convaincu que le tunnel est une chance. Il se montre proactif». Le calme retrouvé va être propice au déploiement de la spiritualité de montagne qu’il initie. Grâce à lui, l’hospice du Simplon va rapidement trouver une nouvelle mission ainsi qu’un nouvel élan, durable. 50 ans plus tard, la communauté du Grand-Saint-Bernard est unanime: Gratien Volluz est l’artisan du renouveau des hospices.

Où en est dès lors le procès de béatification? Une question que le chanoine Bernard Gabioud balaie d’un revers de main: «Il n’aimait pas le culte de la personnalité… Il n’aurait pas voulu. Ce qu’il nous reste, c’est de nous émerveiller devant l’œuvre qu’il laisse». Une œuvre dont la quintessence se trouve dans la Prière du Pèlerin de la Montagne, écrite de sa main:

«…Créé par amour, pour aimer,
fais, Seigneur, que je marche,
que je monte, par les sommets
vers Toi, avec toute ma vie,
avec tous mes frères,
avec toute la création,
dans l’audace et l’adoration.
Amen.»



Prière du Pèlerin de la Montagne (Gratien Volluz) Prière du Pèlerin de la Montagne (Gratien Volluz)
Gratien Volluz, chanoine et guide de montagne, est mort accidentellement il y a 50 ans
13 août 2016 | 09:25
par Pierre Pistoletti
Partagez!