Soeur Giovanna Giovanna Saporiti, présidente de l'AGIL-Volley de Novarra (photo GdP)
International
Soeur Giovanna Giovanna Saporiti, présidente de l'AGIL-Volley de Novarra (photo GdP)

La 'grinta' de Sœur Gio, championne de volley-ball d'Italie

17.07.2017 par Maurice Page

En fondant en 1983 à Trecate, dans le Piémont, un club de volley-ball pour les jeunes filles, les quatre filles de la charité de Saint-Vincent de Paul voulaient simplement promouvoir les valeurs chrétiennes par le sport. Elles n’imaginaient pas qu’une trentaine d’années plus tard, l’AGIL serait championne d’Italie et jouerait les premiers rôles en ligue A. La présidente du club, Sœur Giovanna Saporiti a toujours la ‘grinta’.

L’histoire, racontée par le quotidien tessinois Gionale del Popolo, a tout de l’épopée. En 1983, quatre religieuses décident de fonder un club de volleyball à Trecate, près de Novarre. Elles le baptisent AGIL pour amitié, joie, engagement et loyauté en italien. Leur idée est de promouvoir ces valeurs à travers le sport. Les filles de l’AGIL gravissent très vite les échelons de la compétition des séries locales aux compétitions régionales puis à la ligue A professionnelle en l’an 2000. Depuis le club truste les meilleures places et collectionne les titres dont celui de champion d’Italie en 2015. Durant toutes ces années, l’âme du club, reste la présidente Sœur Giovanna Saporiti. Pour elle, les quatre valeurs de l’AGIL restent bien présentes même au plus haut niveau de compétition.

Eduquer par le sport

Au départ, le dessein de l’AGIL-Volley était très simple: éduquer par le sport. “Petit à petit c’est devenu quelque chose de grand qui a conduit à la ligue A. C’est devenu un projet social grâce aux sponsors qui croient en notre travail, et nous sommes très fières ”

Comment une telle montée a-t-elle été possible? “Lorsque vous démarrez, vous espérez toujours faire bien, du mieux que vous pouvez.” Au cours des années, nous avons commencé à comprendre comment se mouvoir dans ce monde, dans la fédération et dans le sport de compétition. Nous avons commencé à affiner nos connaissances, en contact avec un bon leadership, de bons entraîneurs. La route est maintenant terminée. Quand nous sommes arrivées, ce fut une surprise, mais aussi une grande satisfaction “.

Un sport propre et sain

Une histoire qui raconte un sport propre et sain, pour celles qui le pratiquent, mais aussi les gens qui les entourent. Rien de moins évident dans une société où le sport de compétition est souvent devenu l’enjeu d’intérêts économiques. “Nous sommes liés à plusieurs sponsors qui ont un credo moral et éthique solide. Il était pas difficile, par conséquent, maintenir fermement nos valeurs.”, explique celle qu’on appelle Soeur Gio’.

L’engagement de Sœur Giovanna est né non seulement par sa passion pour le sport, mais aussi de la forte volonté de sa congrégation, quand il a fallu investir économiquement pour être en mesure de poursuivre. Plus qu’un emploi, l’engagement de Sœur Giovanna et de ses consoeurs est une mission: incarner et transmettre les valeurs chrétiennes “Nous n’imposons rien sur le plan religieux, mais quand les filles arrivent dans l’entreprise et apprennent qu’elle est présidée par une religieuse, elles savent aussi que les valeurs sont un élément-clé. Je les mets en garde en leur disant qu’elles sont des modèles pour les plus jeunes. C’est fondamental pour moi. Pour le reste, je crois que les choses de Dieu se communiquent en les vivant”. (cath.ch/GdP/mp)


Andrea Riccardi, fondateur de Sant'Egidio (Photo:Euku/Wikimedia Commons/CC BY-SA 2.0)

Le report de la loi sur le droit du sol est une défaite pour les catholiques italiens

Jean XXIII (Photo: Wikimedia commons)

La châsse de Jean XXIII dans le diocèse de Bergame en 2018

Actualités ›