International

Guerre de l’information contre le christianisme, dénonce Moscou

«Une guerre de l’information se déchaîne actuellement contre le christianisme, aussi bien contre les fondements mêmes de la foi, que contre les Eglises et certains de leurs représentants en particulier», a déclaré le métropolite Hilarion de Volokolamsk, président du  Département des relations ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou (DREE).

Intervenant au forum international des journalistes chrétiens sur le thème «Le christianisme dans le monde d’aujourd’hui» le 6 septembre 2019 à Budapest, Mgr Hilarion a affirmé que le journaliste chrétien «ne devait pas employer les procédés malveillants de certaines publications laïques».

Les réfugiés en provenance des pays musulmans

Le chef du DREE a affirmé que l’Europe était étranglée par une vague de violence contre sa religion »et tout cela se produit alors que des réfugiés ne cessent d’affluer, principalement en provenance des pays musulmans africains ou proche-orientaux. Ces processus provoquent inévitablement une modification de la configuration religieuse et ethnique de l’Europe, d’autant plus que la population de souche du continent ne cesse de diminuer».

De hauts représentants des Eglises orthodoxes locales, de l’Eglise catholique romaine et des communautés protestantes, des représentants des autorités et de la société civile hongroise ont participé à cette manifestation, peut-on lire sur le site internet du Patriarcat de Moscou.

Le journaliste chrétien doit être un témoin de l’Evangile devant le monde

Dans la communication qu’il a présentée aux participants du forum, le métropolite a constaté que le travail du journaliste chrétien était un ministère d’Eglise dans le monde actuel. «Un croyant travaillant dans les médias doit être, à sa manière, prédicateur de Jésus Christ et de sa doctrine. Devenir témoin de l’Evangile devant le monde environnant, voilà la tâche du journaliste chrétien», a souligné Mgr Hilarion.

Le chef du DREE s’est attardé sur le problème des persécutions contre les chrétiens dans le monde. «Ces dernières décennies, ce problème a pris des proportions de grande envergure, mais, jusqu’à une date récente, n’avait pas retenu l’attention des institutions internationales et des médias. Selon les données de différentes organisations internationales, environ 100 millions de disciples de Jésus Christ dont actuellement l’objet de répressions. Il faut reconnaître un fait évident: les chrétiens sont la communauté religieuse la plus persécutée de la planète». 

L’Ukraine de Porochenko dans le collimateur

Le métropolite a aussi qualifié «d’exemple criant de pression informationnelle sur la vie de l’Eglise et sur les chrétiens, d’incitation à la haine pour raison d’identité nationale et religieuse» les évènements qui se sont produits en Ukraine sous l’ancien président Petro Porochenko, lorsque le pouvoir de Kiev «s’est brutalement immiscé dans les affaires internes de l’Eglise».

Mgr Hilarion a rappelé qu’en janvier 2019, à la demande insistante de l’ex-président ukrainien et en dépit de la volonté de la majeure partie des orthodoxes d’Ukraine, «le patriarche de Constantinople avait accordé un décret (tomos, en langage ecclésiastique) d’autocéphalie à une structure pseudo-ecclésiale, créée à l’initiative des autorités sur la base de la réunion de plusieurs groupes de schismatiques, structure qui n’a été reconnue par aucune Eglise orthodoxe locale».

83 paroisses prises d’assaut

Le métropolite a rapporté qu’avec le soutien des autorités de l’époque cette nouvelle structure s’en était prise aux paroisses membres de l’Eglise orthodoxe ukrainienne, notamment en Ukraine occidentale. «83 paroisses ont été prises d’assaut, un chiffre qui ne tient pas compte des nombreux cas de réenregistrement illégal de nos communautés dans la juridiction des schismatiques par les autorités», a précisé Mgr Hilarion.

«Les journalistes qui se décident à rapporter ce qui se passe vraiment dans le domaine confessionnel en Ukraine risquent de voir peser sur eux le poids de la machine étatique. Depuis l’an dernier l’Ukraine a rejoint la liste des pays où les journalistes sont mis en prison pour leur activité professionnelle», au même titre que l’Algérie, le Cambodge, le Pakistan, la Somalie ou l’Ouganda, a-t-il martelé.

La civilisation européenne a renoncé aux fondements de son identité chrétienne

Ensuite, le président du DREE a soulevé la question du lien entre le christianisme et l’identité européenne. Selon lui, le problème principal de la civilisation européenne est qu’elle a cessé d’être européenne, pour avoir volontairement renoncé aux fondements de l’identité européenne, dont le principal était le christianisme.

«En même temps, il y a en Europe des pays qui sont attachés à leur identité chrétienne, qui n’ont pas peur de déclarer leurs racines chrétiennes», a constaté le métropolite, citant la Hongrie en exemple. En 2012, le parlement de ce pays a adopté une nouvelle Constitution, qui a suscité des protestations au niveau international, à cause des articles de ce texte où les valeurs chrétiennes sont mentionnées, note le Patriarcat de Moscou. (cath.ch/mospat/be)

Le métropolite Hilarion, chef du Département des relations ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou | © Jacques Berset
11 septembre 2019 | 17:00
par Jacques Berset
Partagez!