International

«Guy Gilbert, c'est une sorte de sauveur»

Depuis de longues années, le Père Guy Gilbert accueille des jeunes à Faucon, dans son hameau de Haute-Provence, en France, pour les aider à se réinsérer dans la société. Une équipe de Cathobel s’y est invitée, le temps d’un reportage.

Par Corinne Owen/Cathobel

Sur le sentier qui mène à la bergerie, il arrive comme il fallait s’y attendre, avec éclat, au volant d’une jeep qui a vu toutes les guerres, veste de cuir et plume au chapeau, plus vrai que nature. C’est ici, dans son antre des Gorges du Verdon, en Haute-Provence, que Guy Gilbert nous a fixé rendez-vous. Le personnage est à la hauteur de sa légende et s’il a pris quelques rides, sa gouaille reste inchangée.

Aussitôt les présentations faites, il nous entraîne sans plus attendre vers les enclos où deux chameaux se chamaillent le pain lancé par Mattéo, un des jeunes résidents accueillis par le prêtre. De nombreuses prairies, étable, bergerie, poulailler, bassin d’élevage de poissons entourent le bâtiment principal.

Des chameaux, entre autres espèces, occupent les enclos de la bergerie | © Carole Owen

Y vivent des animaux d’ici et d’ailleurs pour la plus grande joie des habitants du lieu et des visiteurs, souvent nombreux le week-end. La plupart de ces derniers ont appris que le Père Guy est de retour au pays, comme chaque fin de mois, et ils espèrent le croiser, bavarder un peu, partager un café et assister à la célébration du soir. Guy Gilbert joue le jeu, présente son projet et les jeunes qui l’entourent, incite les éducateurs à se mêler à la conversation. Et dans la foulée, la boutique s’est ouverte pour vendre t-shirts, livres et souvenirs. Autant de rentrées financières bienvenues car si l’association est aidée par l’Etat français pour l’accueil des adolescents, les frais annexes restent importants.

Un lieu éloigné des tentations de la ville

C’est sur les ruines d’une ancienne bergerie que Faucon, comme on dit ici, a vu le jour, il y a près de cinquante ans. A cette époque, Guy Gilbert travaillait avec une équipe à Paris et dans sa banlieue. Il avait troqué ses vêtements de prêtre pour une allure de rocker et aidait les jeunes de la rue. C’est à leur demande qu’il recherche un lieu éloigné le plus possible des tentations des grandes villes et il finit par le trouver, encaissé dans le paysage aride de Haute-Provence, au paradis des montagnards. Pendant dix ans, ils seront 250 à s’y succéder, à remonter les murs et à transformer les ruines achetées pour une bouchée de pain en une magnifique demeure provençale.

Aujourd’hui, six éducateurs se relayent auprès d’une dizaine de jeunes placées par l’Aide sociale à l’enfance. Leurs histoires sont toujours compliquées et souvent violentes. Yannick a 14 ans et il vient de Lille. Il a les poches gonflées de biscuits pour chien et aucun doute, ceux de la maison vont le suivre, leur truffe collée à son pantalon. «Moi aussi j’avais un chien, il me manque souvent». Ce seront les seuls souvenirs personnels qu’il acceptera de partager avant de partir pour admirer les chatons qui chassent leur premier pigeon ou s’essayer à la coupe des bûches, les chiens sur ses talons.

Réapprendre les règles

Arrivé il y a trois mois à peine, après une scolarité chaotique et de gros problèmes comportementaux, Yannick doit réapprendre les règles du vivre ensemble avant d’envisager de rejoindre, peut-être, le collège de la région. Mais, pour Charles, le responsable de l’intendance, c’est loin d’être gagné: «Ils ne tiennent pas souvent plus d’une semaine et demie au collège. C’est vraiment compliqué pour eux de retrouver des règles et de se comporter comme les autres gamins. Il faut les scolariser ici et espérer qu’ils passent leur bac».

Ryan, lui, a eu son bac l’année dernière. Arrivé à Faucon à 14 ans aussi, il en a aujourd’hui tout juste 21. Et depuis peu, il est devenu «compagnon éducateur». Une formidable reconnaissance pour celui qui ne sait pas ce qu’il serait devenu sans son placement: «Faucon m’a sauvé. Si je n’étais pas arrivé ici, j’aurais coulé, cela se serait très mal passé. C’est grâce à Guy Gilbert que je suis là. C’est un peu une sorte de sauveur et maintenant que je le connais bien, c’est un peu mon grand-père. Je peux lui parler, écouter ses conseils, je l’apprécie beaucoup». 

250 jeunes se sont relayés pendant 10 ans pour restaurer les ruines, devenues grâce à eux, une belle demeure provençale | © Carole Owen

En attendant d’être accepté dans l’armée de terre où il espère faire une carrière de professeur de sport, Ryan travaille à Faucon aux côtés des éducateurs comme bénévole. Nous le devinons tiraillé entre l’envie de rester dans le «cocon Faucon» ou au contraire, de plonger dans la vie loin de cette structure à laquelle il s’était raccroché pendant sept ans pour se reconstruire. Là encore, la bataille n’est pas gagnée.

«Il n’aime pas trop les surprises!…»

Comme chaque mois, lorsque Guy Gilbert pose ses sacs à Faucon, l’heure est au bilan. Chacun y va de ses remarques ou de ses suggestions, éducateurs ou jeunes. La parole de tous est écoutée. Par contre, ce jour-là est un peu exceptionnel, un jour d’anniversaire en fait. Et en cuisine, Amandine et Ayoub mettent la dernière main à un gâteau qui parfume toute la maison. «Mais nous ne savons pas comment va réagir Guy, il n’aime pas trop les surprises…»

De son côté, Ayoub est plutôt inquiet des 84 bougies qu’il lui faudra piquer sur le gâteau et décide, en dernière minute, d’en planter symboliquement juste huit. Surpris, Guy Gilbert oubliera la caméra pour profiter du moment présent et recevoir, de son équipe, un petit autel portable, à l’image du curé peu conventionnel qu’il continue d’être. Le temps de partager avec tous quelques souvenirs, quelques confidences et de lancer aux gamins un «Je vous aime à en crever» et la réunion reprend sans perdre plus de temps, car il reste encore quelques problèmes épineux à régler avant la célébration du soir.

Célébrer face à la montagne, les chiens couchés à ses pieds, entourés du petit monde de Faucon est toujours un moment précieux pour le curé des loubards. «La catastrophe aujourd’hui, c’est qu’on ne prie plus». Alors, en toute simplicité, à la tombée du jour, il les accueille tous autour de la table pour partager le pain et délivrer un petit sermon, à sa façon, avec des mots hauts en couleurs qui percutent et disent «vrai». (cath.ch/cathobel/co/bh)

De nombreux jeunes, en difficulté sont passés par la bergerie de Faucon, en Haute-Provence | © Carole Owen
12 janvier 2020 | 17:00
par redaction
France (251), Guy Gilbert (7), Jeunes (114)
Partagez!