Vatican

«Il faut mettre la technologie au service de la personne», affirme Mgr Paglia

l’Académie pontificale pour la vie ne veut pas légitimer les développements scientifiques mais les orienter au service de la personne, explique son président, Mgr Vincenzo Paglia, dans un entretien à Vatican insider paru le 26 mars 2019.

Selon Mgr Paglia, le pape François lui-même veut que l’Académie se penche sur les «technologies émergentes et convergentes». En effet, la technologie n’est plus seulement un instrument transparent et neutre mais incorpore la vision du monde et de l’homme de ceux qui la réalisent. C’est pourquoi il est nécessaire d’enrichir la recherche scientifique avec la raison critique pour qu’elle soit conforme aux desseins du Créateur. Cela exige de ne pas donner des réponses préfabriquées, mais de se mettre à l’écoute de ces nouvelles technologies.

L’objectif est d’étudier ces nouvelles frontières afin de les orienter au service de la personne et de sa dignité intrinsèque. Pour autant, cette attitude ne signifie pas légitimer toutes les avancées technologiques. Par exemple, a-t-il illustré, la soi-disant notion d’intelligence artificielle peut impliquer une conception de l’homme pas toujours «partageable», car incapable d’assumer la différence entre la vie donnée par le Créateur et ce qui est le «fruit d’un agir humain».

Par ailleurs, Mgr Paglia s’est réjoui de l’assemblée de l’Académie pontificale pour la vie dédiée à la roboéthique, organisée au Vatican les 25 et 26 février derniers. Selon lui, il y a un intérêt inattendu avec de nombreux participants, souvent jeunes. «Cela indique l’importance et l’intérêt que suscitent ces questions», a-t-il considéré. (cath.ch/imedia/xln/bh)

Mgr Vincenzo Paglia, président de l’Académie pontificale pour la vie. | © Catt.ch
27 mars 2019 | 08:40
par Bernard Hallet
Partagez!