International

Il n'y a plus de «vrais hommes» en Russie, déplore le Père Smirnov

Il n’y a plus beaucoup de «vrais hommes» en Russie et les Russes contemporains sont faibles en raison de leur «éducation féminine», déplore l’archiprêtre Dimitry Smirnov, chef de la Commission des affaires familiales du Patriarcat de Moscou.

C’est la raison pour laquelle ils ont peu d’enfants dans leur famille, a-t-il déclaré à des représentants du diocèse de Syzran, dans la région de la Volga. «Nos hommes sont notre tragédie nationale», a même avancé le responsable orthodoxe, rapporte le 9 septembre 2019 l’agence de presse russe Interfax.

La propagande soviétique

Rappelant les cas récents où des officiers des forces spéciales ont été tués en tentant de défendre des femmes dans la rue, le Père Dimitry admet cependant qu’il y avait encore de «vrais hommes» en Russie. «Mais ils sont peu nombreux, il n’en existe pas à l’échelle nationale! ” Pour l’archiprêtre, il n’y a plus vraiment d’hommes parmi lesquels une femme qui veut se marier pourrait choisir.

Pour le chef de la Commission des affaires familiales, la cause en revient à une erreur de la propagande soviétique qui a forcé «les fortes femmes russes, qui étaient en mesure de donner naissance à 10 enfants, à travailler hors de leur foyer».

Le Père Dimitry souligne que dans le passé l’homme devait travailler et qu’il devenait plus fort par le travail. Quant aux enfants, ils devenaient eux aussi plus forts dans la lutte compétitive et ils se battaient. «Aujourd’hui n’importe quel garçon est faible, sa grand-mère, sa mère et son père l’insultent, ses camarades de classe l’offensent et ainsi de suite!»

Féminisation de l’école et de l’Eglise

Et l’archiprêtre Dimitry Smirnov de déplorer la féminisation de l’école et de l’Eglise, le fait que les mères font pression sur leur mari, qui sont aussi de vrais «fils à maman». Même quand un homme cherche une femme, «il cherche en fait une deuxième mère qui l’allaite pendant qu’il regarde la télé. Qu’est-ce qu’il peut faire ? Peut-être qu’il aime le sport? Non, il ne peut que crier des slogans, comme fan, devant un écran de télé».

Le prêtre propose de «préparer de nouvelles personnes» en rassemblant les garçons qui manquent d’éducation masculine et en les envoyant dans des écoles spéciales sous la direction des meilleurs officiers. (cath.ch/interfax/be)

Archiprêtre Dimitry Smirnov, chef de la Commission des affaires familiales du Patriarcat de Moscou | © orthochristian.com
11 septembre 2019 | 15:15
par Jacques Berset
Partagez!