International

Île Maurice: peine de prison ferme pour un prêtre abuseur

Un tribunal de l’Île Maurice a condamné, le 9 octobre 2019, le prêtre catholique Joseph-Marie Moctee à trois ans de prison ferme pour abus sexuel sur un mineur de 15 ans. La condamnation d’un prêtre catholique dans une affaire de mœurs est sans précédent dans la sphère africaine, où les cas d’abus sexuels sont très souvent passés sous silence.

Pour la juge Ida Dookhy-Ramburrun, qui a prononcé la sentence, le religieux a commis «un délit sérieux» en tant que prêtre, et a «trahi la confiance» de la victime. «Il faut envoyer un signal fort à la société pour sanctionner ce type de comportement», a ajouté la magistrate, rapporte le quotidien mauricien L’Express.

Le prêtre était poursuivi pour trois faits: attentat à la pudeur, attouchements, et abus sexuel sur mineur. En 2015, au moment des faits, la victime, un enfant de chœur de la paroisse du Père Moctee, était âgé de 15 ans. Elle avait été invitée par le prêtre à passer la soirée chez lui, avec l’un de ses camarades du groupe. Dans sa plainte à la police, l’adolescent a raconté que, cette nuit-là, il regardait une comédie musicale à la télévision, allongé sur un matelas avec son ami. Le Père Joseph-Marie Moctee est alors entré dans la chambre et s’est glissé avec eux sous la couette. Il a ensuite commencé à caresser le plaignant.

Le diocèse a mené sa propre enquête

L’archidiocèse de Port-Louis, capitale de l’Île Maurice, a mené sa propre enquête interne. Selon les règles du protocole, toutes les parties ont été entendues. Elle a établi un dossier qui a été envoyé à la Congrégation pour la doctrine de la foi (CDF) à Rome.

«J’ai pris acte de la décision de la justice de condamner le Père Joseph-Marie Moctee à trois ans de prison. Notre première pensée va à la victime et à sa famille. Cette sentence n’invalide en rien leur souffrance», a souligné le cardinal Maurice Piat, archevêque de Port-Louis, après le verdict.

Le prélat mauricien a aussi rappelé que «pour lutter contre les abus sexuels à l’encontre des enfants, et quelles que soient les circonstances, dans un souci de transparence, le diocèse de Port-Louis s’engage à collaborer avec les autorités civiles dans le respect de ce que prévoit la loi».

Un verdict rare en Afrique

Cette peine de prison ferme est inhabituelle dans la sphère culturelle africaine, où les témoignages de victimes sont «rares, voire inexistants», déclarait en février 2019 sur Radio France international, le Père Gustave Sanvi, secrétaire général de la commission nationale Justice et Paix de la Conférence épiscopale du Togo. «Le continent pourrait ne pas être épargné» par la pédophilie dans l’Eglise, avait-il ajouté. «Certes, les médias n’ont pas révélé ce problème en Afrique. Mais je crois que si le pape François a invité les évêques africains au sommet du Vatican sur la protection des mineurs en début d’année, c’est une interpellation (…) Nous devons déjà prendre des mesures pour, évidemment, éliminer ce phénomène avant que cela n’éclabousse l’Eglise», avait suggéré le prélat togolais. (cath.ch/ibc/rz)

En Afrique, peu de cas d'abus sexuels émergent à la surface (pxhere)
11 octobre 2019 | 15:48
par Ibrahima Cisse
Partagez!