Indianapolis: un enseignant homosexuel licencié de son école

Deux écoles secondaires catholiques d’Indianapolis ont reçu l’ordre de Mgr Charles Thompson, archevêque d’Indianapolis, de licencier un enseignant vivant dans un mariage homosexuel. Faute de quoi, elles perdraient la reconnaissance de l’archidiocèse et leur statut d’institution catholique. L’une a obtempéré et l’autre s’est refusé et a perdu son identité catholique.

Tandis que la «Cathedral High School» a déclaré qu’elle congédiait son professeur, l’école jésuite de Brebeuf a refusé le licenciement. Elle gardera ainsi son professeur gay marié. Conséquence: elle ne sera plus reconnue en tant qu’institution catholique par l’archidiocèse. L’école fera appel à la décision auprès de l’archidiocèse et du Vatican, si nécessaire.

Des approches différentes

Selon la chaîne de télévision CNN, les deux enseignants en question sont mariés depuis 2017. La cérémonie de mariage, que le couple a partagée sur les réseaux sociaux, a conduit un catholique local à se plaindre à l’archidiocèse.

Les différentes approches des écoles à l’égard des deux enseignants semblent être influencées par leur degré d’autonomie différent face à l’archidiocèse d’Indianapolis.

Ministres de la foi

Dans sa déclaration, l’archidiocèse d’Indianapolis rappelle que tous les enseignants des écoles catholiques sont également des ministres de la foi et qu’ils doivent se conformer à tous les enseignements de l’Eglise, y compris sur le mariage.

«Cette question ne concerne pas l’orientation sexuelle, mais plutôt notre attente que tout enseignant d’une école catholique respecte tous les enseignements de l’Eglise, y compris la nature du mariage»,  lit-on dans la déclaration de l’archidiocèse. Un ministre de la foi est tenu de vivre une vie conforme à l’enseignement catholique.

Le catéchisme catholique enseigne que «les actes homosexuels sont intrinsèquement désordonnés», mais aussi également que les personnes LGBT «doivent être acceptées avec respect, compassion et sensibilité, estime l’archevêché. Tout signe de discrimination injuste à leur égard doit être évité.» (cath.ch/cnn/dp)

Mgr Charles Thomson, archevêque d'Indianapolis, avec Gina Fleming, responsable des écoles catholiques de l'archidiocèse | © www.archindy.org
15 juillet 2019 | 18:13
par Davide Pesenti
Partagez!