Dans la tradition hindouiste, la vache est un animal sacré (Photo: Rod Wadington/Flickr/<a href="https://creativecommons.org/licenses/by-sa/2.0/legalcode" target="_blank">CC BY-SA 2.0</a>)
International
Dans la tradition hindouiste, la vache est un animal sacré (Photo: Rod Wadington/Flickr/CC BY-SA 2.0)

Interdiction de la viande de vache en Inde: les minorités visées?

31.05.2017 par Raphaël Zbinden

Le gouvernement indien a drastiquement limité, le 26 mai 2017, le commerce de viande de vache dans tout le pays. La mesure provoque de vives protestations, notamment de la part des minorités religieuses qui se sentent une fois de plus discriminées par les nationalistes hindous au pouvoir.

“Il s’agit d’une nouvelle forme de terrorisme”, a commenté Lenin Raghuvanshi, un activiste des droits humains très connu en Inde, à propos de la nouvelle législation. Le gouvernement de Narendra Modi a interdit le commerce, sur les marchés, de bétail destiné à l’abattage. Les vaches, les buffles et les dromadaires sont notamment concernés. Même si le commerce à titre individuel est toujours autorisé, la vente sur les marchés représente 90% des transactions, rapporte le 30 mai le quotidien britannique The Guardian. La mesure revient donc de facto à interdire la consommation de viande de bœuf dans le pays.

La prison à vie pour une vache

La vache est un animal sacré dans la tradition hindouiste. Manger de sa chair est une offense aux dieux. De nombreux Etats indiens interdisent d’ores et déjà la consommation et l’abattage des bovins. Dans le Gujarat, au nord-ouest du pays, la violation de cette loi peut mener à l’emprisonnement à perpétuité.

La consommation de bœuf est le motif, depuis des années, de violence entre extrémistes hindous et membres des minorités religieuses impliqués dans ce commerce. Des milices pro-hindoues se sont même formées dans certains endroits, pour persécuter les éleveurs ou les vendeurs de bétail. Les violences dans ce contexte ont déjà fait 10 morts depuis 2015.

Menace sur des millions d’emplois

La mesure touche en particulier de plein fouet la communauté musulmane, qui pratique traditionnellement des abattages rituels de vaches. Elle atteindra aussi fortement la basse caste des dalits (intouchables) pour qui le bœuf constitue une source de protéines abordable. L’interdiction menace en outre des millions d’emplois dans la filière de la viande, occupés en majorité par des représentants des minorités.

Après l’annonce de la mesure, de vives protestations ont éclaté dans le pays. Dans l’Etat à majorité chétienne du Kerala, au sud-ouest, des opposants ont abattu en guise de provocation des vaches en public. Le gouverneur de l’Etat s’est officiellement offusqué de la décision gouvernementale, avertissant qu’il la combattrait par tous les moyens.

Cité par l’agence d’information catholique Asia News, Lenin Raghuvanshi assure que le but du gouvernement est d’imposer à tous les Indiens le régime traditionnel végétarien hindouiste.

La nouvelle législation est également combattue par les partisans de la laïcité de l’Etat. Pour eux, elle va à l’encontre du droit fondamental de pouvoir choisir sa nourriture. (cath.ch/ag/rz)


Un mariage en Inde (Flickr The Falcon CC BY-NC-ND 2.0)

Inde: la Cour suprême veut punir le viol entre époux

Victime de l'idéologie de l'Hindutva, une communauté de dalits dans l'Etat du Bihar, en Inde (Photo: video volunteer youtube)

Inde: Augmentation des crimes envers les dalits, justifiés par l'hindouisme

Actualités ›