International

Jean-Marie Duthilleul: créer la rencontre

France 2 diffusera dimanche 25 août 2019 un reportage consacré à l’architecte Jean-Marie Duthilleul et aux sources qui irriguent son travail. L’artiste français de renommée internationale a notamment signé la restauration de la chapelle des Soeurs de Saint-Maurice à Bex (VD).

«Nous avons amené la lumière dans les espaces sombres» de la Gare du Nord, explique Jean-Marie Duthilleul dans le documentaire qui lui est consacré. «Elle se reflète sur un sol clair, elle éclaire les gens et leur visage pour qu’ils se présentent bien les uns aux autres». L’espace est au service la relation. C’est sans doute la conviction fondamentale de l’architecte français, la certitude qui rassemble en un tout cohérent l’ensemble de son oeuvre.

«Jean-Marie Duthilleul: L’Espace, en vérité» (26’) explicite cette unité qui rassemble dans une même intuition créatrice la gare de Strasbourg, la cathédrale de Nanterre ou encore la chapelle des Soeurs de Saint-Maurice à Bex. Sa quête estompe la frontière entre sacré et profane. «La construction d’un lieu de culte ou d’une gare TGV est irriguée par une même vision qui se fonde sur la bible, analyse le dominicain Thierry Hubert, producteur du Jour du Seigneur. Il s’agit d’une mise en relation de personnes dont le récit paradigmatique est Emmaüs».

Un vis-à-vis qui dérange

La rencontre passe par des agencements concrets. Chez les Soeurs de Saint-Maurice, Jean-Marie Duthilleul a organisé la chapelle de manière à ce que les religieuses prient face-à-face. La transition s’est faite en douceur. Durant les travaux de réfection de la chapelle, la communauté a pris l’habitude de prier ainsi dans la bibliothèque, après un premier geste inaugural: «Jean-Marie Duthilleul nous a proposé de nous rassembler derrière l’autel et de nous regarder, explique Soeur Adrienne Barras, ancienne supérieure générale de la communauté. Ce fut absolument nouveau pour toute la communauté».

La chapelle des bénédictines de Dourgne, dans le Tarn, a elle aussi été repensée par l’architecte. Comme à Bex, les soeurs prient également en vis-à-vis. «Une position qui dérange, confie l’une des religieuses. L’autre n’est pas tout a fait comme je pense, comme je voudrais qu’ils soit. Il n’a pas tout à fait la tête qui me plaît. Mais il me pose une question: est-ce que je suis, pour toi, le Christ qui vient à toi?»

L’expérience physique d’une présence

Jean-Marie Duthilleul fait preuve d’une fine compréhension de la spiritualité liturgique. Le film en fait l’écho. La communauté de Saint-Maurice aussi: «l’autel – où le Christ se donne en nourriture – et l’ambon – où la parole de Dieu est proclamée – forment une seule et même table: celle de la Parole et du Pain. L’espace vide, entre l’autel et l’ambon, signifie la présence du Ressuscité – présence dans l’absence, accueillie dans la foi et reconnue dans la présence du frère ou de la soeur. La fine croix de bronze doré, quant à elle, atteste du ›déjà’ et du ›pas encore’ caractéristique de la foi chrétienne».

«Lorsqu’on travaille un espace, on cherche l’accord juste du sens et du lieu pour que chacun puisse faire l’expérience physique d’une présence», explique l’architecte parisien. A Bex, «la chapelle invite au silence, à l’émerveillement et à la rencontre avec Dieu», assurent les religieuses qui la fréquentent tous les jours. (cath.ch/pp)


«Jean-Marie Duthilleul: L’Espace, en vérité» (26’), un film de Marie Viloin, diffusé dimanche 26 aout 2019 à 10h30 sur France 2


Foi et culture

«Jean-Marie Duthilleul: L’Espace, en vérité» (26’) de Marie Viloin clôt une collection estivale de documentaires intitulés «D’arts et de foi». Proposés par Le Jour du Seigneur, «ces différents films avaient pour but de montrer qu’il n’y a pas de rupture entre foi et culture, et même culture contemporaine», explique le frère Thierry Hubert. Pour le producteur dominicain, «une oeuvre d’art permet d’effleurer le désir de Dieu de créer de la beauté dans ce monde».


Jean-Marie Duthilleul

L’architecte Jean-Marie Duthilleul a travaillé au service des grands projets de l’Etat français et à la réalisation de nombreuses gares en France et à l’étranger. En 1997, sa rencontre avec le cardinal Lustiger l’introduit à l’aménagement d’espaces liturgiques, avec la transformation de l’hippodrome de Longchamp en cathédrale, pour accueillir les Journées Mondiales de la Jeunesse à Paris (1997). Commence alors une réflexion de l’espace à partir du texte conciliaire de Vatican II sur la liturgie. En Suisse romande, il a oeuvré au réaménagement du choeur de l’Abbaye de Saint-Maurice (2004-2005) et à la transformation de la chapelle des Soeurs de Saint-Maurice (2012).

La chapelle des Soeurs de Saint-Maurice à Bex est l'oeuvre de l'architecte parisien Jean-Marie Duthilleul | © lapelouse.ch
22 août 2019 | 17:00
par Pierre Pistoletti
Partagez!