International

«Le Jour du Seigneur» inaugure l’année de ses 70 ans

1948-2018: Le Jour du Seigneur, la plus ancienne émission de la télévision française, célèbre ses 70 ans d’existence. Une année anniversaire inaugurée le 7 janvier 2018 par une émission spéciale, sur France 2, avec un hommage au dominicain visionnaire Raymond Pichard, créateur de l’émission.

Dimanche de l’Epiphanie, ce 7 janvier 2018. Messe TV sur France 2, transmise de l’église de St-Maur-des-Fossés dans la région parisienne. Une bougie avec le logo du Jour du Seigneur (JdS) est allumée et déposée devant la crèche, après l’homélie. Une manière de remettre à Dieu les 70 ans d’émissions religieuses de la télévision publique.

La plus ancienne émission du paysage télévisuel français a ainsi inauguré l’année anniversaire. Les dominicains Philippe Jaillot, producteur du JdS, et Yves Combeau reviennent avec l’animateur David Milliat sur ces sept décennies de productions. Grâce aux images d’archives, retour sur la première messe télévisée de la TV française, à Noël 1948, en direct de Notre-Dame de Paris. «Une messe captée peut-être par une centaine de postes de télévision, précise le Père Combeau. Car, à l’époque, il n’y avait que 300 téléviseurs en France environ». Public restreint, donc mais un formidable coup médiatique, dû à un passionné de communication: le Père Raymond Pichard (1913-1992).

«La télévision, découverte géniale»

Déjà responsable des offices radio, le Père Pichard, dominicain visionnaire, rêve d’offrir la messe télévisée au grand public. Il pressent que la télévision est un média d’avenir. Il parvient à convaincre les responsables de la télévision française et l’archevêque de Paris, Mgr Suhard. La Messe de minuit du 24 décembre 1948 sera donc la première du genre. Une première mondiale.

Le cardinal Suhard, conscient des difficultés soulevées  –  même au sein de l’Eglise – par cette première diffusion, la défend publiquement durant la célébration: «La télévision, cette découverte géniale, vient à son heure dans le plan de salut du monde, lance le prélat. En étendant le champ de notre regard, elle élargit le champ de notre conscience et dilate notre cœur».

Dynamisé, Raymond Pichard, jamais à court d’idées, ira convaincre le pape Pie XII de la pertinence de ce nouveau moyen de communication. A Pâques 1949, le pape, devant les caméras du dominicain français, livre un message télévisé: «Nous attendons de la télévision des conséquences de la plus haute portée».

«Le meilleur, c’est la foi en Dieu»

Feu vert donc pour le Père Pichard et pour Le Jour du Seigneur, qui reste la plus ancienne émission de la télévision française. L’émission, au travers des producteurs successifs du Centre français de radio-télévision (CFRT) – tous dominicains – va s’enrichir avec sa partie documentaire, ses magazines et ses messes télévisées. Ces dernières, diverses, vont passer de petites églises aux cathédrales et jusque dans les territoires ultramarins éloignés de Paris.

Pour le Père Philippe Jaillot, actuel patron du JdS, «le Père Pichard a offert une chaire extraordinaire à l’Eglise au sein du service public». «Il a eu cette utopie que la télévision peut apporter le meilleur de l’humanité et ce meilleur, c’est la foi en Dieu, indique pour sa part le Père Combeau. Le Père Pichard avait une haute idée de la mission culturelle du service public. Et je suis émerveillé que nous ayons pu maintenir cela».

L’année des 70 ans, en 2018, sera marquée de plusieurs rendez-vous. Le «Prix de la liberté intérieure» sera décerné en juin à un ouvrage chrétien choisi par le public, parmi sept livres présélectionnés. D’autres temps forts vont ponctuer cette année 2018. A suivre sur Internet: www.lejourduseigneur.com. (cath.ch/bl)


Le Père Pichard et le chanoine Haas

La télévision suisse a bénéficié du mouvement lancé par le Père Pichard. Le chanoine Jacques Haas (1908-1973) fonde en 1957 le Centre catholique de radio et télévision (CCRT), en suivant l’exemple du CFRT français. Le CCRT va, au travers des émissions religieuses, accompagner l’expansion de la télévision, apparue en 1954 en Suisse romande.

Des émissions religieuses encore actives aujourd’hui, sous l’égide de Cath-Info (qui a englobé le CCRT en 2015) et de Médias-Pro, son partenaire protestant, au service de la Radio télévision suisse (RTS).

Le Pere Pichard eu le premier l'idée de retransmettre la messe à la télévision. | Capture-écran/Jour du Seigneur
7 janvier 2018 | 15:36
par Bernard Hallet
Partagez!