Un quart des Zurichois sont encore protestants | © Pixabay
Suisse
Un quart des Zurichois sont encore protestants | © Pixabay

Jubilé Zwingli: L'Eglise zurichoise face au déclin

02.01.2019 par Pierre Pistoletti

Le 1er janvier 1519, Ulrich Zwingli prêchait pour la première fois à la Grossmünster de Zurich, quelques mois avant d’en devenir le curé, puis de faire passer la ville à la Réforme. 500 ans plus tard, l’Eglise réformée de Zurich connaît un important déclin, qu’elle tente de limiter de différentes manières.

2019 marque, pour l’Eglise réformée de Zurich, les 500 ans de l’arrivée d’Ulrich Zwingli comme prédicateur puis curé de la Grossmünster, la célèbre église de la vielle ville. Le prédicateur restera dans l’histoire comme le principal artisan de la Réforme dans le canton de Zurich et au-delà. Prêtre de formation humaniste puis réformateur zélé, il est à l’origine de l’Eglise réformée de Zurich, qui entend honorer son héritage tout au long de l’année.

Déclin constant

500 ans plus tard, le contexte religieux a profondément évolué dans la capitale économique du pays. Berceau du protestantisme, Zurich est longtemps resté à majorité protestante. Or, depuis quelques décennies, le déclin semble inexorable. En 1980, plus de la moitié du canton était protestant. Aujourd’hui, sur 1,5 million d’habitants, il ne reste que 400’000 protestants, soit un peu plus du quart des habitants, alors que du côté catholique, grâce à l’immigration, les chiffres restent stables (400’000).

Dans ce contexte, l’Eglise réformée zurichoise cherche à se présenter comme moderne et ouverte. La Grossmünster de Zurich en est un exemple emblématique. En novembre dernier, elle ouvrait ses portes à l’artiste contemporain zurichois Harald Naegeli, connu outre Sarine pour ses graffitis provocateurs. Le “sprayeur de Zurich” a recouvert quelques murs d’une “danse des morts”.

32 paroisses en une

Elle cherche aussi à réformer ses structures. Le 1er janvier 2019 marque l’inauguration d’une gigantesque paroisse de 80’000 membres, fruit de la fusion des 32 paroisses réformées de la ville. “Bienvenue dans la nouvelle paroisse de Zurich”, indiquaient les affiches créées pour l’occasion. Pour les responsables de l’Eglise, il s’agit avant tout de mettre en place des synergies organisationnelles et d’adapter ses structures économiques au déclin, indique le journal zurichois Limmattaler Zeitung.

Elle tente en outre de s’implanter dans le nouvel éco-quartier Greencity Manegg, dans le sud de la ville, pour mettre en œuvre de nouvelles perspectives pastorales, comme un centre de formation, dans des lieux où les Eglises ne sont pas nombreuses.

Au cinéma le 17 janvier, le film “Zwingli” du réalisateur zurichois Stefan Haupt, présentera le Réformateur dans sa quête de justice et de liberté. Soutenu financièrement par l’Eglise réformée de Zurich, ce long métrage s’inscrit dans le jubilé Zwingli et, plus largement, dans cette quête d’ouverture et de modernité poursuivi par l’Eglise réformée zurichoise pour gérer cette transition entre un protestantisme majoritaire et une Eglise de plus petite taille, au visage encore incertain. (cath.ch/lz/pp)

Les affiches annonçant la fusion des 32 paroisses zurichoises | © Alonso Smith
Les affiches annonçant la fusion des 32 paroisses zurichoises | © Alonso Smith

Mgr Peter Henrici, ancien évêque auxiliaire de Coire | © Christophe Wider

Mgr Peter Henrici: "En tant que Suisse, on ne peut pas voter pour l'UDC!"

Le Grossmünster accueillera la célébration commémorative des 500 ans de la Réforme à Zurich | © flamouroux/Flickr/CC BY-SA 2.0

Célébration œcuménique pour les 500 ans de la Réforme à Zurich

Actualités ›