Les représentants des religions ont signé l'appel pour les réfugiés le 7 novembre 2018 à Berne. | © B. Hallet
Suisse
Les représentants des religions ont signé l'appel pour les réfugiés le 7 novembre 2018 à Berne. | © B. Hallet

Juifs, chrétiens et musulmans suisses s’engagent pour les réfugiés

07.11.2018 par Bernard Hallet

Les représentants des trois grandes religions en Suisse signent le 7 novembre à Berne un appel en faveur des réfugiés. Elles exhortent leurs communautés, l’Etat et le monde politique à assumer leur responsabilité face aux besoins des réfugiés. Un projet soutenu par le Haut commissariat aux réfugiés (HCR).

C’est la première fois que juifs, chrétiens et musulmans s’expriment d’une même voix sur la question des réfugiés. Sous le titre “En face il y a toujours un être humain“, la déclaration prend donc un caractère unique et signifie un grand pas pour le dialogue interreligieux, indique le communiqué de presse relatif à l’appel.

“Pour les juifs, les chrétiens et les musulmans, tout être humain est une créature de Dieu et est de ce fait placé soussa protection. Pour nous, croyants, il en découle une responsabilité particulière à l’égard des réfugiés“, souligne Harald rein, évêque de l’Eglise catholique-chrétienne de Suisse et président en exercice du Conseil suisse des religions.

Un réfugié pour 400 habitants en Europe

La déclaration rappelle en préambule qu’il y a actuellement 68 millions de réfugiés dans le monde, dont la moitié d’enfants, et que 85% d’entre eux sont accueillis par des pays en voie de développement. Cité en exemple, le Liban compte un réfugié pour quatre habitants. En Europe, souligne l’appel, “La solidarité avec les réfugiés est souvent fortement remise en question“, alors que les pays aisés accueillent un réfugié pour 400 habitants.

Berne le 7 novembre 2018. Harald Rein, de l’Eglise catholique-chrétienne de Suisse, et Mgr Charles Morerod, président de la CES, signent l’appel pour les réfugiés | © B. Hallet

Cinq appels pour les réfugiés

Les communautés religieuses lancent ensemble cinq appels visant la politique suisse en matière de réfugiés, qu’elles publient aujourd’hui sous forme d’une déclaration commune.

Elles y traitent de la protection des populations sur place, qui doit être un objectif important de la politique suisse des réfugiés et des affaires étrangères. En Suisse, il faut des procédures d’asile équitables et efficaces, dans lesquelles soit intégralement appliquée la définition du réfugié au sens de la Convention de Genève relative au statut des réfugiés. Les personnes touchées par une guerre civile devraient donc bénéficier du statut de réfugié au lieu d’une admission temporaire.

Contributions des communautés religieuses

De même, le droit à la vie de famille doit absolument être pris en compte, ainsi que la nécessité d’une intégration rapide des réfugiés. Dans ce domaine en particulier, les communautés religieuses peuvent apporter leur contribution en lançant, en assumant ou en soutenant le travail bénévole, l’aide entre voisins et des initiatives individuelles. La déclaration rappelle aussi combien le respect des règles locales de la part des réfugiés est fondamental pour qu’ils puissent s’intégrer et devenir membres de la société à part entière.

Il va de soi que les valeurs inscrites dans la Constitution fédérale valent aussi pour eux, affirment les communautés religieuses. Par ailleurs, pour les personnes qui ne remplissent pas les critères d’octroi d’une protection, il est appelé à la pratique d’un renvoi dans la dignité. En font partie les standards en matière de droits humains lors de l’exécution du renvoi et l’observation du principe de l’intérêt de l’enfant dans toutes les situations.

Entre Harald Rein, (à gauche sur la photo), Mgr Charles Morerod, et Gottfried Locher. Signature de l’appel pour les réfugiés. | © B. Hallet

 La “réinstallation“ pour les personnes les plus vulnérables

Le cinquième appel de la déclaration, le plus présent dans l’actualité politique, concerne la réinstallation: il est concrètement demandé à l’Etat et au monde politique de faire de la réinstallation de réfugiés en provenance de régions en crise un instrument institutionnel de long terme de la politique suisse de l’asile. Des décennies de tradition humanitaire suisse seraient ainsi poursuivies.

Dans le cadre de programmes de réinstallation, la Suisse a décidé au cours des dernières années d’accueillir 3’500 réfugiés, pour la plupart victimes de la guerre en Syrie. Le dernier de ces programmes prend toutefois fin l’année prochaine.

Un “projet phare“

Le Bureau du HCR pour la Suisse et le Liechtenstein a soutenu la réalisation de la déclaration interreligieuse sur les réfugiés. Selon Anja Klug, représentant le HCR en Suisse, le dialogue national est très important: “La déclaration interreligieuse sur les réfugiés, qui est le fruit d’une collaboration entre le HCR et les communautés religieuses en Suisse, est un véritable projet phare dont nous espérons qu’il fera école dans d’autres pays“.

Quand il est question de protection des réfugiés et de leur intégration, les communautés religieuses et leurs organisations ont un rôle essentiel à jouer. Face à cet état de fait, l’ancien Haut Commissaire pour les réfugiés et actuel Secrétaire général des Nations Unies António Guterres a lancé en 2012 le dialogue international “Foi et protection des réfugiés“. Dans cet esprit, les communautés religieuses devraient aussi à l’avenir s’engager pour la protection des réfugiés.

Les communautés religieuses représentées dans le Conseil suisse des religions ont donné suite à cette sollicitation et endossent aujourd’hui un rôle de pionnier en lançant leur déclaration commune sur les réfugiés, relève enfin le communiqué. (cath.ch/com/bh)

Gottfried Locher, Fédération des Eglises protestantes de Suisse, et Herbert Winter, de la Fédération suisse des communautés israélites  | © B. Hallet
Gottfried Locher, Fédération des Eglises protestantes de Suisse, et Herbert Winter, de la Fédération suisse des communautés israélites | © B. Hallet
Farhad Afshar, de la Coordination des organisations islamiques de Suisse et Montassar BenMrad, de la Fédération d'organisations islamiques de Suisse. | © B. Hallet
Farhad Afshar, de la Coordination des organisations islamiques de Suisse et Montassar BenMrad, de la Fédération d'organisations islamiques de Suisse. | © B. Hallet

Mgr Charles Morerod rappelle que Jésus est mort pour chacun de nous | © Raphaël Zbinden

Juifs, chrétiens et musulmans de Suisse unissent leurs voix en faveur des réfugiés

Gerhard Ulrich, évêque de l'Eglise évangélique luthérienne d'Allemagne du Nord | © Dwenger/Nordkirche

Gerhard Ulrich: "L'AfD n'est pas compatible avec le message chrétien"

Actualités ›