International

Kenya: «Laudato si'» au centre des débats

Une série de vidéoconférences se sont déroulées, du 4 au 9 juin 2020, à Nairobi, au Kenya, sur l’encyclique du pape François Laudato si’. Les travaux, organisés par le Réseau catholique des jeunes pour la durabilité de l’environnement en Afrique, ont conclu à la nécessité de prendre soin de la biodiversité, de la vulgarisation du «New Deal For Nature» et du document pontifical.

Les conférences étaient organisées à Nairobi au Kenya, par le Réseau catholique des jeunes pour la durabilité de l’environnement en Afrique (CYNESA), en partenariat avec le Fonds mondial pour la nature, le WWF, sur le thème: «Un nouveau pacte pour la nature et les hommes  – un appel au clergé», a rapporté l’organisation sur son site.

Plus de 40 prêtres des pays d’Afrique au Sud du Sahara, ont échangé sur le rôle que peuvent jouer les jeunes dans la protection et la création de la biodiversité, ont indiqué les organisateurs, cités par l’Association des conférences épiscopales membres d’Afrique de l’est (AMECEA)

«La Création est généreuse»

«La terre et la Création sont très généreuses. Elles donnent tout ce dont nous avons besoin. Nous avons la responsabilité de transmettre la Création à la génération future», a déclaré Mgr Bruno-Marie Duffé, Secrétaire du Dicastère pour la promotion intégrale de l’homme et le développement. «Nous devons lier la mémoire et l’avenir. La mémoire, l’espoir, la foi et la solidarité sont des principes que nous devons développer concrètement», a-t-il ajouté, avant de poursuivre que l’expérience de la pandémie de coronavirus «nous montre que nous sommes vulnérables et fragiles».

«Prendre soin de la biodiversité est vraiment notre vocation», a déclaré Mgr James Wainaina, évêque du diocèse de Murang’a, au centre du Kenya dans une communication sur «la biodiversité à la lumière de Laudato si’ et du ›New Deal For Nature’», un nouveau cadre mondial que les pays sont en train de négocier pour la biodiversité par le biais de la Convention sur la diversité biologique (CDB), qui a été appelée ainsi. Ce pacte, qui devrait être adopté à Pékin fin 2020, définira la stratégie mondiale pour la protection de la nature jusqu’en 2030. Il a déploré «les pertes naturelles», notamment celles d’espèces d’oiseaux et d’arbres mais aussi de lacs que beaucoup d’enfants ne verront jamais parce qu’ils ont disparu.

Succès de l’agroforesterie

Il a aussi évoqué les succès de la conservation de la biodiversité et de l’agroforesterie – un mode d’exploitation des terres agricoles associant des arbres et des cultures ou de l’élevage – dans son diocèse où 131’000 arbres fruitiers et 180’000 arbres ont été plantés dans un but non lucratif. Le prélat a partagé son «incroyable passe-temps favori: collectionner les feuilles mortes, tombées des arbres, pour en faire un moyen de conserver la mémoire d’un lieu».

Dr. Seif Hamisi, représentant du WWF, a appelé le clergé catholique africain à trouver des idées, pour un grand élan de lutte, afin d’arrêter la perte de la nature. «Certains de vos fidèles ont une influence, et vous pouvez nous aider à leur transmettre le message du ›Nouveau pacte pour la nature’», a-t-il souligné. «L’engagement des jeunes est l’un des moyens de l’engagement du public dans le Pacte, et nous devons nous approprier le processus», a-t-il fait remarquer, avant de rappelerr: «Nous avons besoin que les citoyens fassent pression sur les dirigeants afin qu’ils puissent plaider en faveur de l’arrêt de la perte de la nature».

Selon lui, plus que tout autre continent, l’Afrique dépend encore directement de la nature, par son eau, son énergie, sa culture, sa spiritualité. «Nous ne pouvons atteindre 20% des Objectifs du développement durable (ODD) que si nous relevons les défis auxquels la planète est confrontée, en particulier la perte de nature», a-t-l estimé. (cath.ch/ibc/bh)

Le Réseau catholique des jeunes pour la durabilité de l'environnement en Afrique a organisé une série de vidéoconférences autour de l'encyclique de François: «Laudato si'» | © Brian Snelson/Flickr/CC BY 2.0
10 juin 2020 | 17:15
par Ibrahima Cisse
Afrique (162), AMECEA (8), Environnement (81), Laudato si′ (35)
Partagez!